Les Sims freeplay, la construction d’une ville prospère : Le reflet complexe de la société occidentale dans l’univers virtuel

 

"les sims inspirés accomplissent plus rapidement les taches et sont susceptible de gagner plus de simflouz/XP"

Le jeu Les Sims FreePlay, héritier d’une franchise de jeux vidéo issue de l’imagination de Will Wright et développée par Maxis, s’est inscrit comme une simulation de vie captivante depuis sa première apparition en 2000. Adaptée aux plateformes mobiles par EA Games et Firemint, cette expérience ludique offre aux joueurs une immersion dans la construction et la gestion de vies virtuelles au sein d’une société simulée « simville ». Au-delà du divertissement, Les Sims FreePlay soulève des questions profondes sur la réalité virtuelle, le capitalisme simulé et les frontières de l’imagination, révélant ainsi un miroir complexe de la société occidentale. 

Avant d’explorer les ramifications sociétales du jeu, plongeons dans les mécanismes plus ou moins complexes qui définissent les Sims FreePlay. Ce jeu, qui offre une apparente liberté dans la création d’avatars personnalisés et dans la construction de villes idéales, impose néanmoins des contraintes structurelles. Après un téléchargement préalable, le joueur accède aux premières étapes de la construction de sa ville idéale. Avec une alliance pour le moins paradoxale entre la liberté de choix de l’utilisateur en ce qui concerne l’apparence de son personnage et en même temps des bornes techniques et visuelles, à la construction et organisation de sa ville. En effet, une fois l’avatar choisi et créer; mais dans le cas des sims il parait plus approprié d’utiliser le terme de personnage; l’utilisateur a la possibilité de lui conférer une véritable identité, en choisissant son patronyme, ses caractéristiques et sa personnalité, qui transparaissent tous dans l’apparence physique. Dès lors le premier personnage peut être excentrique en arborant des tenues pour le moins particulières, ou bien neutres. Puis, à l’aide d’un tutoriel guidant les premiers moments dans le jeu, le joueur débute son aventure dans les sims, on lui indique quand bâtir une nouvelle maison, ou un nouvel édifice.

arrivée du personnage dans le jeu

Pour autant, j’ai pu observer certaines récurrences dans les premiers moments de jeu, par exemple certains édifices doivent être construits à un moment bien précis. Des lieux clés sont introduits de manière préétablie, soulevant des questions sur la véritable liberté de choix du joueur.  Le parc est l’une des premières constructions presque « imposée » au joueur, à un moment bien précis de son aventure, le jeu lui indique « le parc est disponible et prêt à être construit ». D’abord, on construit une première maison, assez modeste avec un seul personnage, puis on accède progressivement à des lieux caractéristiques d’une ville ; tel que la mairie, le lycée, la caserne de pompier et ainsi de suite. À chaque lieu construit s’accompagne un nouveau métier disponible que peuvent exercer un ou plusieurs sims.

Au départ, les tâches sont assez simples « envoyez un sims au parc pour son humeur » ou alors « faites regarder les informations à votre sims pour sa culture générale » et en évoluant dans le jeu, on acquiert de plus en plus de maîtrise et les tâches se compliquent. Par ailleurs, l’accomplissement de tâches génère toujours une forme de récompense; de l’argent par exemple avec les « Simflouz », ou bien des rémunérations moins directes telles que des PMV « point de mode de vie » qui permettent de passer des tâches ou d’accélérer certaines actions, notamment la construction d’un édifice pouvant aller de 2 heures à 24 heures. Enfin le passage d’un niveau à un autre se fait avec des « XP » que l’on obtient à chaque tâche accomplie au même titre que les Simflouz. 

 Les mécanismes des Sims comme reflet de la société occidentale

Au cœur du jeu réside le Simflouz, une monnaie virtuelle dont la valeur croissante est une métaphore subtile du capitalisme. La corrélation entre le niveau du joueur et la valeur de la ville virtuelle interroge sur les fondements du système économique mondial; puisqu’il s’agit tout bonnement du principe du « PIB » (1), qui généralement indique le niveau de développement d’un pays, plus le PIB sera important; par habitant ou non, plus le niveau de développement du pays est actée, par exemple pour les Etats-unis, notons que le chiffre d’affaire de certaines de leurs entreprises ou firmes telles que Target ou Apple, est supérieur au PIB de certains pays d’Afrique ou d’Asie, ce qui indique déjà le niveau de développement du pays. Dans ce jeu il semble que ce soit le même principe, plus nous évoluons en niveau, plus notre ville vaut de l’argent.  enfin, le jeu simplifie l’accès au monde virtuel, en éliminant les compétences techniques requises, et en facilitant la compréhension du fonctionnement.

L’emploi et la construction d’une vie occidentale idéalisée

Les Sims reproduisent les structures sociales occidentales, de la dépendance au travail pour financer un style de vie occidental idéalisé, à la hiérarchie des salaires et des loyers. Cependant, le jeu occulte certains aspects négatifs de la réalité, soulevant des interrogations sur l’impact de cette vision idéalisée sur la perception des joueurs. En effet, dans le jeu, nous percevons un loyer pour chaque maison que nous possédons, de même pour les autres édifices, qui, une fois construit nous rapporte de l’argent à une intervalle pouvant aller de 30 secondes à 24 heures. Dès lors, il est notable que tous les aspects négatifs de la vie réelle sont occultée, le jeu offre une vision relativement simpliste de la vie, avec des phrases telles que  « pas le temps de dormir ? Achetez une machine à café » ou alors le fait que les sims dits « inspiré » sont plus productifs. Par « inspirés » on entend ceux dont tous les besoins ont été remplis, ils peuvent donc gagner plus d’argent. 

L’immersion virtuelle dévoilée : regards croisés entre ‘Black Mirror Bandersnatch’ et Les Sims 

La série “Black Mirror” propose une vision dystopique de la réalité virtuelle, soulignant les dangers potentiels d’une immersion totale dans un monde virtuel. Dans l’une de ses dernières saison, intitulée « bandersnatch » nous suivons l’histoire d’un personnage qui rêve de devenir concepteur de jeux video, mais plus nous avançons dans le visionnage plus nous constatons que le rôle qui nous est attribué n’est pas seulement celui de spectateur, mais également celui de scénaristes. Ainsi à des moments clés de la série, des choix s’offrent à nous, « tuer » ou ne pas tuer, choisir telle ou telle marque de céréales, cela va de la plus insignifiante des décisions, à la plus importante, et tant que nous n’avons pas étudier tous les scénarios, nous sommes condamnés à vivre encore et encore les mêmes moments. Dès lors cette saison, montre un aspect bien effrayant du monde virtuel, celui dans lequel un être humain, un acteur devient un avatar pour des spectateurs, les rôles sont inversés, nous avons donc un humain qui se substitue à un avatar. C’est ce même aspect simpliste qui semble presque effrayant dans les sims, le joueur choisi telle ou telle action et la réalise en 20 min ou 1 heure, la seule différence étant l’absence de conséquences dans l’un. La comparaison avec Les Sims met en lumière la délicate frontière entre l’utopie et la dystopie dans les univers virtuels, car nous pouvons voir qu’il est bien facile de basculer dans ces aspects, à condition de porter un autre regard que le regard passif du joueur. J’ai joué à ce jeu durant toute mon enfance, et c’est dans le cadre de cet exercice que je me suis mise à réfléchir sur les sens et métaphores cachées du jeu, la majorité de ces éléments sont des choses que j’avais déjà constatée depuis bien longtemps, sans jamais m’interroger sur des potentiels sens cachés. En outre, Black Mirror: Bandersnatch et “Les Sims” offrent des perspectives distinctes sur les mondes virtuels tout en partageant des similitudes intrigantes. Dans “Bandersnatch”, la série explore la dystopie de la réalité virtuelle en soulignant les risques liés à une immersion totale, où les spectateurs deviennent non seulement des observateurs mais aussi des scénaristes. Les choix cruciaux présentés aux spectateurs, allant de décisions triviales à des dilemmes moraux, créent une expérience interactive unique.

Cette dynamique d’interaction et de choix rappelle étrangement l’expérience du joueur dans “Les Sims”. Dans le jeu, le joueur assume le rôle de créateur et de maître de la vie virtuelle, prenant des décisions qui influent sur le destin des avatars. Cependant, contrairement à “Bandersnatch”, les actions du joueur dans “Les Sims” ne portent généralement pas de conséquences graves, soulignant une différence essentielle. Les deux œuvres explorent la notion troublante où l’humain devient l’avatar, inversant les rôles traditionnels. Tandis que “Bandersnatch” plonge les spectateurs dans une spirale de choix menant à des répétitions cauchemardesques, “Les Sims” offre une version plus légère, mais tout aussi intrigante, où les actions du joueur façonnent la vie virtuelle sans conséquences graves.

“Les Sims” met en avant la capacité du joueur à façonner sa réalité virtuelle sans les lourdes répercussions explorées par la série. Il s’agit là d’une des caractéristiques propre au jeu, puisque comme nous avons pu le relever, il n’y a jamais de conséquences graves aux actions et choix, et toute action peut être annulée par une autre, si nous faisons le choix d’instaurer une relation d’hostilité entre deux sims, en les faisant « se battre » ou « s’insulter », nous pouvons annuler les effets de ces choix, avec d’autres choix tels que « se réconcilier » ou « devenir amis », rien n’est définitif dans les sims.

L’organisation politique

Bien que présente, l’organisation politique des Sims est simplifiée. Les choix politiques et la construction de l’identité virtuelle soulèvent des questions sur la représentation et la reproduction de la réalité dans le monde virtuel. En effet, la question politique n’est présente que de façon indirecte ou très discrète dans ce jeu, par des symboles notamment, nous pouvons construire une mairie, et nos sims peuvent y travailler; devenir politicien; mais c’est toujours de façon secondaire. J’entend par là que ce n’est pas ce qui est le plus mis en avant dans le jeu. En Outre, les sims peuvent travailler dans tous les édifices qui sont déjà construits, être pompier, danseur, athlète ou acteur; mais j’ai pu constater une certaine hiérarchie des métiers dans ce jeu, certains paraissent plus prestigieux que d’autre, puisque le joueur à la possibilité d’accompagner son personnage au travail, mais c’est uniquement disponible pour certains métiers, tels que acteurs, ou policier, tandis que pour d’autres métiers, cette caractéristique est occultée.

Les Sims : Construire le bonheur, la métaphore du Self-made man dans un univers virtuel

La métaphore du self-made man (2) dans le jeu Les Sims s’exprime de manière subtile à travers la gestion des besoins des sims. La barre de vie et la satisfaction des besoins deviennent des  indicateurs cruciaux du bonheur de l’avatar, soulignant ainsi un parallèle avec le concept du self-made man. Dans la quête du bonheur virtuel, les joueurs sont appelés à maintenir constamment l’équilibre entre des besoins variés tels que la faim, la propreté, la socialisation et la carrière, créant ainsi une métaphore de la gestion de sa propre vie. La satisfaction de ces besoins devient une condition préalable au bonheur de l’avatar, ce qui évoque la nécessité de l’autosuffisance et de la gestion personnelle, des qualités souvent associées au self-made man, à titre d’exemple, après une longue période d’absence du jeu, lorsque nous revenons, il y a deux possibilités, soit la barre de vie des sims sont extrêmement bas, et dès lors ils peuvent refuser de faire certaines taches par exemple aller au travail, ce qui peut s’apparenter à une forme de dépression du sims; soit dans le cas contraire, il y a une mise à jour automatique, et à notre retour les sims sont « inspirés » c’est-à-dire que tous les besoins de la barre de vie sont complets. Je n’ai pas encore eu la possibilité de découvrir comment cela se faisait. Par ailleurs dans le deuxième cas de figure, nous avons souvent une « récompense » financière qui s’apparente davantage à un « appât » puisque la phrase suivante « vous avez beaucoup manqué à vos sims, voici 100 simflouz pour leur remonter le moral », dès lors le jeu semble partir du principe qu’une compensation financière permet l’atteinte du bonheur des sims, cela pourrait également être un moyen d’inciter le joueur à rester plus longtemps dans le jeu. Dès lors, on serait tout simplement dans un jeu de capture de l’attention et du temps.

Par ailleurs, l’aspect intéressant réside dans les conditions d’accès au jeu et la symbolique du mythe du self-made man qu’elles véhiculent. En début de partie, les joueurs sont souvent confrontés à des défis financiers et doivent progresser étape par étape dans la construction de leur ville virtuelle. Cette progression reflète d’une certaine manière le mythe du self-made man, où l’individu commence avec peu de ressources et doit grimper les échelons de la réussite par ses propres moyens. La réflexion sur la construction progressive de la ville virtuelle offre un regard plus profond sur la notion de réussite dans le jeu. Les joueurs doivent planifier et construire méticuleusement leur environnement virtuel, prenant des décisions stratégiques pour stimuler la croissance économique et sociale de leur ville. Cette construction progressive peut être interprétée comme une métaphore de la construction d’une vie réussie dans le monde réel, où chaque décision et action contribuent à l’édification de son propre chemin vers le succès. Ainsi, Les Sims, par sa gestion détaillée des besoins et sa représentation symbolique du parcours vers la réussite, offre une réflexion nuancée sur le concept du self-made man, tout en suscitant des questionnements sur la portée de cette autonomie dans la réalité. À noter que dans le jeu, il semble y avoir un parallèle entre cette notion, et la nécessaire atteinte du bonheur par les avatars, c’est-à-dire que même si cette notion n’était pas spécialement reliée au bonheur, le jeu semble les mettre en lien, en rendant indispensable un certain état d’esprit des sims pour être productifs et donc pour avoir une réussite professionnelle ou personnelle.

