Les enjeux derrière la localisation des data centers

Lors de la première séance d’observation, qui a eu lieu dans le quartier du Sentier dans le 2e arrondissement parisien, Lina et moi évoluons avec nos camarades. L’intention de départ de chacun étant de visiter les datas center du quartier. Cependant, l’effet de groupe conjugué au caractère “à l’improviste” de nos visites, effrayait le personnel des datas center. Face à aux refus de visiter, et au fait que tout le monde se concentrait sur la même chose autrement dit le data center en soit, nôtre binôme à décider qu’il fallait regarder ailleurs. 

Dès lors, nous avons commencé à nous balader autour des datas center avec les questions suivantes en tête : qu’est ce qui les entourent ? Sont-ils connectés avec les acteurs du quartier ? Pourquoi ont ils été implantés ici précisément ?

De cette première séance d’observation est ressortie le fait que les data centers sont situés à côté d’espaces de coworking, d’établissements d’enseignement, des bureaux. 

L’enjeu de la deuxième séance d’observation était donc de savoir si oui ou non à Aubervilliers, l’écosystème observé à Sentier allait se répéter. 

À Aubervilliers, on retrouve une concentration forte de data center sur un périmètre assez restreint. Et dans ce périmètre, on retrouve des campus universitaires (EHESS, PSL, Paris Nanterre,…), des espaces de coworking, des bureaux, des studios de cinéma,… Autrement dit des acteurs qui produisent beaucoup de données et qui ont besoin de les stocker.  

Ce qui nous a interpellé c’est donc l’écosystème dans lequel se trouve les datas center. En se doutant bien que ces derniers se trouvaient dans ces ​​lieux par hasard, nous avons ainsi eu envie de creuser le pourquoi avoir choisi le quartier du Sentier et Aubervilliers ? 

De cette dynamique découle d’autres interrogations plus larges : Pourquoi la localisation des data center est-elle importante ? Qu’est ce qui va déterminer l’implantation d’un data center ? Qu’est ce qu’un territoire attractif pour un data center ? De quels enjeux dépend la localisation d’un data center ? 

Pour répondre à ces questions, nous travaillons à partir des notes, des photographies et de vidéos prises lors des visites, et aussi à partir des cartes car le choix d’implanter un data center se fait avant tout à l’échelle nationale. En effet, nous verrons dans le compte rendu que la localisation, l’implantation d’un data center, résulte d’enjeux politiques (stabilité politique du pays, législation), économiques (être favorablement positionné par rapport à nos clients pour leurs proposer le meilleur service), et géographiques (localisation des data centers concurrents à proximité, approvisionnement en énergie, nécessité que la localisation soit stratégique).

Nous verrons également qu’il existe un cercle vertueux entre les data center et leurs clients (entreprises, université,…), ainsi on observe une relation interdépendance. L’un, attire l’autre : la construction de bureaux va attirer l’implantation de data center et inversement.  

I)  Les enjeux politiques :

Avant les deux séances d’observation, on s’y attendait, à se retrouver face à des bâtiments froids, à des boîtes noires d’accumulation de données informatiques. Répartis au quatre coins du monde, de la baie de San Francisco aux fjords finlandais, nous nous retrouvions sur le territoire de la Plaine Commune, là où les datas center se multiplient. Notre premier objectif était de suivre le groupe. On avait tous décidé qu’il était important de pénétrer dans ces infrastructures. Notre curiosité débordante a joué de nous puisqu’aucun intervenant ne nous a laissé dépasser l’accueil. Par ailleurs, l’accueil était déjà un endroit recouvrant de multitudes d’informations. Carla et moi s’étions entendues pour établir une partie sur les enjeux politiques des datas center. Notre attention était alors de trouver des informations permettant de répondre à cette problématique. Le premier datacenter visité sur la Plaine Commune, Equinix PA5, nous a permis d’aborder cette partie avec pleins d’idées en tête.

Carte de l’ensemble des établissements Equinix dans le monde
Source Equinix

Cette carte (ci contre), prise en photographie dans l’accueil du data center Equinix, témoigne d’enjeux profondément politiques mais aussi géographiques. On remarque la forte implantation des datacenters dans les pays du Nord, et très peu dans les pays du Sud. 

Pourquoi ce phénomène de concentration occidentalisée ? Pourquoi on trouve des datacenters en France et pas en Afghanistan ?

 

Cette carte nous a donné l’idée de trouver une autre carte neutre. Ainsi, nous avons décidé de “dé zoomer” et passer à l’échelle internationale pour étudier la répartition des centres de données dans le monde à l’aide de la « data center map »(ci-dessous).

