Au coeur du Triangle d’or : enquête, orgueil et préjugés

L’auteur de Voyages de classes est un sociologue reconnu, anciennement professeur de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Nicolas Jounin a publié plusieurs travaux semblables à Voyages de classes. Il y’a chantier interdit au public, il s’agit de l’immersion de l’auteur dans le monde du chantier en France. Il écrit également On bosse ici, on reste ici ! , ce livre raconte la lutte acharnée des travailleurs en situation irrégulière qui revendiquent tout simplement leur droit de rester sur le territoire français. Si, dans ces ouvrages, le profil des individus représentent les oubliés de la société, dans Voyages de classes, le sociologue s’intéresse à d’autres acteurs. Les corps observés ne sont pas des sans-papiers, des ouvriers ou des laissés-pour-compte. En fait, c’est tout le contraire. Les individus observés se promènent dans le Parc Monceau, achètent des sacs Hermès sur l’avenue Montaigne et boivent un café au Plaza Athénée. Le dessein de Nicolas Jounin est clair, il rend visible la flagrante opposition entre l’observateur et l’être observé, et ce, du début à la fin du texte. Dès les premières lignes, il n’est pas difficile pour le lecteur de comprendre qu’il assistera à une enquête. Les élèves de l’Université de Saint-Denis ont une « consigne » à respecter, ils doivent choisir un « lieu d’observation », sont priés de ne pas éveiller la curiosité des passants et « camoufler ». Tout ceci constitue les éléments d’une enquête. L’analyse des étudiants se compose en trois temps. L’observation, ils décrivent ce qu’ils voient, genre, ethnie, aspect physique, tranche d’âge . Ensuite, vient l’analyse, ils essaient de déterminer les intentions et le statut social des individus observés. Enfin, une fois l’analyse aboutie, les étudiants déduisent, raisonnent et tirent des conclusions sociologiques.

Quand l’observateur devient l’observé

Parfois, pour le bien de l’enquête, les jeunes se mélangent aux êtres observés afin de mieux les étudier, les comprendre, du moins ils essaient. Cette expérience peut s’avérer compliquée pour certains. En effet, beaucoup doivent s’aliéner et abandonner les codes de leur statut social pour adopter ceux des corps examinés. Mais voilà où réside la principale limite de cette enquête. L’observateur devient l’être observé. Les individus du 8ème arrondissement s’interrogent sur ce groupe de personnes qui ont l’air de venir d’un autre monde. Les policiers les traquent, les interrogent et se méfient. Ce schéma se répète  dans  plusieurs endroits, dans un magasin de luxe ou alors dans un café. Les étudiants sont reluqués, parfois dévisagés par la classe supérieur. Comment expliquer une telle méfiance, un tel mépris de la part de ces individus ? Se sentent-ils en danger ?  Envahis ? Alors que les observateurs devraient être en position de force, la balance s’inverse et ils  deviennent « les victimes » de leur propre expérience. Cette inversion rappelle tout simplement le grand fossé qui  sépare les observés et les observateurs et la volonté des riches  de garantir leur supériorité.

Une autre limite ?

Nicolas Jounin considère qu’il est impossible que les étudiants se travestissent en riches du 8ème arrondissement. Cette tâche peut sembler difficile mais pas impossible. Dans la société actuelle, le paraitre fait plus que jamais parti de notre vie, aujourd’hui, qui ne fait pas semblant, ne ment pas, ne triche pas ? Pour certains,  il est facile de sembler riche et heureux. Seulement, les étudiants n’étaient juste pas aptes à jouer cette comédie. Il ne suffit pas de mettre des vêtements de luxe et avoir l’attitude pour être riche, il faut le croire…

L’observateur observé

Docteur en sociologie, Nicolas Jounin a enseigné pendant 7 ans à l’université Paris8 Vincennes-Saint-Denis. A travers Voyage de Classe nous allons pouvoir étudier l’approche des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtant sur les beaux quartiers, plus précisément le Triangle d’or, Monceau, Elysées-Madeleine.

Nous allons pouvoir interpréter comment des étudiants s’adaptent dans différentes situations. L’adaptation, l’approche et l’interprétation des étudiants vont varier tout le long de leur observation. Ils vont être confronté à de multiples situations.


Prenons celle au Parc Monceau. L’observation va se faire en trois temps :

    • L’observation : ils identifient les nourrices en constatant une différence physique entre l’enfant et la nourrice. 
    • L’analyse : comment sont-elles ? comment se comportent-elles ?
    • La conclusion : elles sont différentes de la population habituelle du quartier.