L’art subtil des interactions virtuelles, une mosaïque de relations nuancées

Les interactions sociales dans Les Sims transcendent la simple mécanique de conversation pour offrir des dynamiques relationnelles riches et nuancées. Les interactions sociales semblent jouer un rôle cruciale dans le jeu, permettant de gagner des XP ou même figurant parmi les catégories de la barre de vie permettant à un sims d’être épanoui, l’importance des interactions entre deux avatars ne doit pas être occulté. Lorsque deux Sims engagent une discussion animée, les émotions exprimées, qu’elles soient joyeuses, conflictuelles ou romantiques, influent directement sur le statut de la relation. Par exemple, des échanges humoristiques peuvent renforcer une amitié naissante, tandis que des disputes répétées peuvent détériorer une relation. Les rendez-vous romantiques, avec la possibilité de déclarations passionnées ou de gestes affectueux, déterminent également la trajectoire des relations amoureuses. Ces interactions ne sont pas de simples animations, mais des éléments clés qui façonnent la qualité des relations virtuelles. Ainsi, le réalisme des interactions sociales dans Les Sims réside dans leur capacité à reproduire, avec une finesse surprenante, les subtilités des relations humaines, en rendant chaque interaction significative pour le développement des personnages virtuels.

 

In fine, les Sims FreePlay, bien plus qu’un simple jeu, offre une exploration approfondie des mécanismes sociaux, économiques et culturels qui définissent notre société occidentale. En examinant ces éléments à travers le prisme du jeu, nous sommes confrontés à une réflexion profonde sur la manière dont la réalité virtuelle façonne et reflète notre compréhension du monde réel. Les frontières entre le virtuel et le réel s’estompent, nous invitant à repenser notre propre interaction avec ces univers simulés. Alors que Les Sims FreePlay continue de captiver des millions de joueurs, il demeure un sujet de fascination et d’interrogation quant à la façon dont il révèle les nuances complexes de notre réalité.


NB : toutes les images sont issues du jeu, et sont des captures d’écran de chaque partie.

1 : produit intérieur brut 

2 : Le concept du “self-made man” désigne une personne qui a atteint le succès et la prospérité principalement par ses propres efforts, souvent en surmontant des obstacles ou en partant de rien. Un self-made man est donc quelqu’un qui s’est élevé socialement ou financièrement par son propre travail acharné, sa persévérance, et son initiative personnelle, sans dépendre significativement de l’aide extérieure, de la chance ou de l’héritage. Ce terme est souvent utilisé pour décrire une réussite individuelle basée sur la volonté, la détermination, et l’autonomie.

Guild Wars 2 : une odyssée architecturale dans le monde du jeu vidéo

Avez-vous déjà eu l’occasion de vous aventurer dans une ville inconnue, que ce soit en marchant ou en bus, depuis le sommet d’une tour, ou d’une manière tout à fait différente, et encore, de changer de médium d’exploration en un claquement de doigt? Probablement non, ou sinon de manière très restreinte. Cette fois-ci, préparez-vous à explorer l’architecture d’un monde virtuel en vous plongeant directement dans l’univers captivant du jeu. J’ai opté pour une expérience ludique unique : celle de Guild Wars 2

Le jeu

Guild Wars 2 (GW2), le MMORPG acclamé de l’éditeur ArenaNet, a captivé des millions de joueurs à travers le monde depuis sa sortie en 2012. Jouer à Guild Wars 2 offre indéniablement l’une des expériences les plus captivantes et agréables au sein de l’univers des MMORPG. Le gameplay? Tout simplement exceptionnel, paré d’une brillance éclatante dans sa narration immersive ! Presque chaque aspect de ce jeu exhale une merveille, une expérience où le PvE (Player vs Environment) pourrait certainement bénéficier de quelques améliorations, mais ArenaNet semble déjà œuvrer continuellement en ce sens en offrant constamment des nouveautés.

Visuellement, Guild Wars 2 est d’une grande splendeur, mais accrochez-vous, car pour en savourer toute sa splendeur, votre machine devra être à la hauteur! Effectivement, l’architecture est si travaillée et si remplie de détails qu’il faut un ordinateur dotée d’une excellente capacité de traitement graphique pour bénéficier d’une meilleure expérience. Chaque recoin de cet univers est une œuvre d’art à couper le souffle, et nous incitent parfois à délibérément nous perdre pour contempler des paysages qui défient l’imagination. Les personnages prennent vie avec une grâce fluide, les effets visuels atteignent des sommets impressionnants, et les cut-scenes sont un régal auditif. Ce jeu est probablement l’un des meilleurs MMORPG qui existe aujourd’hui, préparez-donc votre meilleur ordinateur pour admirer ce jeu enchanté. En revanche, je vous invite à me suivre dans mon aventure:

Prologue

L’architecture de Guild Wars 2 ne se limite pas à des lignes de code et à des structures virtuelles. Elle n’est pas non plus linéaire. Elle est l’âme même de l’expérience de jeu, guidant les joueurs à travers un monde dynamique et captivant. L’art graphique et la conception ingénieuse sont surprenants. Nous pouvons réellement dire que GW2 repousse les limites de l’architecture de jeu, ce qui crée une œuvre interactive qui continue à évoluer et à inspirer les joueurs du monde entier. 

GW2 présente également un monde vaste et diversifié, divisé en différentes zones, chacune avec son propre style artistique, son histoire et ses défis. L’architecture qui sous-tend cette structuration garantit une transition fluide entre les régions, tout en maintenant la cohérence globale de l’univers. Cette approche architecturale donne vie à Tyria en tant que monde organique et réaliste, invitant les joueurs à explorer des terres variées et à découvrir des cultures uniques.  Comme sur notre planète, chaque région est dotée de cultures différentes et d’architectures distinctes. Cela se traduit par une variété d’environnements, allant de villes majestueuses à des étendues sauvages, et même à des cités flottantes ou nichées au cœur de volcans. La créativité émerge donc comme un élément fondamental, ce qui offre aux joueurs une expérience visuelle captivante. De surcroît, l’utilisation de la technologie moderne permet la création de paysages dynamiques et évolutifs, s’adaptant aux événements narratifs tels que les festivals ou d’autres « events », ajoutant ainsi une couche supplémentaire d’immersion. 

Le début et le déroulement de mon exploration: 

Le commencement du jeu, semblable à d’autres expériences RPG, débute par la création de votre personnage. Cependant, dans Guild Wars 2, l’outil de création se distingue par son unicité: vous ne vous limitez pas à choisir la couleur des cheveux ou d’ajouter de l’éclat dans les yeux de votre personnage, vous façonnez sa personnalité avec la possibilité de définir sa personnalité, son passé et ses valeurs morales. Tous ces éléments ont un impact concret sur le déroulement de son histoire, tout comme les décisions que vous prenez pendant le jeu. 

Personnellement, j’ai créé un Charr, une créature ou « race » qui n’existe pas sur notre terre. En un éclair, j’ai esquissé sa personnalité et tracé son passé, amorçant ainsi la quête principale de mon exercice : l’exploration des méandres de l’architecture virtuelle de Guild Wars 2. Pour ce faire, je m’immerge dans la peau d’un personnage et explore plusieurs villes « hometown » de différentes races dans le jeu.

L’une des facettes les plus avant-gardistes de Guild Wars 2 réside dans son monde dynamique, où les événements surgissent de manière spontanée, vous noterez dans mes extraits d’exploration que des « events » sont en cours, exerçant une influence palpable sur l’histoire et l’environnement des joueurs. Dans le premier extrait vidéo que je vous partage, observez ces joueurs interagissant et endossant des rôles cruciaux au sein d’événements déployés dans une cité animée (la ville natale des Charrs, avec des joueurs en tant que « volontaires » en ligne, à 01:53). Prenez également le temps d’observer les diverses façons dont j’explore chaque recoin de cet endroit. À la base de cette architecture immersive, se dessine un système complexe de déclencheurs et de réponses, offrant ainsi une expérience de jeu tout sauf linéaire. Ce concept engendre un univers persistant, où les actions des joueurs forgent de manière authentique le cours du récit, illustrant une prouesse architecturale qui transcende les conventions fixes dans ce genre de récit. Les « events » marquent une socialisation même dans l’exploration, sans compter toutes les options que j’ai pour parcourir une ville: en courant, sautant, marchant, volant, et encore en interagissant avec les autres joueurs.

Pour moi, la dimension sociale du jeu, où les joueurs interagissent les uns avec les autres, ajoute une autre couche à l’étude. Les espaces communs, tels que les places centrales des villes, sont conçus pour encourager les interactions entre les avatars des joueurs. C’est un élément-clé dans l’exploration des lieux en ligne, car j’ai pu constater les endroits importants pour rejoindre les groupes et socialiser. Il est clair que les architectures de ces lieux favorisent la sociabilité, créant ainsi des points de rassemblement naturels pour les joueurs cherchant à former des groupes ou à participer à des événements communautaires.

Dans un contexte plus large, la manière dont l’architecture virtuelle de Guild Wars 2 évolue au fil du temps mérite également d’être soulignée. Les mises à jour régulières et les événements spéciaux transforment les paysages virtuels, créant une dynamique narrative et une expérience de jeu constamment renouvelée pour les joueurs. Je trouve cela très intéressant, car parallèlement, nous traversons également certaines parties de la ville dans la vie réelle en socialisant ou en rejoignant des groupes. Cette partie de l’exploration en ligne de l’architecture me semble similaire à certains espaces publics dans nos villes IRL, qui deviennent également des repères. Il est donc important de le noter dans mon exploration en ligne.

(La Casbah, Alger, Algerie: source D. R)

Véridiquement, l’immersion dans le jeu se révèle instantanée et fluide, catapultant les joueurs dans le monde viscéral des Charr. Les nuances jaunâtres dominent, créant une atmosphère distincte caractérisée par des escaliers labyrinthiques, des salons à ciel ouvert et des édifices aux lignes carrées. La forme de la ville, les ruelles, les escaliers et des passages me rappellent personnellement le quartier de La Casbah à Alger, en Algérie. Les ruelles étroites offrent parfois peu d’espace pour la libre circulation, accentuant la sensation d’être englobé dans un environnement densément construit, presque comme dans la vraie vie. Cependant! La beauté d’explorer un monde virtuel réside dans la magie qui offre la possibilité de s’élever au-dessus de ce dédale urbain grâce à la fonction de vol, offrant une perspective aérienne qui évoque la liberté d’un oiseau en plein vol. J’ai le droit d’être sur un dragon, à ma guise, n’est-ce pas une fonction formidable? Cette expérience procure une vision panoramique du paysage, évoquant presque l’effervescence d’un vol instantané, comme si l’on se retrouvait à bord d’un avion d’un simple claquement de doigts.

Dans le même ordre d’idée, l’exploration dans ce monde virtuel révèle des parallèles enchanteurs, où les possibilités semblent infinies. À tout moment, on peut être à bord d’un bateau, chevaucher une monture, ou même survoler les cieux sur le dos d’un dragon ou d’autres créatures mystiques. Des formules magiques permettent de se déplacer instantanément d’un endroit à un autre, offrant des options d’exploration inédites et un contraste frappant avec les limitations de la vie réelle. L’idée de s’envoler à tout moment ou de passer à travers un portail (sur l’image au dessus, vous pouvez remarquer plusieurs portails en question) pour se retrouver au bord de la mer crée une nostalgie plaisante pour une liberté d’exploration sans entraves, un privilège qui demeure hors de portée dans la réalité quotidienne.

Dans ce deuxième extrait, une expérience (bonus) dans mon exploration: je me trouve au cœur d’une immense cité où se mêlent harmonieusement des temples majestueux et des édifices urbains contemporains. L’image qui se dessine évoque presque une fusion entre les temples de Kyoto, l’effervescence urbaine de New York et les canaux pittoresques de Venise. Pour ajouter une touche particulière à cette exploration, je me trouve actuellement à bord d’un bateau qui me permet de parcourir la ville sous un nouvel angle captivant !
 

Mot pour la fin

Guild Wars 2 se positionne comme un exemple captivant d’architecture virtuelle dans le monde des MMORPG. Cette analyse approfondie, guidée par une méthodologie centrée sur l’architecture, l’expérience des joueurs et les défis de conception, offre un aperçu éclairant de la complexité et de l’ingéniosité nécessaires pour créer des mondes virtuels qui captivent et enchantent les joueurs. La dimension sociale et l’évolution dynamique du monde virtuel ajoutent des couches supplémentaires à cette expérience, soulignant l’importance continue de l’innovation dans le domaine du jeu en ligne massivement multijoueur. 