Carte datacenters monde, Datacenters map

De cette dernière, on observe un grand nombre de centres de données dans les pays occidentaux contre très peu dans les pays dit du Sud, notamment sur le continent Africain où l’on en compte 55 dont 19 se situent en Afrique du sud (le pays). Les Etats-Unis en compte à eux seuls 2705. De ces chiffres on en déduit qu’il est primordial pour l’implantation de data centers que la politique et la sécurité du pays soient stables. En effet, il est nécessaire de disposer d’un système de hauts niveaux de sécurité, de connectivité, de services et de compétences. 

En ce sens, l’implantation d’un data center résulte donc avant toute chose d’enjeux politiques et notamment des législations à l’échelle européenne et nationale. Les flux de données et d’autant plus lorsqu’il s’agit de données personnelles sont très légiférées, à l’image de la directive européenne qui interdit les transferts des données personnelles en dehors de l’Union Européenne à moins que le pays ou le destinataire n’assure un niveau de protection suffisant. Donc en fonction des différentes lois, il sera plus ou moins intéressant pour une entreprises qui stock des données de s’installer ou non sur un territoire.  

À l’échelle locale, l’implantation de data centers dépend également des politiques et dynamiques adoptées par la ville. L’important nombre de data center que nous avons recensé à Aubervilliers traduit d’une volonté politique de la mairie de vouloir développer ce marché sur son territoire. Si la volonté de la ville avait été contraire au développement de data center, il n’y en aurait pas autant. Pour les entreprises proposant un service de stockage de données, il est primordial que les acteurs locaux soient “facilitateurs“. 

II ) Enjeux géographiques

D’après la carte Datacenter France 2021, la carte ci-dessous représentant les centres de données en France métropolitaine en 2021, on observe que les centres de données sont principalement situés dans Paris et sa proche banlieue.

Cartographie des data centers 2021
Global Security Mag

En effet, sur environ 190 data centers, 65 se situent en Ile de France.

Cette forte concentration s’explique par différents facteurs : 

Premièrement, Paris est une ville connectée avec des infrastructures technologiques développées, ce qui est primordiale pour les data center de par leur consommation importante en électricité. En effet, la France et Paris en particulier possèdent un réseau électrique dense et efficace permettant un approvisionnement en énergie fiable et continu. Ce qui représente un atout déterminant dans le choix d’implanter un centre de données sur un territoire.

Deuxièmement, en 2019 l’INSEE chiffrait à 1 377 233 établissements en Ile de France, ce chiffre traduit une forte demande de stockage de données informatiques. Lors de nos deux visites autours des data centers dans le quartier du Sentier à Paris et ceux de Front Populaire à Aubervilliers, nous avons remarqué des espaces de coworking abritant des sociétés diverses , des bureaux.

Photographie prise à Aubervilliers

D’après un technicien rencontré à Aubervilliers, pour les centres de données, être à proximité de ses clients « c’est plus simple en cas de problème, et ça améliore le service ». Côté entreprise, c’est un réel avantage que ses données soient stockées à proximité de ses locaux, la localisation des données a un réel impact sur la qualité du service dont vous pouvez bénéficier en termes de rapidité et sécurité des communications. Le technicien poursuit “l’idéal pour un data center c’est qu’il soit situé à proximité des nœuds de transit entre l’entreprise, ses propres serveurs et ses propres clients. On parle alors de “data center de proximité”, autrement dit le besoin de faire appel à des centres de données plus proches. Cette proximité entre ces acteurs engendre pour les entreprises un gain en autonomie et en rapidité, et optimise également la latence et le coût des communications.

Par ailleurs, lors de notre séance d’observation à Aubervilliers et plus précisément dans les environs de la station de métro Front populaire, la grande proximité entre les six datas centers  Equinix PA6, Intexions (PAR1, PAR2, PAR5) et GTT nous a interpellé. Dans un deuxième temps, suite à l’étude d’une carte qui recense les centres de données dans les environs (Aubervilliers, Pantin, Saint Denis, La Courneuve), on constate que les treize data centers situés dans ces quatre communes sont relativement proches. Ils se concentrent dans un rayon d’environ 6 km. Cette concentration s’explique par les arguments développés précédemment, mais également par le fait qu’il est bénéfique pour une entreprise qui stock des données d’être implantée dans un environnement technologique et concurrentiel. Le technicien interrogé, à propos de l’intérêt de cette proximité, nous a brièvement parlé du phénomène d’interconnexion de data centers. Il s’agit d’une technologie permettant de mettre en relation un grand nombre de centres de données. Cette interconnexion engendre un partage des ressources physiques et virtuelles entre les différents sites. 