Contrairement à l’observation des nourrisses, dans une deuxième situation, à l’ambassade d’Algérie, les policiers ont à travers leur métier et leurs fonctions, l’obligation d’observer en permanence. Les étudiants se font donc rapidement détecter et sont rapidement considérés comme des intrus. Nous constatons qu’a travers ces multiples situations au sein d’un quartier chic, l’apparence n’est pas vue de la même manière selon l’endroit où nous nous plaçons. Notre apparence est souvent jugée. Notre façon d’observer l’est aussi. Comme lorsqu’ils décident de rentrer dans une boutique de luxe ou encore au Plaza Athénée. Un contraste est ressenti. Une différence de milieu social, et de style vestimentaire. Ils sont comme montrés du doigt.

Les étudiants ont été pris à leur propre jeu. Dans certaines situations nous pouvons passer inaperçu, où le regard de l’autre n’est pas immédiatement préoccupant. Mais pour d’autres, l’observation est une partie intégrante de leur métier. Comme pour un policier devant une ambassade, un concierge devant un hôtel ou encore un portier devant une boutique de luxe. Nous allons appeler ça ici l’observateur observé. Mais une question se pose, est-ce qu’on pourrait être invisible en tant qu’observateur ? 

Sociologie : quand tout le monde devient observateur

Nicolas Jounin est un sociologue au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), maître de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. C’est un « holiste » car selon lui, c’est la société qui forme l’ individu grâce à la socialisation.  

« L’observateur observé » est un chapitre de l’ouvrage Voyage de classes, publié en 2004. Il s’agit d’une restitution d’une enquête collective. 

Jounin amène ses élèves faire une enquête sociologique à Paris dans le 8ème arrondissement. De cette expérience pédagogique, il en ressort un livre et on note un espèce de mise en abyme c’est-a-dire qu’il fait un travail sociologique sur un travail sociologique. Il montre qu’en sociologie, ce sont les catégories socioprofessionnelles élevées qui observent les milieux populaires. Dans cette enquête, la majeure partie de ses élèves sont issus des milieux populaires.  

La démarche de Jounin est une démarche ethnographique car les observateurs se plongent dans ces milieux avec une observation participante. Le chercheur est lui aussi plongé dans le milieu qu’il étudie avec des observations participantes. Ce qui est aussi intéressant c’est qu’il y’a aussi un espèce de mise en abime c’est a dire que le chercheur ( Jounin) est en observation participante et ses élèves aussi. Il observe ses élèves qui sont eux aussi observés.  On note un renversement de cette situation apparemment simple de jeunes ayant fait une enquête sociologique et qui se trouvent à être eux aussi observés. 

Dans son travail, Jounin montre comment ses élèves (les observateurs) ont un sentiment d’écrasent social. Ils vont dans des magasins et les vigiles ne les regardent pas de la meilleure des manières. Nous notons une ambivalence du fait que les jeunes sont à la fois étudiants enquêteurs et ressortissants des quartiers populaires. La réaction des personnes est liée aux catégories sociales des étudiants.  Quand on se place dans l’espace, on se retrouve dans un espace social où on va se confronter à une distance sociale. Le fait de se rendre dans un quartier où la catégorie sociale est différente de la notre, nous permet d’expérimenter cette différence sociale et ressentir le poids de la domination.

Nous pouvons faire référence à Fabien Truong ( professeur agrégé au département de sociologie de l’université Paris 8)  dans son travail sur châtelet les halles : « Aux halles, les jeunes de saint Denis ne se sentent pas observés ».  C’est un endroit où les jeunes des quartiers populaires se retrouvent car c’est un quartier different des autres.  Truong montre que le fait d’expérimenter la distance sociale modifie notre mobilité. Les jeunes de milieux populaires ou de banlieues parisiennes se rendent à châtelet les halles car ils ne se sentent pas dominer là-bas. Alors que dans les espaces alentours ils ressentent une forme de domination du fait de l’impact de leur mobilité.
Jounin montre ce qui se joue dans ces quartiers quand on est jeune issu du milieu populaire. 

Image tiré du magazine “rencontre”

La notion de “classe sociale” joue un rôle important dans ce chapitre. Chez
Karl Marx, on note deux classes sociales : les bourgeois et les prolétaires. C’est dire que la société est organisée d’une manière hiérarchique mais pas uniquement sur la question su statut social, mais aussi sur des questions d’activités et de classe avec une domination des classes supérieures sur les classes populaires. 