En embarquant dans cette aventure virtuelle, j’espère vous avoir offert un regard approfondi sur l’architecture de Guild Wars 2 et suscité votre curiosité pour ce monde enchanteur. Que votre propre exploration dans l’univers numérique soit aussi riche en découvertes et en émerveillements que celle que j’ai vécue dans le monde dynamique de Guild Wars 2. Préparez-vous à explorer sans fins toutes les formes d’architectures rappelant à la fois des endroits de notre planète et la science fiction.

Quelques scènes de mon exploration architecturale: 


L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

Les lignes de désir ou l’art de dompter l’espace urbain

Introduction générale :

Dans ce cimetière, le plus grand de Paris, conçu tel un lieu de promenade hors du temps, se déplacer parait vraisemblablement simple, surtout si l’on se contente de suivre les allées principales impeccablement pavées et les divisions rectilignes ombragées de part et d’autre d’un jardin anglais. Mais quelle curiosité pourrions-nous combler en laissant une balade être menée uniquement par l’aménagement mis en œuvre par des architectes et des paysagistes. N’est-il pas plus plaisant de se perdre, d’aller à l’encontre du tracé originel et de se promener où bon nous semble, là où nous le souhaitons, là où nous le désirons ?

En arrivant à l’entrée du cimetière, notamment par la porte principale, un plan général est mis en évidence afin d’aider les visiteurs à se guider dans ces 43 hectares et plus de 75 393 tombes. Il est également fréquent de voir des plans tenus dans les mains des visiteurs pour leur permettre de s’orienter dans le Père Lachaise. Et tandis que les touristes s’enfoncent dans les allées principales de la nécropole parisienne, suivant à la lettre les indications et les recommandations, les habitués eux, circulent avec aisance, à la recherche d’une sépulture ou d’un monument mortuaire qu’ils souhaitent visiter. Il est donc rare de croiser un endeuillé emprunter une des allées principales, ce dernier saura pertinemment quel chemin est le plus apte à le mener le plus rapidement possible vers la tombe qu’il souhaite rejoindre. Ainsi, la voie principale n’est pas toujours la plus efficace, un passant souhaitant se rendre rapidement à une destination, préférera prendre un chemin parfois sinueux mais plus rapide pour rejoindre la destination désirée. Par ailleurs, au fur et à mesure que ce chemin sera emprunté, la végétation finira par dépérir au profit d’un véritable tracé. On appelle ces chemins, les lignes de désir.

Ligne de désir, quartier de Belem à Lisbonne 2015 – crédit Metro Centric.

Les lignes de désir ? Ce terme ne vous dit peut-être rien, pourtant, vous êtes très certainement responsables de la formation de plusieurs centaines de ces chemins, que vous empruntez quotidiennement. Il nous arrive à tous de ne pas prendre la voie tracée, évidente, préconisée, simplement car il s’avère qu’elle ne sera pas précisément la plus rapide ou la plus agréable.  Parfois même, nous allons la contrer en empruntant un chemin tout autre qui n’est parfois ni pavé, ni bien tracé, ni même signalisé ; ces chemins correspondent aux lignes de désir. La société de développement Angus ”une entreprise d’économie sociale qui régénère le territoire”, définit ces lignes comme “ces chemins qu’empruntent spontanément les piétons ou les cyclistes pour se déplacer d’un point A à un point B par souci d’efficacité ou d’agrément, sans se limiter au chemin « officiel » établi par les autorités”.

Aménagé à l’image d’un jardin à l’anglaise par Alexandre-Théodore Brongniart, architecte mandaté par la mairie de Paris en 1813, le cimetière du Père Lachaise tend à cette époque à devenir ”un lieu à la fois fonctionnel et propice à la promenade et au recueillement”.  Deux siècles plus tard, le cimetière est devenu un véritable lieu de promenade pour les riverains et les milliers de touristes qui viennent découvrir cet endroit calme et fleuri; lieu de verdure encré dans une des 40 villes les plus polluées au monde et la ville la plus polluée de France.

Que penserait Brogniart de ces chemins confidentiels, créés par l’accumulation et la répétition des milliers de pas qui les ont tracés, serait-il exaspéré, fasciné, confus ?  Et vous lecteurs, pensez-vous que nous devrions respecter le tracé originel ou au contraire nous en écarter ? Le promeneur peut-il s’approprier et maîtriser l’espace public en restant ainsi libre d’emprunter les chemins qu’il désire ?

Je vous propose d’enfiler vos plus belles chaussures de randonnées et de parcourir à mes cotés ces ”lignes de désir”, qui peuplent le cimetière et interrogent sur les questions d’aménagement et de maintenance d’un lieu public.

Les lignes de désir dans la culture populaire :

Sur Reddit, un site web communautaire de discussions et d’actualités sociales, les internautes s’amusent à publier des photographies de ces lignes de désir, appelées “desire-paths” en anglais ; le nom de la discussion générale s’intitule ”On The Beaten Trail” traduit littéralement ”sur les sentiers battus”. Des centaines de commentaires sont présents sous les photographies de ces forums, l’un d’entre eux se dégage pourtant : ”Pourquoi l’ordre public continue-t-il à empêcher les passants d’emprunter la voie qu’ils jugent comme la plus efficace ?”. Le sujet constitue donc une controverse et le dialogue entre promeneurs, paysagistes et architectes devient donc plus complexe. D’un côté l’on prône l’efficacité et la rapidité et de l’autre on insiste sur le caractère peu esthétique de ces lignes qui viennent semer un trouble visuel dans l’espace public. 

L’aménagement du cimetière aurait-il dû prendre en compte le fait que certaines tombes sont difficile d’accès et que les visiteurs souhaitant se recueillir sur ces dernières soient contraints d’emprunter des chemins sinueux pour s’y rendre ? N’aurait-il pas été préférable d’attendre que les visiteurs créent eux même leurs chemins avant même de paver les allées principales ?

L’élaboration des chemins et des routes sur le campus de l’université d’Ohio vient prouver qu’une avancée peut être faite quand il s’agit d’aménager le terrain afin de faciliter les déplacements. En effet, les autorités en charge de valider les voies ont préféré attendre que les étudiants aient empruntés les chemins qu’ils leurs semblaient être les plus fluides et évidents pour circuler au sein du campus pour ensuite tracer et paver définitivement les voies. Un dialogue peut donc être établit entre administration, paysagistes et piétons et favoriserait ainsi la circulation pour autrui dans l’espace public. 

Photographies du Campus de l’université d’Ohio State Avant et Après le passage des étudiants – crédit : anonyme.

L’aménagement d’un cimetière comme le Père Lachaise n’a pas été pensé dans le but de prioriser des déplacements ”rapides” et ”efficaces” en son sein. Quant aux habitués, lignes de désir, allées principales, rien n’est important, si ce n’est de rejoindre la destination voulue, ce qui peut parfois surprendre les visiteurs non-initiés, surpris de voir des promeneurs les dépasser pour rejoindre d’un pas sûr et déterminé un chemin parfois étroit et boueux pour ensuite se fondre dans la végétation du cimetière; ne faire qu’un avec ce lieu à la fois mystérieux, funèbre et majestueux. Cette façon étrange et surprenante dont le visiteur occasionnel ou pas, s’approprie un lieu, un territoire, pour le rendre sien.

Sur les traces de pas des habitués :

Lors de mes multiples visites, je tenais à pousser l’immersion à son paroxysme; je me suis donc imposé quelques contraintes. La première était d’effectuer les visites seul et de décliner les échanges et les interactions avec mes camarades, ma pensée pourrait alors se canaliser uniquement sur la vie du cimetière. La seconde consistait en la non-utilisation des voies et avenues principales afin de prioriser les chemins sinueux, secondaires, soit les lignes de désir ; participant ainsi une nouvelle fois par cette immersion totale à rendre concret mon travail de recherche.

Ligne de désir, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

En déambulant dans le cimetière, je me retrouvais à m’imprégner pleinement du fonctionnement et du mode de déplacement de ses habitués. J’avançais comme pressé de retrouver quelqu’un, comme pressé de me recueillir auprès d’un proche partit trop tôt ; un peu inquiet, mais soucieux de lui narrer des histoires que je lui aurais conter de son vivant. Au fil des feuilles mortes qui recouvrent les étroites allées que je piétinais, je me retrouvais à croiser des passants, plus rapide et plus déterminés que je ne l’étais moi-même. Tout en esquissant un sourire, ou en échangeant un regard, je me demandais, qui arrivera le plus rapidement ? Le métro, le bus et les voitures pourtant bien loin, je me retrouvais à me remémorer ce stéréotype sur les parisiens, dont le rythme de vie ne rime qu’avec stress et angoisse. Je compris le désarroi des visiteurs, surpris de voir des passants ne prêter la moindre attention à ce décor automnale qui habille si bien les feuilles des arbres du cimetière. 

Ces lignes de désir, sont plus que de simples chemins, elles témoignent d’un lien privilégié particulier entre les morts et les vivants et permettent la transmission de la mémoire. En empruntant de façon systématique un tout autre chemin que celui prédéfini afin de se rendre d’un point A à un point B, nous participons également à l’établissement d’une trace non linéaire, d’un souvenir, d’un lien matériel et mémoriel entre un proche et nous-même. Ces lignes de désir, non recommandées, libérées de toute contrainte établit permettent au promeneur de dompter l’espace public à son échelle.

Dompter l’espace urbain ? :

Et comment fonctionne concrètement l’implantation d’un cimetière dans l’environnement urbain ? Le cimetière soit un ”Terrain généralement bénit, le plus souvent clos de murs, dans lequel on enterre les morts.” Doit, d’un point urbain, être aménager de façon à devenir un espace dédié au  recueillement, où le calme doit régner en maître des lieux ; pour permettre aux morts de reposer en paix. Par ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Paris nous pouvons retrouver ceci, ”La Ville de Paris rappelle qu’un cimetière est avant tout un lieu de recueillement pour les familles, où des funérailles sont organisées chaque jour.”

Ce site nous propose également une page dédié au Père Lachaise et amène à ce poser  plusieurs questions. Qui est libre de décider comment il doit s’aménager ?

Et bien un cimetière est gérer à la fois par le conseil municipal et par la mairie et selon l’Article 18 (art. L. 2213-9-1 nouveau du code général des collectivités territoriales) : 

– ”La gestion du cimetière, c’est-à-dire ce qui a trait à sa création, à son entretien, à son aménagement, à son agrandissement, à sa suppression, relève des attributions du conseil municipal.” 

Enfin au sujet de la mairie, 

– “Le maire exerce quant à lui la police des cimetières. Il est chargé d’y assurer l’hygiène, la salubrité, la décence, le bon ordre, la sécurité et la tranquillité ainsi que d’en garantir la neutralité.” De plus le maire veille “à la largeur des allées, à la circulation des véhicules”. Les lignes de désirs seraient un fléau pour l’espace urbain ?

”Les routes pavées nous montrent où nous sommes destinés à aller tandis que les lignes de désir se créent quand nous mettons un pied hors de la route et laissons nos coeurs décidés du chemin que nous allons emprunter “ – David Farrier

Il est rare de trouver des autorités tolérantes à la mise en place de ces lignes de désir, il n’est pas anodin de voir les administrations dédiées à l’aménagement du territoire mettre en œuvre et en actions des plans afin de contrer l’utilisation de ces lignes dans l’espace public. Ces moyens de contournement peuvent paraitre risibles tant ils participent justement à la création d’autres voies alternatives empruntées par les piétons qui trouvent et inventent sans cesse de nouvelles façons d’accéder à des lieux. 

Ligne de désir barrée, Parc français – crédit : Inconnu

Dans une série de documentaires, déclinés au travers de plusieurs formats audiovisuels ; la Société de Développement Angus basée à Montréal au Canada, questionne sur l’évolution d’une ville par et pour l’être humain. En envisageant l’espace urbain autour du piéton, du promeneur et non plus dimensionner la cité et son accessibilité à la priorité des véhicules automobiles. La ville par et pour les piétons ? C’est une ambition intéressante à souligner et qui doit constituer un véritable axe de développement dans le futur de l’aménagement de l’espace public.

Dans le cimetière du Père Lachaise, se rendre d’un point A à un point B doit être simple et ne doit pas constituer un périple laborieux, une gêne, une entrave de mouvements pour le promeneur. Néanmoins, en visitant le cimetière, vous ne pourrez pas passer à côté des véhicules utilisés pour transporter le matériel destiné à la maintenance du terrain, des jardins, des tombes et des monuments funéraires. Il est fréquent de voir des visiteurs surpris de devoir se déplacer des allées afin de laisser place à ces véhicules, qui ne semblent pas être les biens venus dans ce lieu figé et hors temps. 

Affiche de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Cimetière du Père Lachaise – crédit : Clyde Costuas-Timsit

Les allées pavées construites au XIXème siècle introduisent la ville dans ce lieu clôt comme pour rassurer le visiteur mais également pour édicter des règles, des règles de déplacement à respecter, des normes de comportements adopter, les petits escaliers permettent alors au promeneur de s’échapper vers des chemins divergents.