On parle d’effet d’agglomération, autrement dit, la possibilité de réaliser des gains de productivité grâce à la proximité géographique des entreprises les unes avec les autres. Elles ont intérêt à se regrouper, de manière à économiser ces coûts et à générer des externalités positives.

Cet effet d’agglomération attire d’autres acteurs, voulant également bénéficier des diverses externalités positives. Ainsi, ce technicien nous a confié avoir été formé à l’université Paris 13 à Villetaneuse, ville environnante de la Plaine Commune.  La présence de ce centre de formation à proximité de nombreux data centers est une aubaine pour ces derniers qui bénéficient d’une main d’œuvre qualifiée et disponible. Et inversement pour les diplômés, qui disposent d’une grande offre d’emplois.  

Cet effet d’agglomération attire également d’autres acteurs dont nous n’avons pas forcément idée. À l’image de la découverte que nous avons faite lors de notre visite du quartier du Sentier, ainsi nous sommes tombés nez à nez avec un camion stationné devant le centre de données TELEHOUSE Paris Jeûneurs. Sur ce camion était marqué « Confidentialys, la destruction sécurisée de vos documents, PAPREC groupe ».

Photographie prise dans la rue du Sentier, Paris 2 ème

Dès lors, nous nous sommes renseigné sur Paprec, qui est une société offrant en autres un service d’effacement des données, de poinçonnage des disques durs (pour les rendre inutilisable) et broyage de ceux-ci. Et leur site qui s’occupe de ce service se trouve à… Sarcelles ! Autrement un site implanté dans une région où la concentration en data centers y est forte.

III) Enjeux économiques :

Lors de nos visites, nous avons été interpellé par la différence entre les data center de Sentier et ceux d’Aubervilliers, les premiers étaient beaucoup plus petits en termes de superficie . Le centre de données Telehouse à Sentier se compose d’un étage contre des centaines mètres carrés à Aubervilliers. De plus, cette carte

Carte datacenters Ile-de-France, Global Security Mag, 2021

témoigne du nombre élevé de centres situés en banlieue comparé à ceux situés dans Paris. Cette différence de superficie s’explique par le prix du foncier très élevé dans Paris intra muros. Face à cette contrainte financière, les entreprises privilégient l’implantation de data centers autour de Paris. Cette concentration s’explique de par la proximité avec beaucoup de sièges d’entreprises, et  par la connectivité  sur le territoire francilien. Comme on peut le voir sur cette photo (lignes de bus) prise à Aubervilliers témoigne de ce besoin d’être connecté.  Aubervilliers en l’occurrence est très bien desservie en termes de transport comme l’indique ce panneau. 

Par ailleurs, nous nous sommes demandé pourquoi un data center doit être proche de ses clients ?

Le premier data center visité se trouvait à Bonne Nouvelle : on avait les bureaux de Total Energies juste en face : le bâtiment en face, mais aussi la Maif start up qui se trouvait au premier et au deuxième étage de l’immeuble. Les deux derniers étages ne sont pas mentionnés pour des causes de sécurité. Mais lorsqu’on s’aventure dans ces derniers, on voit qu’il y a bel et bien un  « petit » data center. L’adjectif ‘petit’ est emprunté au technicien qui nous a ouvert les portes de cette boîte noire. L’idée d’être proche de sa clientèle rejoint l’accessibilité de la structure. Se trouvant au dernier étage, ce data center permet au start up, se trouvant plus bas, une proximité de ses données. Il nous indique qu’il en existe un plus grand à Charonne. Cette phrase nous a marqué puisqu’elle sous-entend que développer des petites structures permet une plus grande présence sur le territoire engendrant la multiplication de clients, et donc de l’offre. La proximité avec la clientèle a l’avantage de faciliter le contact entre les parties et d’améliorer le service en cas de problème par exemple.

En outre, le deuxième datacenter – visité dans le quartier du Sentier – était intéressant car il a conforté notre idée “d’écosystème” autour des data centers.  On a observé de plus près les « plaquettes » retranscrivant toutes les entreprises dans ce même bâtiment. La photographie rend sensible la multitude des entreprises se trouvant dans ce même bâtiment.