Nous notons la présence de ce qu’on appelle l’habitus dans ce chapitre. Selon Bourdieu, c’est l’ensemble des goûts et des capacités acquises par l’individu au cours de sa socialisation. Chaque catégorie socioprofessionnelle correspond à une habitus.

Chez Jounin , on note que les structures sociales jouent un grand rôle et qu’une société n’est pas uniquement entourée des individus agrégés entre eux mais qu’il y a un fonctionnement de la société de manière indépendant des individus. 

L’observation réciproque. Quand l’observateur est observé !

Le texte «  L’observateur observé », constitue la deuxième partie de l’oeuvre « Voyage de classes, des étudiants de Seine saint Denis enquêtent dans les beaux quartiers » écrite par Nicolas Jounin ; c’est une oeuvre écrite à la suite d’une enquête menée par les étudiants de seine saint-Denis dans les beaux quartiers, plus précisément dans le 8ème arrondissement de Paris. Nicolas Jounin, l’auteur de cet ouvrage, est sociologue, et il a enseigné à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis pendant 7 ans. Il est aussi l’auteur de l’oeuvre « Chantier interdit au public », une enquête qu’il a mené  parmi les travailleurs du bâtiment, paru aux éditions Découverte en 2009. Dans cet ouvrage, Nicolas Jounin raconte le quotidien de ces ouvriers qui travaillent dans le bâtiment. Pour mener à bien son enquête, dans un milieu où les témoignages est difficile à avoir, l’enquêteur s’est fait passé pendant une année pour un ouvrier ordinaire. Il a aussi participé à l’écriture de l’œuvre « On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans papiers : une aventure inédite” paru en  2011.

Pour analyser ce texte, je l’ai scindé en trois parties en fonction de la méthodologie d’enquête adapté par les apprentis sociologue de l’université Paris 8. La méthode d’observation utilisée par les étudiants depend avant tout de leur lieu d’enquête. Dans ce texte, les lieux d’enquête reposent sur trois parties : le parc Monceau, l’espace public, les boutiques de luxe. Comme nous le verrons dans la suite de notre analyse, la posture d’observation évolue tout au long de l’enquête et s’avère très compliquée pour certains à cause du rejet, du regard gênant etc. Certes ,Nicolas Jounin a donné aux étudiants la possibilité de négocier leur emplacement afin de mener à bien leur enquête. Donc, on voit clairement que Nicolas Jounin laisse à ses étudiants de choisir la direction qu’ils veulent donner à leur enquête (observation directe ou participative). Mais cela n’est tout de même pas évident pour ces étudiants qui suscitent de la curiosité rien que par leur simple présence dans ce quartier bourgeois de Paris. Avant de plonger dans l’analyse du texte, la première chose qui a attiré mon attention, c’est surtout le titre de l’oeuvre «  Voyage de classes » .

Contrairement à ce que j’avais découvert , je m’attendais à un vrai « voyage » dans un camp d’été où les étudiants racontent leur propre expérience sans accorder une grande importance aux normes sociologiques. Sans risque de me tromper, je dirais que ce terme « voyage » a été utilisé de manière ironique et paradoxale par Nicolas Jounin surtout quand on se rend compte que Saint-Denis se trouve à une trentaine de minutes de Paris. Les étudiants partent à la découverte d’un environnement qui est différent de leur. Donc, ils vont essayer d’analyser les comportements des individus dans un endroit géographiquement déterminé. Cependant, les étudiants se retrouvent observer en retour parce qu’ils font pas partis du milieu, ne répondent pas aux normes sociales de ce milieu, ou simplement suscitent d’interrogations par leur manière de procéder.

Dans la première partie, les étudiants enquêtent dans un espace public, c’est un espace qui laisse aux étudiants une certaine liberté d’observation car l’observé n’a absolument aucun contact avec l’observateur et ne soupçonne pas l’enquêteur d’enquêter sur lui. Dans cette première partie d’observation, le terrain d’observation «  jardin de Monceau » est accessible aux enquêteurs, à tout le public d’ailleurs. Donc les étudiants n’ont pas cette contrainte de négocier leur mobilité afin de mener leur enquête. La construction de l’objet d’enquête « les nounous » me parait un peu vague dans cette partie. Les personnes à enquêter bien  que designer théoriquement «  les nounous », ne peuvent pas être repérer avec exactitude. En fait, pendant l’observation, les étudiants se sont fier à leur intuition pour deviner le lien entre les enfants et ceux qui l’accompagnent. Les étudiants misent sur l’apparence physique pour déduire une appartenance “ethnoracial”.