Il apparait donc que le Père Lachaise en tant que territoire complexe et lieu unitaire à part entière ne peut être traité dans sa globalité de la même façon qu’un parc ou le campus d’université. Ce lieu chargé d’histoire, aménagé sur une colline, ouvert sur plusieurs portes, véritable microcosme aux centaines de tombes historiques est et demeure un vestige de plusieurs époques, une passerelle entre la vie et la mort, un témoignage historique, culturel et artistique de l’évolution de la vie à Paris.

Je vous laisse avec cet enregistrement sonore à caractère immersif, accompagné d’une composition originale.

Par Clyde Costuas-Timsit

La flore au service d’un paysage hors du commun

Le 17 septembre 2022 j’ai assisté à notre premier cours d’atelier d’écriture et d’observation de la ville. C’est en ce jour que je fais la connaissance de la problématique générale de notre cours ainsi que de notre thème principal. Dans le cadre de notre cours nous avions comme objet d’étude le cimetière Père Lachaise, encadré par la problématique suivante: De quelle manière le rap port entre « les hommes » et « les choses » fait-il durer la mémoire ?

Ne m’étant jamais rendue dans un cimetière, je fus très dubitative quant à la révélation de notre objet d’étude. Les cimetières sont avant tout un lieu de deuil et de recueillement, un endroit peuplé des familles, des amis, et des proches des personnes décédées. Avant de commencer l’étude du cimetière, je le voyais comme un espace ou seulement les gens venants se recueillir étaient les bienvenus.

Je décide alors de découvrir l’endroit avec un œil curieux.

Ce qu’il faut savoir sur le cimetière:

Le cimetière Père Lachaise ouvre ses portes dans un ancien parc, il a ensuite été réaménagé en jardin funéraire par l’architecte français Alexandre-Théodore Brongniart. Se présentant comme le plus grand espace vert de Paris, le cimetière Père Lachaise est un haut lieu de mémoire qui conserve une lui de multiples ensemble commémoratifs, tel que le Mur des Fédérés ou des monuments liés aux grands conflits du XXème siècle. Grand précurseur des évolutions funéraires, il accueille les premiers crématorium (1887) et jardin cinéraire français (1985). 

Situé dans le XXème arrondissement de Paris, le cimetière peut se vanter d’être le plus grand cimetière de Paris intra muros, et d’avoir une grande notoriété dans le monde entier. Cette réputation s’explique notamment par le fait qu’une multitude de personnes célèbres y sont enterrées. Aussi appelé le « cimetière de l’Est », le cimetière Père Lachaise possède un terrain qui s’étend sur pas moins de 43 hectares, et compte plus de 3 millions de visiteurs venus du monde chaque année. 

Sous la gestion de la Mairie de Paris, le cimetière Père Lachaise apparaît dans la ville comme bien plus qu’un cimetière, il possède aussi les qualités d’un parc et d’un jardin. D’après le site officiel du cimetière Père Lachaise ce dernier totalise 70 000 concessions funéraires. Parmi les plus grands artistes, hommes d’État, militaires, historiens, musiciens et chanteurs tels que Edith Piaf, Molière, Balzac, Marcel Proust, ou encore Jean de la Fontaine. 

Afin de faire une analyse correcte du cimetière, l’une des questions qui à encadrer notre cours était celle de la maintenance. C’est pour cela que j’ai décidé de porter mon analyse sur : la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations dans le cimetière Père Lachaise.

Il s’agit là d’une analyse d’un des aspects esthétique qui est très présent dans le cimetière. Cet aspect du cimetière s’est directement démarqué pour moi déjà lors de ma première visite.

A partir de cet aspect là du cimetière, nous pouvons voir comment l’entretien du cimetière à travers ses fleurs, ses arbres, et ses plantations est en réalité une responsabilité qui n’appartient pas à un seul partis. 

Mon positionnent sur le cimetière: 

L’observation du site s’est faite pour ma part lors des trois visites au cimetière Père Lachaise dans le cadre de notre cours d’Atelier d’écriture. Mon analyse de l’endroit ainsi que mes recherches se sont faites progressivement. 

En effet, lors de notre première visite ma venue s’est faite dans l’optique de découvrir le cimetière, un endroit qui m’était jusque-là inconnu. C’est pourquoi j’ai décidé de me concentrer sur l’observation, en me promenant à l’inconnu parmi les nombreuses allées du cimetière. En me servant du plan du cimetière que j’ai reçu lors de notre cours, j’ai pu faire une première analyse de l’endroit. Le cimetière est bâtit de cinq portes bien desservis :

  • Porte Principale (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Père Lachaise et bus (61-69) 

  • Porte des Amandiers (accessible seulement au piétons) / Bus 61-69

  • Porte du Repos (accessible aux piétons également) / Métro Philippe Auguste 

  • Porte de la Réunion (accessible aux piétons seulement) / Bus 76

  • Porte Gambetta (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Gambetta et bus 26-60-61-64-69-102

Compte tenu les étapes de mon étude, mes recherches se sont faites directement sur le terrain. Je me suis beaucoup promené à l’intérieur du cimetière afin de pouvoir révéler ma vision du cimetière. De longues matinée à contempler les architectures et les décors du cimetière. 

Le récit de mes découvertes :

Commence ici le récit de mes découvertes. Le 25 octobre 2022 à neuf heures, je me rends pour la première fois au cimetière Père Lachaise. Approchant par la Porte du Repos, l’entrée était tellement discrète que j’étais sur le point de la manquer. Arrivée dans le cimetière se présenta tout de suite à moi plusieurs chemins possibles. En arrivant, je ne savais pas laquelle de ses facettes allait le plus m’inspirer. En empruntant la première voie de droite, je découvre un rassemblement de tombes sans fin qui s’étale devant moi. Les chemins à emprunter étaient de plus en plus flou, il fallait alors créer sa propres routes entre les tombeaux. 

En progressant dans ma promenade je me rendis compte que la présence des fleurs, et des plantations dans le cimetière fût l’aspect qui m’inspira le plus. Le cimetière Père Lachaise constitue le plus grand espace vert de Paris intra muros, il regroupe 4 000 arbres et 80 essences différentes. Le cimetière se présente à nous tel un véritable parc qui laisse la nature s’épanouir dans son espace. D’ailleurs depuis 2015, le cimetière à banni l’utilisation des produits phytosanitaires, ce qui permet à la nature de s’éclore.

Lors de cette première visite, j’ai pu commencer à prendre quelques photos des éléments qui m’ont attiré l’œil. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : DRAMÉ Maryam

Voici deux photos que j’ai prises en me baladant dans le cimetière lors de ma première visite. Pas loin de cet emplacement, j’ai pu interroger une passante et lui demander qu’elle était la raison de sa venue au cimetière en ce jour. Cette jeune femme répondis très gentiment en disant être venue au cimetière pour voir les couleurs d’automne ainsi qu’apprécier l’odeur de forêt.

Cette réponse m’a mieux fait réaliser le fait que le Père Lachaise est bien plus qu’un cimetière. En effet, il s’agit aussi d’un lieu qui offre un véritable paysage panoramique à ses visiteurs. Ces deux photos nous le montrent bien, les couleurs de l’automne sont bien visibles dans le cimetière. Nous pouvoir voir que les arbres changent progressivement et se parent de leurs couleurs rouges, orangées, et jaunes. Les feuilles se détachent alors des arbres et recouvrent le sol d’un tapis feuillus. Un paysage magnifique digne d’un véritable tableau s’est offert à moi.  

Toujours lors de cette première visite, j’ai pu en savoir plus sur la maintenance des plantations et notamment des arbres. Il devait déjà être dans les alentours de onze heures, et ma première visite au cimetière touchait à sa fin. Cependant, c’est avec deux de mes camarades que j’ai fait la rencontre de quatre cantonniers qui travaillaient dans le cimetière. Nous avons eu l’occasion de discuter avec eux pendant une trentaine de minutes. Durant cette entrevue, ils ont répondu à toutes nos interrogations autour du cimetière notamment autour de la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations. Selon eux, le cimetière est vraiment le poumons vert à l’intérieur de Paris, c’est pourquoi il est important que les visiteurs puissent apprécier leur visite à travers cela. 

L’équipe du cimetière qui entretient les lieux est active quotidiennement, soit 365 jours par année et sept jours sur sept.

Les cantonniers sont employés par la Mairie de Paris et non par le cimetière lui-même. L’équipe de cantonniers que nous avions rencontré est chargée de plusieurs espaces dans plusieurs lieux tels que Belleville, ou encore La Villette. Ils sont en tout une équipe de 19, cependant ils considèrent que ce n’est pas suffisant, il faudrait engager plus de personnes compte-tenu de la quantité de travail.

Ils nous racontent aussi qu’il est important de comprendre que vis à vis de leur travail, tout le monde est traité à la même enseigne dans le cimetière. C’est-à-dire qu’ils ne doivent pas s’occuper d’une tombe plus qu’une autre. Travaillant pour la ville de Paris, il est de leur responsabilité de faire leur travail de manière égale. 

Lors de notre discussion, ils se chargeaient de ramasser les feuilles d’automne qui couvraient le sol. Selon eux, il s’agissait d’un jour de travail « tranquille », d’où la raison de notre longue discussion. Chargés de réunir et de ramasser les feuilles, ils nous expliquent qu’elles sont récupérées par la société française de services SAMSIC. Cependant, il n’est pas de leur responsabilité de nettoyer les tombes ainsi que les feuilles qui se trouvent sur les côtés des tombes. C’est pourquoi il y a dans le cimetière des tombeaux plus propres que d’autres, il s’agit des proches des familles qui s’en occupent. 

“Le 8 novembre 2022 à neuf heures, j’arrive une nouvelle fois par la Porte du Repos au cimetière Père Lachaise. Voici quelques photos que j’ai prises lors de ma navigation dans le cimetière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Nous pouvons apercevoir sur cette photo une magnifique composition de fleurs qui laisse paraître les couleurs de l’automne. Les proches des défunts sont chargés d’une grande partie de l’entretien des tombes. Nous pouvons voir que de grandes dispositions ont été prises ici afin de rendre le décor agréable. Les fleurs sont visibles de loins, attirent l’oeil des passants, et marquent le paysage de leur magnifique touche de couleur.

 

Crédit photo : Dramé Maryam

En continuant ma visite j’ai pu faire la découverte de cette somptueuse lignée de fleurs. Ce chemin de fleurs colorés placés devant des tombeaux attire lui aussi l’œil des visiteurs. Je me souviens avoir été impressionné lorsque mon regard s’est posé dessus. Les compositions florales de ce type m’ont permis de comprendre pourquoi certains visiteurs considèrent ce lieu comme un parc. 

Les cantonniers travaillant au parc nous ont parlé de cet aspect de parc qui s’émanait du cimetière. Selon eux, il est bien que les visiteurs puissent apprécier les paysages qu’offrent le lieu, cependant il ne faut pas oublier le fait que ça reste un cimetière. En effet, l’un des cantonniers nous racontait qu’il avait déjà aperçu une personne faire son footing dans le cimetière. Une attitude qui selon lui est un manque de respect vis-à-vis du lieu. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici quelques photos qui montrent bien que les bouquets de fleurs sont ajoutés par les proches des défunts. Ces derniers prennent en charge l’entretien des tombeaux à leur manière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici une photo que j’avais prise le 29 novembre 2022, lors de ma troisième et dernière visite au Père Lachaise. J’ai personnellement une préférence particulière pour cette photo. En effet, je pense qu’à travers cette seule et unique photo nous pouvons voir toute la profondeur et toute l’étendue de la superficie du lieu. Les couleurs d’automne scintillent dans l’horizon en venant couper le souffle des visiteurs. 

Lecture d’un poème représentant bien le paysage du cimetière :

L’automne 

« On voit tout le temps, en automne 

Quelque chose qui vous étonne, 

C’est une branche tout à coup, 

Qui s’effeuille dans votre cou ; 

C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encore,

Et puis partout, ces feuilles d’or

Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison, 

Mais la nuit si tôt va descendre ! 

Retournons vite à la maison Rôtir nos marrons dans la cendre. »

Lucie Delarue-Mardrus

 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

J’ai pu découvrir pendant mes visites au cimetière que les visiteurs jouaient un très grand rôle dans la maintenance des plantations et des fleurs dans le cimetière. Les visiteurs sont un des acteurs majeurs de cette maintenance, et cela s’exprime tous les jours dans la vie du cimetière. Lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu apercevoir une visiteuse qui arrosait d’elle même les plantes dans le cimetière. Cette dame était venue avec son propre arrosoir pour redonner une vivacité d’oxygène au poumon vert de Paris. 

Sur les deux photos présentes ci-dessus, j’ai voulu mettre une nouvelle fois en évidence l’aspect des services publics. En me dirigeant vers la sortie lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu entrevoir des agents de la Mairie de Paris planter de la végétation vers une des portes du cimetière. En voyant ces agents travailler j’ai pu réaliser que la Mairie de Paris continue d’être active dans l’initiation de nouvelles plantations dans le cimetière.    