Photographie prise dans le bâtiment au 26 rue du Sentier, Paris 2 ème

Or, l’entreprise, et la présence du datacenter ne sont pas mentionnées sur la plaquette. Entre société de consultants en ingénierie et agence de relations publiques, tous les acteurs se retrouvent dans ce même immeuble au 26 rue du Sentier. En tant qu’entreprise, la proximité est intéressante, mais aussi rassurante. Ce simple et même immeuble est à lui seul un exemple d’ écosystème. Rien n’est externalisé, tout se tient dans bâtiment à la façade haussmanienne

La proximité de la clientèle témoigne d’un enjeu purement économique. Les datas centers à Aubervilliers sont encore plus flagrants : la proximité entre les deux et les centres dynamiques, autrement dit des entreprises, des campus universitaires… C’est pourquoi nous avons décidé d’élaborer une carte interactive afin de percevoir la myriade d’acteurs se trouvant autour de ces infrastructures. Elle permet d’observer la concentration de datas center et de leurs clients/acteurs sur un même territoire, ici le territoire de la Plaine Commune. Les acteurs sont grands puisqu’on retrouve des campus universitaires, des centres de recherches ou encore la Banque de France. Notre observation était assez répétitive à la Plaine Commune, car les structures apparentes étaient les mêmes, et la proximité était telle que nous avions rapidement fait le tour. L’idée de faire une carte interactive était intéressante puisqu’elle permettait de prendre du recul sur ce qu’on avait observé. Mais surtout elle permettait de quantifier les acteurs environnants. 

Pour la carte, il faut cliquer sur les insignes afin d’avoir le lieu exact. Les bleues sont les datacenters, et les rouges les acteurs environnants : 

Carte Écosystème des datacenters sur le territoire de la Plaine Commune, Unmap

http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/anonymous-edit/688927:1YGgQbXfSGajZOtjWkswU7kHshk

Ainsi, ces lieux de démesure entrent aussi  en compte dans la question de la gestion des données. Cette implantation dépend aussi de la clientèle : la proximité des centres dynamiques est un atout commercial pour les data centers. Cette histoire se répète aujourd’hui, par exemple, pour les universités. Lors de la conception de la carte interactive, ce qui a le plus retenu notre attention c’était bien le nombre de campus universitaires autour de ces structures. Après plusieurs recherches approfondies, nous avons compris pourquoi ces infrastructures étaient aussi proches d’elles ! En réalité, les universités voient leur base de données croître. Ainsi, face à cette nouvelle demande, les universités se doivent de stocker leurs données dans de plus grandes structures, et avec la plus grande sécurité. Voilà pourquoi la Plaine Commune est en partie une concentration d’infrastructures. De plus, être près des productions électriques permet de faire des économies sur ces coûts

Finalement, nous pouvons dire qu’il existe une sorte de cercle vertueux autour de l’écosystème du data center. Ces derniers sont des acteurs indispensables à l’activité économique et au développement numérique du territoire du fait qu’ils produisent de la valeur et de la croissance.  En effet, l’implantation de centres de données crée de l’emploi (technicien, personnel de sécurité, ménage,..), attire l’installation, établissements scolaires, d’entreprises tournées vers le numérique mais pas seulement car toutes entreprises a besoin de stocker ses données. Et inversement, les entreprises attirent des data centers. Il y a une certaine relation d’interdépendance entre tous ces acteurs qui justifie leur localisation à proximité offrant un meilleur service. Il rend donc la ville attractive et participe à la transformation des villes en smart cities.

Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Enquête : Mais qui sont ces gardiens de données anonymes ?

C’est en survolant les enjeux politiques, démographiques et sociaux des data centers, que le chercheur Clément Marquet étudie dans son article “Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire” (2019)* ces fascinants espaces du numériques. Ainsi, il recueille des témoignages de celles et ceux qui ont vu s’inscrire ces infrastructures à la fois méconnues et invisibles. 

Dans ce chapitre, il explore l’histoire des data centers et les tensions qu’ils suscitent, des objets inscrits au coeur de controverses, à la fois dans une volonté d’invisibilité mais également tremplins de revitalisation du territoire. 

Pour l’adjoint au maire d’Aubervilliers, les data centers sont avant tout une nécessité : véritables vitrines du progrès techniques et objets de concurrence, les data centers se sont installés dans le passé comme de puissants moyens de redorer l’image de Plaine Commune et comme des sources d’importants revenus. 

Mais si ces infrastructures passent inaperçues, c’est car elles sont bien souvent le fruit d’une invisibilité politique, administrative et matérielle. Discrets voire austères, ces dénommés « opérateurs de colocation neutres » aux façades ternes et bétonnées se placent parfois bien loin des préoccupations de la population. Alors comment leur donner un sens au sein du territoire et de la pensée collective ? 

Tout d’abord, outre leur fonction de stockage, il s’agit de les mettre en avant comme des objets attractifs, permettant l’émergence de nouveaux emplois. Ainsi, il faut les considérer comme des objets bénéfiques à l’aménagement et à la modernisation de Plaine Commune, un territoire qui puise son histoire dans l’ère grandissante et irréversible du numérique.

Impossible de les limiter à une stricte définition, car il existe tout autant de data centers que de façons uniques de les appréhender, de les connaitre, et de les envisager peut-être… autrement ? 

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search