J’ai l’impression que les étudiants se sont basés sur des données extérieurs de l’observation pour faire un lien avec leur enquête. C’est-à-dire sur les habitudes dans ce milieu où c’est les défavorisés qui s’occupent de plus aisés. Pour eux, les nounous sont  « différentes », «  africaines », « asiatiques ».  Donc , la présence des « femmes différentes » dans un parc au milieu d’un quartier bourgeois à moins qu’elles soient «  nounous » n ‘aurait absolument aucun sens . Comme nous l’explique d’ailleurs Nicolas Jounin, cela n’aurait pas la meme dimension dans un parc de la banlieue où la sociabilité, le partage, le vivre ensemble règnent. En se basant sur cette observation, on découvre clairement que certains personnes sont catégoriser en fonction de leur apparence physique, leur comportement, ou  leur vécu social. En effet, l’observation n’est pas participante dans le sens ou les personnes enquêtées n’ont absolument aucune interaction avec l’enquêteur. Nos enquêteurs mettent en avant leur imaginaire tout en oubliant le factuel, le concret. On retrouve aussi dans cette enquête, une sorte de « communautarisme », une mise à l’écart des défavorisés par la classe bourgeoise.

Décrire des événements qui se passent

La  méthodologie d’observation, dans la deuxième partie de ce texte, est différente de la première dans le sens où les étudiants sont menés à décrire des événements qui se passent sous leurs yeux (contrôle de police ) ; des situations dont ils sont les déclencheurs ( s’incruster dans une boutique pour riche, se poser dans un café dont on est visiblement pas la bienvenu). En fait, ce genre d’observation présente une double difficulté pour les étudiants issu de la banlieue qui pourraient d’ailleurs être contrôlés et observés par  la police  à cause de leur style vestimentaire. Ils peuvent facilement faire l’objet d’une fouille à l’improviste ou d’une interpellation. Selon moi, cela fait echo à cette « haine » qui existe entre la police et ceux de la banlieue, surtout  comme le décrit Nicolas Jounin, les « non blanc » , « au style vestimentaire jeune ». Chacun porte un regard différent sur l’autre, ou du moins se méfie. Pendant ce genre d’observation, l’enquêteur qui est censé observé fait aussi l’objet d’une observation, et cette observation peut mettre fin à son enquête dès le moindre soupçon. En effet, certains endroits comme « l’ambassade », « les ministères » sont sensible à l’observation, car cela peut être perçu comme du repérage ou faire l’objet d’une autre interpretation.

On retrouve aussi dans cette dernière partie du texte, une autre méthode d’observation utilisée par les étudiants : celle d’intégrer le milieu qu’il étudie comme étant membre. C’est ce qu’ils essayent de mettre en pratique  en visitant les boutiques de luxe comme étant des clients ordinaires, des potentiels acheteurs. Cependant on constate explicitement, comme le décrit Nicolas Jounin,  le mal être de ces étudiants qui n’arrivent pa à faire semblant, à répondre aux exigences du code de la bourgeoisie. Le cadre de la bourgeoisie est un cadre fermé, régie des codes et il faut répondre aux codes pour y être ; les étudiants révèlent surement de curiosité de part leur style vestimentaire mais aussi leur posture ou apparence physique. L’observation prend dans ce cas une autre tournure. L’observateur n’est pas du tout invisible et fait aussi part de l’observation de la part de celui qu’il observe. Pour éviter tous ces regards curieux, certains des étudiants ont décidé d’adapter une autre approche : négocier leur place avant de commencer leur observation. Je me demande bien si les étudiants auraient rencontrées le meme REJET s’ils avaient enquêter dans une boutique de saint Denis ? Je n’ai pas des données sociologiques pour déterminer cela, mais je dirais  « non » sans la moindre hésitation.

Pour clore mon analyse, je tiens à préciser que la dernière chose qui m’a surtout captivé dans cette expérience pédagogique des étudiants de Seine Saint Denis, c’est surtout la précision avec laquelle ils racontent leurs observations . Il m’arrive meme dans la lecture de certains passages de visualiser la scène , de la reproduire dans mon imaginaire, d’imaginer les personnes et leurs comportements à l’égard de ces étudiants qu’ils perçoivent comme étant « des êtres inférieurs » .

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search