L’épilogue de mes recherches : 

C’est ici que s’achève le récit des mes découvertes au sein du cimetière Père Lachaise. En plus de mes observations directes sur les lieux, d’autres moyens m’ont permis d’en savoir plus sur le sujet. Afin de mener à bien mes recherches sur le cimetière, j’ai pu compter sur la présence du site officiel du Père Lachaise qui regorge d’une bibliothèque d’informations sur le lieu. De plus, le site officiel de l’ONF (l’Office National des Forêt) à aussi été une ressource utile pour moi. 

À la suite des découvertes que j’ai pu faire en travaillant sur le cimetière Père Lachaise, j’ai pu percer à jour une autre facette du lieu. Ce qui m’a marqué dans cette analyse du cimetière est que cet aspect de parc est omniprésent dans l’espace. Le cimetière dispose d’une énorme  superficie qui permet aux visiteurs d’apprécier les paysages qu’il nous offre. Cette immense étendue est un point majeur dans la vision que les visiteurs portent sur le cimetière. En effet, entendre certaines personnes considérer ce lieu comme un parc avant tout m’a encouragé à en découvrir les causes. Le cimetière dispose d’une flore incroyable qui permet au visiteur de progresser dans un splendide environnement. 

Le Père Lachaise est paré de multiples propositions de fleurs et de plantation. Selon moi, ce thème m’a inspiré car il s’agit de l’aspect qui à rendu ma visite agréable.

À la suite de mon analyse je n’imagine pas le cimetière Père Lachaise sans son aspect végétal. Le Père Lachaise est bien le poumon vert de Paris, c’est pourquoi il est nécessaire de mettre en valeur cet aspect. Je me pose la question d’un développement de cet aspect au sein du cimetière. Comment la Mairie de Paris pourrait-elle améliorer les décors qu’offrent le cimetière ?

Selon moi, exploiter ce caractère panoramique du cimetière pourrait permettre aux visiteurs d’apprécier l’endroit encore plus.  

 

DRAMÉ Maryam

Les graffitis, entre désordre et embellissement de la ville

Jérôme Denis et David Pontille présentent les différents aspects du processus d’effacement des graffitis à Paris dans leur article intitulé L’effacement des graffitis à Paris : un agencement de maintenance urbaine, publié en 2018. Ils abordent les multiples enjeux que ce processus de maintenance soulève. Dans un premier temps, celui-ci est étroitement lié à l’image de la ville. 

Les graffitis et l’image de la ville 

Si on en vient à vouloir effacer ces manifestations graphiques c’est parce qu’elles donnent une mauvaise image de la ville. D’une part, ce sont des signes de désordre. On a tendance à se sentir moins en sécurité dans un quartier où les murs en béton ont été recouverts de tags qui expriment des slogans, des noms ou encore des insultes. La pratique du tag est interdite et relève du vandalisme. Dès lors, dans l’imaginaire collectif, une ville où les graffitis non autorisés prolifèrent est une ville où leurs auteurs, qui sont donc des criminels, s’introduisent dans des endroits où ils ne sont pas censés être pour taguer les murs, et cela sans que l’autorité publique n’intervienne. On imagine les criminels en question capables de bien plus que seulement dessiner sur les murs, ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez les habitants. Les graffitis sont ainsi des signes de défaillance officielle.  

Graffiti sur le métro parisien

D’autre part, la présence des graffitis participe à l’image de la ville dans le sens où ils posent la question de la propreté urbaine. En plus d’être associés à la criminalité, les graffitis sont associés à la saleté. Ce sont des graphismes singuliers aux couleurs et aux formes disparates qui ne montrent aucune linéarité avec le paysage urbain et sont souvent très visibles. Tout comme on ne veut pas trouver de déchets sur le trottoir quand on marche dans la rue, on ne veut pas tourner la tête au détour d’une ruelle et se retrouver nez à nez avec un graffiti exprimant un message politique enflammé. Pour faire face à ces nuisances visibles et à l’initiative du maire Jean Tiberi, une politique d’effacement des graffitis est lancée dans les années 2000. C’est un travail de maintenance urbaine colossal qui possède son lot de contraintes, comme par exemple le matériel de traitement choisi spécifiquement en fonction de chaque mur et chaque graffiti. 

Un travail d’invisibilisation 

Cette maintenance est nécessaire et elle doit être menée de manière continue au fur et à mesure du temps, selon Pontille et Denis, afin de garder la ville dans son état d’origine – autant que cela est possible bien sûr. Pour cela, l’organisation s’est faite progressivement, et notamment par l’aménagement de métiers spécifiques comme celui d’agent effaceur. Ce dernier vient s’ajouter à la liste des personnes qui sont responsables de la maintenance des espaces et des bâtiments dans la ville. Ce sont les éboueurs, les agents d’entretien ou encore les jardiniers, toutes ces personnes dont les actions sont invisibilisées mais qui sont indispensables au bon fonctionnement d’une ville. En effet, les auteurs présentent la maintenance urbaine comme un travail d’invisibilisation. Invisibilisation des graffitis, tout d’abord, puisque tout le processus vise à les rendre invisibles en les effaçant. Mais on remarque également une invisibilisation du travail d’effacement en lui-même. Le graffiti est signalé, appréhendé puis confié à un agent effaceur qui va se charger de le faire disparaître. Tout cela se déroule dans la discrétion sans que les habitants s’aperçoivent forcément du passage de l’agent, et rapidement, si bien que certains n’ont pas le temps de remarquer le graffiti en question. 

Graffitis autorisés

Enfin, face au nombre important de graffitis sur le territoire parisien considéré pour la maintenance urbaine, des critères ont été définis afin de savoir quels sont ceux à effacer, et quels sont ceux qui sont acceptés. Ces derniers sont d’ailleurs recensés afin de faciliter le travail des agents. 

Toutefois, il est intéressant de remarquer que l’on retrouve sous la même appellation graffitis à la fois les graphismes non autorisés, parfois au caractère injurieux, parfois seulement dessinés dans l’illégalité sur un mur appartenant à l’espace public, et à la fois les graphismes autorisés dont la présence a été négociée avec le propriétaire du bâtiment où ils sont apposés. A partir du moment où ils sont autorisés, ces derniers sont alors classés dans la catégorie de street art. Mais cette classification n’est-elle pas arbitraire ? Selon quels critères détermine-t-on quels graffitis sont autorisés et quels sont ceux qui doivent être retirés ? A l’origine, tous les graffeurs ont la même volonté : s’exprimer librement, revendiquer une opinion ou dénoncer une idée, et cela hors des supports traditionnels et de manière anonyme. C’est aussi une manière pour les graffeurs de s’approprier l’espace dans lequel ils vivent. Ainsi, même les graffitis autorisés sont porteurs d’un message car aucune œuvre d’art n’est neutre et objective. On peut imaginer que c’est le caractère explicite, offensant, ou “politiquement incorrect” du message qui est condamné. Mais est-ce que tous les graffitis effacés entrent nécessairement dans une de ces catégories ? 

La Petite Fille au ballon par Banksy

On pense alors à Banksy, par exemple, qui fait des œuvres intéressantes esthétiquement et avec un message politique ou social fort. Pourtant ce qu’il fait est toujours considéré comme illégal et controversé parce que ce n’est pas autorisé : il n’y a pas un accord préalable entre l’artiste et le propriétaire des lieux où il tague. De plus, dans certaines villes, on demande à des artistes de recouvrir les murs dans une volonté d’embellir les rues et espaces publics. À Brétigny sur Orge (91), par exemple, dans le cadre de projets organisés par la commune, des fresques murales ont été réalisées sur le mur d’une ruelle mal éclairée, afin de rendre l’atmosphère plus agréable pour les habitants qui l’empruntent. Finalement, ce qui sépare les graffitis qui relèvent du street art de ceux à effacer, c’est cette autorisation accordée par la ville. 

Fresque murale à Brétigny

A l’image du processus d’effacement des graffitis, ces projets d’embellissement des villes participent aussi à la maintenance urbaine. Avec des fresques murales colorées, ils contribuent à l’atmosphère graphique des espaces urbains et redonnent vie aux coins les moins accueillants de la ville. 

Johanna Apostolidis


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

La place des graffitis dans l’espace public : une valeur des œuvres remise en cause

Le texte dont nous allons traiter dans cet article est un texte de Jérôme Denis et David Pontille qui à été posté le 17 octobre 2022 et qui se nomme « L’effacement des graffitis à Paris: un agencement de maintenance urbaine ». Ce texte qui aborde la place de l’image des graffitis dans la ville, met en évidence le concept de maintenance dans la ville. Pour en comprendre d’avantages, nous allons voir dans cet article la valeur que les graffitis ont pour la ville et ceux qui y vivent.

Les graffitis dans la ville notamment dans la ville de Paris semble être un sujet posant problème et réveillant certains désaccords quant à l’entretien de la ville. Le texte de Jérôme Denis et David Pontille met en évidence la politique d’effacement des graffitis mise en place dans la ville de Paris au tournant des années 2000 par l’ancien maire Jean TIBERI. Ce programme nommé « Opération Murs Propres » à été créé selon la municipalité pour garantir l’exigence de la propreté visuelle. Pour justifier cette décision, la municipalité se lance dans une sorte de devoir vis-à-vis de la maintenance de la ville. Cependant pour certains, ce programme visant à effacer les graffitis est en réalité un geste politique pour s’assurer du contrôle de l’espace urbain. Les sociologues Jérôme Denis et Davis Pointille se sont notamment intéressés au processus d’effacement des graffitis mis en vigueur à Paris, comme une sorte de « mise en ordre esthétique » de la ville et un « agencement de maintenance » visant à façonner la ville selon la vision qu’ont les pouvoirs publics.

Pour beaucoup les graffitis sont considérés comme un acte dangereux qui dégrade la ville et ses architectures. C’est pourquoi la ville met en place de plus en plus de moyens pour assurer cette maintenance. En effet, des caméras, des systèmes de géolocalisation, ou encore des patrouilles de police régulières ont été mises en place pour lutter contre les graffitis. La police ainsi que les autres agents de sécurité sont donc des acteurs importants dans cette politique contre les graffitis se présentant comme les gardiens du respect de l’ordre.

Selon la municipalité de Paris, ces actions sont nécessaires pour veiller à la bonne tenue de la ville, et pour rétablir la « propreté urbaine » vis-à-vis d’actions qu’ils considèrent comme sales et tachantes.

Cependant, l’effacement des graffitis dans la ville met en évidence des divergences notamment quant à l’existence d’une différence de regard entre les réalisations. En effet il existe un lien entre le mur, c’est-à-dire le support que le graffiteur à choisi, et son œuvre, car celle-ci est comme une extension de la réalité qui à été observée. De plus, une fragilité de la ville est mise en avant car à force d’effacer des graffitis qui ont été réalisés sur les mêmes murs, la municipalité en vient à dégrader les matériaux et donc l’architecture de la ville.

De plus, il existe selon moi un lien entre l’auteur de l’œuvre et la vision qu’ont les autres de celle-ci. C’est le cas par exemple lorsque nous pensons à l’artiste britannique Banksy. Il est vrai que ses réalisations ne seront jamais effacées car elles sont considérées comme du « street art » et comme de réelles œuvres de l’espace public. Le « street art » se présentant comme étant en corrélation avec les politiques culturelles de la ville, ces œuvres sont considérées comme rares et sacrées, c’est pourquoi elles sont conservées et admirées.. La personne qui se cache derrière le graffitis joue donc un rôle important car la société et les pouvoirs publics ont créé une différence entre artistes à part entière et graffiteur.

En prenant des mesures telles que judiciaires à l’encontre des graffiteurs, les pouvoirs public s’attaquent d’une manière au maintien de la mémoire que représente les graffitis. En effet, en les effaçant ils détruisent l’imaginaire de la société qui s’alimente des graffitis.

Pour conclure, les actions mises en place par les pouvoirs publics pour veiller à la propreté de l’espace urbain à travers l’effacement des graffitis, est une manière de façonner la ville à leur image. L’effacement des graffitis est en réalité une politique qui fragilise la ville, la société, et qui porte atteinte à la mémoire de celle-ci. De plus, il existe une frontière confuse qui mène à une différence de regard entre un artiste à part entière et un graffiteur. Cette différence de regard met en évidence des inégalités qui rendent légitime certaines œuvres par rapport à d’autres.

Crédit : @Engin_Akyurt

DRAMÉ Maryam


Denis J., Pontille D. (2018), « L’effacement des graffitis à Paris. Un agencement de maintenance urbaine », dans Dodier N. et A. Stavrianakis (dir.), Agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons Pratiques), pp. 41-74.

L’influence du graffiti dans nos sociétés

La méthodologie adoptée dans le cadre de la production de cet article est principalement qualitative et inductive. Cette recherche s’appuie sur une méthode d’observation participante par ethnographie. Les auteurs sont à la rencontre des travailleurs et observent leurs comportements, ainsi que les effets du travail de maintenance sur l’espace urbain. C’est pourquoi, ils vont suivre deux interventions différentes : la première est dans un réservoir d’eau et l’autre sur l’effacement de graffitis.

Concernant le rapport avec notre exercice d’observation du cimetière Père Lachaise, ce texte nous permet de voir l’importance des « travailleurs invisibles» qui permettent de maintenir l’espace urbain en « bon état ». Il faut que l’esthétique soit « propre » (comme nous le verrons plus tard dans cet article) puisque l’espace public est fragile et encore plus dans un cimetière.

Pour notre exercice, nous pouvons mettre en lumière les techniciens du cimetière Père Lachaise qui contribuent à conserver et à entretenir la mémoire de nos ancêtres et du lieu, par un travail de maintenance. Le travail de ces individus demeure important et « transparent »1. Nous pourrions ajouter à cela, les travaux de P.-Y. Gomez (économiste) qui montre que le travail est devenu « invisible ». C’est-à-dire qu’il n’y aurait pas uniquement ces individus qui seraient « invisibles », mais l’ensemble des corps de métier à cause des progrès technologiques (télé-travail, Internet, etc). Tous contribuent au fonctionnement de la société2.

Dès lors, leur existence peut majoritairement se traduire par les résultats de leurs efforts au travail. L’article nous apprend aussi que ces personnes sont méprisées et généralement composées de femmes, qui participent à la maintenance. Ce travail de maintenance permet d’éviter d’avoir des pannes ou divers problèmes dans l’espace urbain. « La maintenance est une affaire quotidienne ».

En conséquence, ce travail peut prendre un rôle, voir un aspect politique comme nous le verrons dans la suite de cet article. Cette nécessité de maintenance permet de sauvegarder la mémoire dans un cimetière et de ne pas oublier le passé. Elle consiste à conserver la mémoire, mais aussi à entretenir d’autres matériaux tels que : la voie publique, la restauration de châteaux faisant partie du patrimoine français, la restauration de lieu saint, etc.

Ensuite, nous prendrons l’exemple de l’effacement des graffitis pour le comparer à mon observation de la ville. Nous essaierons de comprendre :

Pourquoi est-il interdit de faire des graffitis en France, sur le territoire français ? Comment sont-ils contrôlés ? Quel est l’intérêt d’avoir recours à de tels agissements ? Comment la ville s’organise t’elle pour rendre l’espace public «propre » ? Quelle est la place de la maintenance dans la ville et pourquoi ? Les graffitis, ont-ils une importance dans notre société ? Nous répondrons à ces questions dans la suite de l’article.

Brève présentation de l’arrivée des graffitis en France à Paris

Depuis le début des années 80 à Paris, le gouvernement municipal des graffitis est poussé par un seul objectif. Ce but est d’harmoniser l’esthétique urbaine et que les pouvoirs publics contrôlent l’aspect des espaces qu’ils gouvernent. Pour ce faire, ils vont développer différents problèmes publics qui vont s’incarner dans différents secteurs d’action publique et qui vont amener à mettre en oeuvre différents dispositifs. Le premier est celui de l’effacement des graffitis, qui a été mis en oeuvre à Paris à partir de 1999 de manière systématique sur tout le territoire parisien3.

Cela permet de développer une « esthétique du propre »4, c’est-à-dire que l’on créer l’image d’un espace parisien propre. C’est un idéal typique, presque utopique où le fait consiste à créer un espace modèle situé dans un quartier plutôt aisé ; dans lequel il n’y a aucune souillure, pas même un graffiti. Cette notion du propre est assez difficile pour les acteurs de la propreté et donc ceux de maintenance. Il en est de même pour l’étendre sur tout le territoire parisien. Dès lors, les graffitis vont être contrôlés autrement. On va tolérer dans différents espaces, à certains moments, des graffitis ou bien encore plusieurs auteurs de graffitis. C’est pourquoi, parfois, la ville va promouvoir des artistes par une commande d’art public ou par des fresques temporaire. En conséquence, on pourra parler de «Street art » dans certains quartiers de Paris. Ainsi, c’est une partie de l’esthétique populairedes graffitis qui est valorisée, et donc mise en scène dans les quartiers populaires de Paris pour produire une esthétique propre à ces quartiers et toujours maîtrisée par les pouvoirs publics. Enfin, on perçoit l’émergence d’un but commun et central, qui est de contrôler, et même de maîtriser l’esthétique des espaces publics qui soutient la mise en administration des graffitis à Paris depuis le début des années 80.

Mais alors, qu’est-ce qui peut motiver les citoyens à vouloir tagger les murs des villes ? Comment les citoyens sont-ils amenés à faire cet acte de vandalisme ? Comment la ville s’organise t’elle face aux graffitis ? Comment pouvons-nous illustrer le rôle primordial de la maintenance de l’effacement des graffitis dans une ville ? Pour y répondre, nous prendrons l’exemple de plusieurs pays comme la Tunisie, l’Italie et la France.

Tout d’abord, entre le 4 et le 14 janvier 2011, la fin du régime autoritaire du président de la République Ben Ali se caractérise par une révolution en Tunisie. Ce soulèvement du peuple, se manifeste dans les rues et sur les réseaux sociaux. C’est un pays où la censure est omniprésente. Les plateformes comme YouTube et Dailymotion sont interdites, ainsi que la prise de photographie qui est mise sous un contrôle permanent.

C’est pourquoi, les Tunisiens ont utilisé un moyen de communication évident et élémentaire qui est l’écriture sur les murs. Très rapidement, les murs de Tunis se sont couverts de graffitis.

Dès lors, un tag a émergé : « Murs blancs peuple muet ! ».       

       

Un fait que nous pouvons comparer aux travaux de « Susan Leigh Star pour les « voix réduites au silence » (…) (Star, 1991) » qui ont été cité dans le texte. Lorsque tous les moyens de communication sont verrouillés, ou bien qu’ils n’en existent pas, il est nécessaire de trouver d’autres supports, et n’importe lequel : sol, mur en béton, façade, panneaux, etc. Dès lors, on se retrouve dans une situation que les hommes ont connue pendant des siècles : sans télévision, sans journaux, sans téléphone, sans ordinateur. À Tunis, les raisons de la contestation étaient politiques. Le pouvoir en place était critiqué et le peuple exigeait des élections démocratique via des messages et des graffitis anti-gouvernementaux. Par conséquent, Magdi El Shafee (un romancier graphique égyptien) présentait le « graff » comme le « Ministère de la propagande révolutionnaire ».

Le 10 avril et 24 avril 2022 ont eu lieu les élections présidentielles en France. Ainsi, des affiches et des slogans ont décoré nos villes. Comme à chaque élection présidentielle, cela suscite des réactions chez les citoyens qui utilisent aussi les murs. Il y a donc une sorte de « guerre des affiches » (photo ci-dessous).

En revanche, l’utilisation de graffiti comme moyen de rébellion ou de promotion du pouvoir d’élite, remonte à très longtemps. Le terme graffiti, se définit comme « une inscription ou dessin, de caractère souvent satirique ou caricatural, tracé dans l’Antiquité sur des objets ou des monuments »5. On peut donc oublier les ruelles de New York, le métro Berlinois, ou le quartier de Belleville à Paris, car le graffiti remonte jusqu’à l’Antiquité. Oui, l’Antiquité !

Ainsi, nous pouvons parler de Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C, où chaque année, des campagnes électorales pour élire des magistrats ont lieu. D’ailleurs, toute la ville se mobilisait pour cet événement.

Mais alors, que pouvons-nous trouver à Pompéi au VIIIè-VIIè siècle av. J.-C ?

Des affiches et des fresques6. Environ 11 000 affiches/fresques7, un chiffre qu’il faudrait revoir puisque certaines d’entre-elles ne concernaient que les campagnes électorales. Ces affiches étaient en réalité des inscriptions peintes sur les bâtiments en lettre colorées. Tous les ans, ils recommençaient et c’est pourquoi nous pouvons y voir des superpositions. Ces affiches qu’on appelle plutôt des « dipinti »8 (on peut aussi dire « dipinti italiani »), servaient à soutenir la candidature d’un représentant comme à notre époque. Les messages véhiculés se composent de différentes façons : provocation, glorification, promotion, critique, dénonciation, etc. Donc, il y avait déjà la présence de graffitis dans leur société9.

Que faut-il pour être candidat à l’époque, au 1er siècle avant notre ère ?

De la richesse et de la notoriété. Ils ne sont élus que pour leurs qualités morales ou leur honnêteté. Les murs de Pompéi sont recouverts des qualités de celui qui se présente. Donc, l’élection à la romaine se fait sur un nom et non pas un programme. Au final, tout est affaire de confiance contrairement à aujourd’hui. Par conséquent, bien avant les Tunisiens, les Romains avaient fait de la rue, un lieu stratégique pour se faire entendre. Tout simplement parce que c’est un lieu où tous les habitants vont s’y rencontrer.

De la même façon que les murs de Pompéi, on servit d’outils de propagande politique ou de simple support de communication des habitants. Aujourd’hui, les murs de nos villes modernes se couvrent de messages avec toujours cette dichotomie entre information officiel et critique de « l’information » sous la forme de tags.

Les dirigeants romains laissaient les murs des édifices publics à la disposition des habitants, car la propagande devait être diffusée. En l’absence de radio, de Twitter, ou autre support numérique, vous l’aurez compris, c’est toute la ville qu’on laissait libre comme support à l’expression. Donc le graffiti permet aussi de sauvegarder la mémoire. Les chercheurs ont pu en découvrir davantage sur ces civilisations grâce aux graffitis qui conservent leurs « mémoires », leur existence. Le graffiti est un moyen de marquer l’instant présent, une période, une époque et donc une forme de civilisation, permettant ainsi de conserver leur « mémoire ».

En revanche, à notre époque, écrire sur les murs est une pratique contrôlée qui peut être délictuelle (acte de vandalisme)10. Cela constitue, un acte de révolte, même infime, face aux affiches de propagande des pouvoirs actuels. C’est pourquoi la ville a un rôle important dans la maintenance de ses espaces publics. Il est nécessaire de les entretenir afin d’éviter la potentielle émergence d’un désordre ou d’un chaos.

Après avoir rappelé le cas de la Tunisie, et celui d’une époque antérieure comme celle de Pompéi, on constate que les murs ont toujours été un moyen d’expression privilégié. En effet, on peut encore le constater avec des attentats terroristes en France où beaucoup de personnes ont spontanément exprimé leurs sentiments à l’aide de craies sur les façades et les trottoirs. Si on en croit le premier slogan que j’ai pu mentionner précédemment « murs blancs peuple muet ! ». Cela voudrait dire que nous sommes muets la plupart du temps et qu’il ne faut pas avoir peur de s’exprimer.

Enfin, il me semble en fait que nos graffitis ont été en partie dématérialisés à cause de l’arrivé d’Internet et du numérique. Bien évidemment, certains graffeurs continuent d’orner les murs de nos villes. En revanche, pour ce qui est de la majorité des gens, il faut dire qu’on écrit plus automatiquement sur un mur en rentrant de soirée comme le faisait Lucius, il y a bientôt 2000 ans, mais on poste plutôt un petit commentaire sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, story Instagram, etc.). D’ailleurs, ce n’est pas anodin que l’on nomme encore cela des murs.

Ouverture 

Avec l’arrivé de la numérisation, certains artistes n’iront plus tagger dans les villes, mais chez eux, ou bien encore, en ligne. D’autre préférerons toujours produire leurs graffs dans la réalité et non dans le virtuel. De plus, l’émergence de l’IA (intelligence artificielle) permet de générer des images à partir d’un texte (Dall-E-2). Cette technologie pourrait faire disparaître l’art produit par l’homme et donc de potentiellement diminuer les graffitis dans les villes. En effet, il ne suffira plus que de parler à l’IA pour générer une « oeuvre ». Néanmoins, je pense que beaucoup préféreront rester dans le traditionnel où c’est un homme qui produira l’oeuvre. Enfin, si cette technologie se perfectionne, elle pourrait au contraire éveiller la colère de ces individus et donc de provoquer un soulèvement de colère qui fera apparaître une multitude de graffs dans les villes pour protester contre cette technologie.

Sources  :
1 Mauz, I. & Granjou, C. (2011). Rendre visibles les « travailleurs invisibles »: Vers de nouveaux collectifs de travail en écologie. Terrains & travaux, 18, 121-139. https://doi.org/10.3917/ tt.018.0121
2 Pierre-Yves Gomez : Le travail invisible. – Titre de l’ouvrage : « Enquête sur une disparition ». Processus de disparition du travail.
3 https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-01922560 pp10.
4 VASLIN Julie (2017), Esthétique propre. La mise en administration des graffitis à Paris de 1977 à 2017, Thèse de nouveau régime, Université Lyon 2.
5 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/graffiti/37763
6 https://www.grandpalais.fr/fr/article/fresques-et-graffitis-au-temps-de-pompei 7 https://www.drip-in.com/fr/art-urbain/graffiti/
8 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01597317/document
9 https://www.nationalgeographic.fr/video/histoire/on-a-retrouve-des-graffitis-a-pompei-datant- de-lantiquite
10 https://graffitivre.tumblr.com


Denis J., Pontille D. (2020), « Maintenance et attention à la fragilité », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 20 septembre 2022.

Paraty – Tourisme et histoire coloniale

Paraty et son histoire coloniale

 Bien que de petite taille (928 km2 pour 43.680 habitants), Paraty possède un passé historique d’envergure.

Situation géographique de Paraty – 5h en voiture de Sao Paulo – 4h en voiture depuis Rio de Janeiro
Temps de trajet approximatifs

Idéalement située entre Rio de Janeiro et Sao-Paulo sur la côte littorale, Paraty est devenue au fil des années, une destination brésilienne phare. Cependant, derrière ses rues pavées, ses magnifiques maisons anciennes et ses imposantes églises se cache un héritage colonial assez important.

Crédit photo : Angélique Minassian

En 1636, Paraty n’était qu’un petit port de pêche à faible population. Le territoire urbain était alors restreint et la vie économique se développait autour de la chapelle ​​Nossa Senhora dos Remédios, alors sainte patronne du lieu. En 1667, la découverte de mines d’or dans les montagnes du Minas Gerais (État brésilien à proximité de Paraty) fait de Paraty une plateforme économique stratégique. Il existait un “chemin de l’or” (en brésilien Caminho de Ouro) où toute la marchandise était ramenée dans le centre-ville afin d’être vendue.  Pendant près de deux siècles, le petit port de pêche a pris des allures de port de commerce où des cargaisons entières partaient vers la capitale portugaise, Lisbonne.

Rappelons-nous qu’au XVIIe siècle, l’esclavage est à son apogée au Brésil, ainsi, des centaines d’hommes et de femmes étaient rapatriés sur ce territoire pour servir de main d’oeuvre.

En plus de l’or, Paraty et les territoires avoisinants sont connus pour leur culture de cannes à sucre. Les esclaves étaient alors achetés par échange de cachaça, alcool obtenue par la fermentation du vesou soit le jus de cannes à sucre. Encore aujourd’hui, cet alcool est une des spécialités de la ville.

Obligatoirement, Paraty a connu de fortes transformations tant architecturalement que démographiquement. Il fallait loger les riches propriétaires, améliorer les conditions de vie et perfectionner les infrastructures ouvrières.

Lorsque nous flânons dans les rues, il est aisé de deviner l’atmosphère qui régnait à l’époque coloniale, les maisons adoptent toutes le même style, les rues sont pavées de pierres sans doutes placées par les esclaves et nous voyons, en terme de construction, que toute l’activité s’est développée autour du port. En fixant l’horizon, nous pouvons imaginer les nombreux galions remplis d’or se dirigeant vers d’autres pays.

Crédit photo : Angélique Minassian

Nombreux étaient les bandits et flibustiers qui se rendaient sur le caminho de ouro en espérant piller des richesses. Ce manque de sécurité et l’accroissement de la violence ont obligé les autorités à fermer ce chemin pour le faire passer par Rio de Janeiro. Paraty a été totalement délaissée par les colons et s’est tournée uniquement vers la production de cachaça et de café.

 

Le tourisme à Paraty

Après une forte activité à l’époque coloniale, la ville de Paraty a été délaissé pendant quelques années jusqu’à ce qu’elle soit (re)découverte dans les années 1950. L’usage de plus en plus intense de l’automobile et le développement de deux routes majeures ont grandement participé à augmenter l’activité touristique de Paraty.

L’ouverture de deux routes menant respectivement Sao Paulo (1954) et à Rio (1973) a fortement accru le tourisme à Paraty. Cette deuxième route longe tout le littoral et peut aussi être empruntée depuis Sao Paulo. Paraty a pu profité de cette situation géographique pour recevoir des touristes relativement aisés étant donné que Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux villes les plus riches du Brésil.

Les routes 459 et 101 sont les deux routes menant à Paraty, ouvertes respectivement en 1954 et 1973

Du fait de l’absence d’activité à Paraty pendant plusieurs années, la ville est particulièrement bien préservée et permet un saut dans le passé. Le centre-ville ainsi que plusieurs zones forestières alentours sont d’ailleurs entrés au Patrimoine de l’UNESCO en 2019. Le centre est en effet ravissant avec ses pavés, ses grandes maisons blanches aux portes et fenêtres longues et colorées, sa végétation, les touts petits bateaux bariolés du port : le cadre parfait pour faire de très belles photos, ce qui est d’autant plus apprécié par les touristes au temps des réseaux sociaux.

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Autre que pour son centre historique, qui se visite d’ailleurs très rapidement, Paraty est apprécié pour ses excursions alentour. Seule une plage est présente dans le centre-ville, mais les habitués privilégieront des zones un peu plus éloignées et sauvages pour leur baignade telles que les plages de Trindade à 35 minutes en voiture, ou encore le toboggan naturel de Penha, un peu plus dans les terres. Autre option, pour laquelle nous avons opté durant ce voyage : un tour en bateau avec différentes escales sur des plages pour aller se baigner !

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Pour terminer, quand on parle des attraits touristiques de Paraty il est essentiel de mentionner la cachaça : certains diraient que le produit lui-même est originaire de Paraty, d’autres que la meilleure s’y trouve. Ce qui est certain et qui nous a été expliqué sur place et que l’on trouve à Paraty une cachaça particulière, la Gabriela, faite avec des clous de girofle et de la cannelle. Elle se boit notamment en cocktail, le Jorge Amado, du nom d’un écrivain brésilien qui a écrit en 1958 le roman : “Gabriela, girofle et cannelle : chronique d’une ville de l’Etat de Bahia”.

Recette du cocktail Jorge Amado
Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

 

Expérience et ressenti de la ville

Certes très jolies, les rues de Paraty présentent malgré tout quelques lacunes en termes de pratique. L’empierrement inégal des ruelles avec ses pavés de toutes formes et toutes dimensions sont un frein dans l’appréciation totale de la visite du centre historique. La difficulté de marcher sur les pavés de Paraty attire l’attention du visiteur non pas sur la beauté des édifices, des maisonnettes basses, des façades aux diverses couleurs mais bien sur le sol et nos pieds. Néanmoins, cette disposition de la pierre dans le sol contribue à un acte écologique considérable. Le système de voirie permet que lorsqu’il y a des inondations liées à la marée montante ou aux averses l’eau puisse être nettoyée avec le reflux. Peu pratique pour les balades mais pratique pour la nature.

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Crédit photo : Angélique Minassian

Ville artisanale, Paraty présente de nombreux ateliers, café artisanal, galerie d’art, créateurs de bijoux et vêtements et boutiques d’alcool locale. Le centre historique est un vrai lieu touristique, artisanal et marchand. Le charme de la ville et de son centre historique nous a particulièrement marqué. La découverte des îles de Paraty par bateau est certainement l’expérience la plus belle que nous ayons vécu. Accessible à tous, de nombreux bateaux colorés proposent des services de visites touristiques dans ces eaux océaniques. Des escales sur plusieurs îles, une navigation autour de forêts   sauvages, la découverte d’une flore tropicale : prendre une journée pour faire du bateau a été la meilleure façon d’apprécier les paysages de la baie.

Crédit photo : Angélique Minassian

Néanmoins, l’expérience est sûrement peu écologique dans l’utilisation de bateaux à moteurs sur des îles aussi belles et très touristiques. En pleine saison d’été, et avec un tourisme de masse, la saveur de la découverte doit être bien moins forte. La végétation abondante, les plages, la faune mais aussi les habitants et leur chaleurosité sont pour autant les choses qui nous ont le plus marqués dans cette ville si apaisante face à la densité des grandes villes du Brésil. Une expérience que nous recommandons !

co-écrit par Adèle Jonas, Angélique Minassian, Jean-Camille Bouteillon et Laure Boursier

Sources :

Recette du cocktail Jorge Amado avec de la Cachaça Gabriela | (Kashasa.fr)

Publié le 28th février 2022 par kashasa

L’histoire de la Caipirinha – version de Paraty – Mapa da Cachaça | (mapadacachaca.com.br)

Publié le 10 mars 2014 par Felipe Jannuzzi

Paraty : une histoire en or | (Magcentre.fr)

Publié le 5 janvier 2015 par Danièle Grobsheiser

Paraty, valorisation du patrimoine d’une ville historique | Braises (hypotheses.org)

Publié le 9 février 2015 par Braises

 

Quand la banalité urbaine protège nos données

Avant de nous intéresser en profondeur à ces piliers de l’ère numérique, nous n’aurions jamais eu l’idée de les étudier. Mais de quoi parlons-nous ? Les data centers, objets à la fois fascinants et mystérieux, gages de la sécurité de nos données, au cœur de nos nouvelles vies virtuelles, ces bâtiments protéiformes et presque secrets constituent l’objet central de notre étude.

Structures matérielles protégeant l’immatériel, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Pour ce compte-rendu, nous nous intéressons à deux dimensions caractéristiques : la sécurité et l’invisibilité. Pour ce faire, nous choisissons de nous intéresser à une entreprise phare spécialisée dans les data centers, située dans plusieurs bâtiments à Aubervilliers. Nous choisissons un site majeur de l’entreprise, endossant parfaitement ces deux caractéristiques. Nommés également « espaces de colocation neutres » par Clément Marquet dans sa thèse, cette appellation démontre bien la complexité de ces infrastructures, à la fois à la grande fonctionnalité mais aussi subtilement discrètes. Aussi invisibles qu’inaccessibles, aussi discrets qu’austères, et aussi sécurisés qu’aseptisés, les data centers questionnent. Ainsi, notre problématique sera la suivante : Comment les data centers allient-t-ils habilement invisibilité et sécurité, en s’implantant dans la ville d’Aubervilliers ?  

En effet, ces deux caractéristiques sont le fruit de nombreuses interrogations. Comment un bâtiment si caché peut-il être aussi protégé ? Et à l’inverse, comment sécuriser un lieu lorsque celui-ci passe inaperçu ? Invisibilité et sécurité sont-ils complémentaires ? Indissociables ? Toutes ces problématiques constituent des objets d’études abordés par de nombreux chercheurs et notamment les architectes. En tant que créateurs de structures, la controverse des data centers nourrit leurs interrogations. L’architecte Soline Nivet propose d’ailleurs une étude de ces milieux construits dans son ouvrage où elle les associe à de grands « Bernard l’Hermites », comme cachés sous leur coquille (Architectures et espaces des économies numériques, 2019). En effet, ces nouveaux bâtiments, qui n’existaient pas avant, offrent une nouvelle façon d’envisager la fonctionnalité de nos espaces. Ces structures, l’architecte les nomme pertinemment de nouvelles « espèces d’espaces ». Une vision originale qui nous a amené à nous pencher en partie sur l’aspect visuel de ces lieux, combiné bien évidemment à une dimension fondamentale : la sécurité.

C’est pourquoi, tels des détectives du numérique, nous nous prenons au jeu. Nous endossons, Mathilde Chantreuil et Brian Akloo, nos casquettes d’observateurs afin d’esquisser le plus fidèlement possible, les phénomènes controversés mais riches que constituent ces puissants gardiens du numérique.

9h17 : Arrivée sur les lieux et visite du data center 

Mardi matin, 9 heures et des poussières, un froid de canard au thermomètre, une belle lumière d’hiver. Le froid sec nous prend puissamment au cou et nous réveille. Nous sortons juste de la ligne 12 du métro à l’arrêt Front Populaire. La ville est calme, vide et désertée par les habitants partis travailler à Paris. Notre observation commence vers 9h20, nous entrons dans un site, puis deux, accompagnés par nos collègues de master. Certains data centers sont plus bruyants que d’autres, certains sont sales et à la façade presque délabrée. Le premier que nous observons jouxte des poubelles, des déchets, tels une grande décharge amassée devant ce bâtiment secret. Pas étonnant que cela surprenne, car au premier abord, rien ne nous donnerait envie de rentrer. Après une première observation en petit groupe de classe, très peu concluante, nous décidons de nous éclipser tous les deux, afin d’augmenter nos chances de recueillir les ressentis des passants. On ne va pas se mentir, un binôme effraie moins que tout un groupe d’étudiants, même souriants. À la recherche de témoignages vrais, spontanés, mis surtout sur le vif, nous embarquons pour la deuxième partie de notre observation.

C’est après quelques errances dans la ville vide d’Aubervilliers, que nous nous imprégnons d’une atmosphère particulière, à la fois industrielle et étrange. Au croisement de l’avenue des Chemins de fer industriels et de l’avenue Victor Hugo, se dresse le bâtiment 260. Siège de l’entreprise, cet imposant bâtiment nous séduit de par son allure et son apparence si lisse. Au cœur d’une zone industrielle, où seules quelques boutiques font face au data-center, nous sommes seuls. Devant nous, un portail blanc avec un grand feu rouge. Nous prenons notre courage à deux mains et sonnons. Un petite porte s’ouvre et nous pénétrons à l’intérieur de l’accueil de l’entreprise.

Une femme nous accueille, derrière une vitre blindée. Elle est souriante, rassurante et ne paraît absolument pas sceptique quant à notre venue dans ce lieu inhabituel. Avec elle, ancienne étudiante en communication, nous échangeons quelques mots sur l’objet de notre observation. Nous lui demandons si nous pouvons entrer pour visiter. Malheureusement, c’est presque impossible. « Vous pourriez rédiger une lettre à l’intention du directeur du site, pour éventuellement visiter, mais je ne vous promets rien » nous dit-elle. Les visites, hors professionnelles, sont très rares, mais nous ne perdons rien à tenter. Nous nous attelons donc à rédiger notre lettre, consciencieusement. Après plus de deux semaines, cette dernière restera sans réponse. Nous saluons la femme de l’accueil après avoir obtenu une photographie de son précieux badge survolant son polo gris au nom de la société. Nous nous éclipsons ensuite par la même porte blindée par laquelle nous sommes rentrés. Le feu vert s’allume, puis s’éteint. Le verrou se ferme, les caméras nous surveillent probablement, mais notre mission est terminée, ou presque. Nous sommes déjà ravis d’avoir pu rentrer dans cet immense laboratoire à la façade tout sauf chaleureuse.

Cette expérience, malgré un accueil agréable au sein du data-center, nous montre à quel point la sécurité doit être irréprochable. À l’intérieur, des portiques dignes d’un hall d’aéroport, et une propreté à l’image d’un cabinet dentaire. La dimension ultra procédurière nous impressionne, mais nous sortons du bâtiment et continuons notre observation car après tout, une lettre sans réponse est aussi une réponse…

Photographie de l’angle de la rue face au data center

Zoom sur le feu rouge du portail du data center d’Aubervilliers

10h29 : Entretiens avec les commerçants et micro-trottoirs 

Bâtiments matériels protégeant l’immatériel, structures physiques conservant le non physique, les data centers ont nourri tout autant notre réflexion qu’ils ont créé en nous des interrogations. Dans l’ouvrage « Data centers, derrière la façade » (Diguet C., Lopez F., 2018), les deux chercheuses qualifient ces bâtiments comme les « infrastructures stratégiques de nos vies numériques ». Relativement contradictoire car si ces objets jouent une place fondamentale dans nos quotidiens, ils ne paraissent pas jouer un rôle aussi important au sein de nos espaces urbains. Presque camouflés par leur banalité, ils passent inaperçus, ou presque. À la différence d’une jolie façade sur laquelle on se retournerait en marchant, les data centers sont totalement à l’opposé. Ce côté invisible est d’ailleurs souligné par Stephen Graham (Impact spatial et énergétique des data centers, 2015) qui désigne la « furtivité » comme caractéristique majeure de ces lieux. De plus,  l’invisibilité est aussi une des caractéristiques phares qu’on retrouve dans la littérature en Infrastructures studies, et notamment dans les travaux de Brian Larkin (The Politics and Poetics of infrastructures, 2013).

Il est quasiment 10h30 et notre observation nous permet déjà d’appréhender plus concrètement ces gardiens du numérique. L’ambiance est assez froide et déserte, mais nous prenons notre courage à deux mains, et tentons de pénétrer les boutiques faisant face à ce bâtiment de marbre. 3 magasins, quasiment similaires, longent un grand trottoir en béton, un peu surélevé. Nous poussons la lourde porte vitrée et entrons dans la première boutique, où les grands mannequins en plastique dégagent une ambiance un peu austère. Pour ne pas surprendre les gens, nous décidons de jouer sur l’innocence et la curiosité. Nous restons évasifs dans notre approche, sans aborder le sujet des data centers et nous nous présentons comme des étudiants faisant une étude du quartier.

Les premières commerçantes, méfiantes, nous répondent très furtivement : « je ne sais pas » ou bien « je ne me suis jamais posé la question ». Nous tentons d’accueillir chaque mot des vendeuses avec le sourire, surpris par leur méconnaissance. Nous entrons dans une autre boutique, remplie de robes de mariés, à la décoration festive, un peu insolite. Les réponses sont les mêmes mais cette fois, le terme de « bureaux » apparait : « je crois que ce sont des bureaux, on voit pas mal de gens passer » nous dit-elle. Nous décidons de la questionner quant à l’aspect visuel du bâtiment. « Ce n’est pas très beau non, c’est sûr, mais bon je ne fais pas tellement attention, ça fait tellement longtemps qu’il est là » nous dit-elle. En d’autre termes, un lieu inesthétique, mais passable, qui ne fait pas tâche avec le paysage. Ainsi, la mission d’invisibilité du data center est réussie et le bâtiment n’attire pas plus que cela le regard des habitants. Une observation ressort tout de même : une absence de curiosité et d’intérêt de la part des passants. À Aubervilliers, personne ne souhaite réellement savoir ce qui se cache derrière ce grand Bernard-l’Hermite de béton. Et lorsque le terme « centre de données » est évoqué, l’enthousiasme n’est pas tellement grandissant.

Nous sortons des boutiques et commençons un micro-trottoir en interpellant les livreurs et autres commerçants dehors. Ils déchargent des camions de cartons de vêtements et autres marchandises. Certains fument des cigarettes, adossés à des parcelles bétonnées. Une lueur du soleil d’hiver nous éclaire, l’ambiance est calme. Le data center, au sein de ce tableau industriel aux couleurs ternes, se fond dans le paysage. Presque invisible, d’une banalité évidente, il s’harmonise avec les dizaines de façades grises du secteur. Nous en déduisons que le bâtiment que nous observons passe réellement inaperçu. Notre ressenti sera vite corroboré par notre prochain interlocuteur, un commerçant habitué, de passage dans le quartier. “D’après vous, qu’est ce que ce bâtiment en face de nous là ?” Nous lui demandons, en pointant le data center du doigt. « Ça ? Pour moi c’est un dépôt, un entrepôt ou quoique ce soit. Si vous ne m’en aviez pas parlé, je n’aurais même pas fait attention. Je ne regarde pas ça. Car même pour les numéros 254, 255, c’est la même chose, c’est gris en ferraille. » nous répond-il. Plutôt démonstratif du caractère invisible du data center, le témoignage souligne l’extrême discrétion de la structure au sein de la zone industrielle. Comme il nous le fait savoir, “exactement la même chose que les autres”. Ainsi, le data center se fond entièrement dans le décor et les couleurs des bâtiments qui l’entourent. La banalité évidente et la discrétion est donc pertinemment pointée du doigt par le livreur.

C’est d’ailleurs le fil conducteur de la réflexion de Stephen Graham, pour qui ces bâtiments sont « impossibles à identifier, si ce n’est pour une poignée d’enthousiastes des infrastructures.» (Graham, 2015, p. 35). Ce constat participe à l’opacité qui règne autour des data centers. Mais, pour ces structures, c’est aussi un gage de qualité et de sécurité auprès de leurs clients, ce qui nous fait faire le lien avec l’aspect sécuritaire fondamental. Au cœur d’une zone industrielle à la limite de la désuétude, le data center s’implante dans un paysage relativement vide, uniquement ponctué par les aller-retours des camions de livraison. C’est ce que souligne Clément Marquet dans son travail Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Le chercheur évoque que ces immenses infrastructures se situent souvent “dans les campagnes, profitant d’hectares de terrains peu chers.”

Vue depuis la vitrine du magasin en face du data center

11h02 : Échange avec les ouvriers du data center 

Après ces échanges en face du data center, nous décidons de contourner celui-ci afin d’interroger des ouvriers qui travaillent du côté  de l’avenue des chemins de fer industriels. En gardant la même approche, nous abordons deux ouvriers en uniforme, en plein travail sur un îlot de terre jouxtant le grand bâtiment. Du béton sortent plein de fils, comme des pâles, ou des conduits d’aération. Nous supposons qu’ils sont électriciens. Mais pour qui travaillent-ils  ?

Timides, nous osons nous approcher. Un homme d’une quarantaine d’années  tenant des papiers à la main, s’approche de nous. Plutôt avenant et souriant, il accepte de nous répondre. Il se présente comme le chef des travaux, mais quels travaux ? Nous commençons premièrement par l’interroger sur le bâtiment sans en aborder la fonction. De suite, il paraît surpris, voire méfiant. L’homme commence par nous dire qu’il ne sait pas ce qu’est le bâtiment, qu’il n’en sait rien. Plutôt étonnant pour quelqu’un qui y travaille… Surpris par sa réponse, nous décidons de creuser un peu en révélant cette fois-ci le réel sujet de notre étude : les data centers. Soudainement, l’ouvrier, auparavant sceptique, se détend. En quelques secondes seulement la discussion prend une nouvelle tournure, cette fois délivrée de toute appréhension de sa part. L’échange se poursuit de façon fluide. L’homme est chargé de projet pour la climatisation de data centers. Nous comprenons donc que bien qu’il savait ce qu’était le bâtiment, il a refusé de nous le dire au début de notre échange. Le nom “data center” comme gardé secret par l’ouvrier souligne le caractère mystérieux, presque inquiétant du lieu. Comme quoi, même face à deux étudiants innocents, la fonction du lieu ne doit pas être divulguée. Devoir de confidentialité ou conscience professionnelle ? Nous n’en savons trop rien, mais même courte, cette attitude nous en dit long sur l’univers tant secret de ces gardiens du numérique.

L’échange se poursuit, l’homme se détend de plus en plus, esquisse parfois des sourires, amusé par notre étude insolite. Portés par la richesse de son témoignage, nous nous laissons plonger dans le récit de sa carrière, au sein de plusieurs data centers de la région parisienne. Cet homme est notre interlocuteur parfait : il a expérimenté de fond en comble les moindres recoins de ces bâtiments. Nous nous laissons absorbés par ses propos, révélateurs d’une extrême sécurité : « Le data center pour lequel j’ai travaillé à Saint-Denis, je ne me souviens plus du nom, mais c’est un très gros data center. Le plus gros que j’ai vraiment vu, ça m’a vraiment marqué. C’est impressionnant, c’est très propre, on croirait un laboratoire ». Il concède que comparé à Saint-Denis, celui d’Aubervilliers est bien plus petit. À croire que certains data centers sont comparables à des usines géantes. L’ouvrier poursuit en nous expliquant les procédures draconiennes auxquelles il est confronté dans son travail : « On avait un cahier des charges et il fallait que j’explique le mode opératoire, et quand je disais, il faut faire un trou ici, il fallait que ça soit là. […] si je dis ah merde, on avait prévu de faire un trou là et finalement il faut le faire ici, il faut refaire une procédure, envoyer aux USA, les USA doivent valider, et le chantier d’arrêtait ». Extrêmement marqué par les règles très strictes des data centers, l’homme compare le bâtiment à un immense laboratoire ou un hôpital.

Ainsi, des procédures d’entrée et de sortie au déroulement des travaux, chaque travailleur doit suivre à la lettre des directives strictes. Clément Marquet l’exposait d’ailleurs dans son article, en parlant des portes avec authentification d’empreinte, et des portiques de sécurité à franchir (Les data centers enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, 2019). La description de notre interlocuteur nous rappelle aussi l’incendie du data center d’OVH. Depuis cet incident, des dispositions ont été actées pour que lors des appels d’offres, des informations sur la norme certifications APSAD concernant le mode de construction et de fonctionnement du bâtiment soient être communiquées. Ainsi, des procédures indiscutables combinées à une grande discrétion illustrent bien la nécessité de conserver les data centers dans un univers clos. Ainsi, invisibilité et sécurité iraient de paire, dans un paysage industriel où la dernière des volontés serait d’attirer la curiosité, ou pire encore… les regards.

Cliché de la façade droite du data center

11h58 : Fin de la visite, notes et réflexions 

Nous rentrons à la station de métro, il est presque midi et après avoir passé toute la matinée debout dans le froid, la faim nous creuse l’estomac. Heureux d’avoir recueilli autant d’échanges si pertinents, les témoignages de nos différents interlocuteurs ont corroboré notre hypothèse de départ : Ainsi, les deux caractéristiques majeures des data centers seraient étroitement liées. À la fois invisibles et sécurisés, inaccessibles et aseptisés, les data-center où ces “bernard-l’hermites” du web réussissent leur mission en s’implantant directement dans le paysage d’Aubervilliers. Comme fondus dans un tableau gris, industriel, presque terne, ces infrastructures stratégiques de nos vies virtuelles réussissent avec brio leur mission : celle de protéger nos données.

Nous ne cachons pas qu’il était très délicat d’aborder un sujet aussi inhabituel et inconnu pour nous que les data centers. En effet, difficile de saisir la complexité et le caractère mystérieux de ces bâtiments si inconnus de tous, sans s’y confronter réellement. Sans nos témoignages, photographies, micro-trottoirs et une observation sur la durée, nous n’aurions jamais pu saisir ce qui fait l’unicité et les contradictions de ces nouveaux objets de l’ère numérique. La première observation à Paris n’a pas été concluante et nous étions plutôt perplexes quant à la productivité de cette méthode. Mais lors de la seconde observation (celle recensée dans ce présent compte-rendu), la richesse de nos entretiens et la grandeur des lieux nous ont d’autant plus stimulés à approfondir notre étude. En presque 3 heures d’observation de terrain active, nous sommes revenus les mains gelées, les carnets plein de gribouillages, le téléphones plein de clichés et surtout l’esprit nourri par des questionnements divers et variés. C’est en nous confrontant à la réalité de ces objets qui ont un rôle fondamental dans nos vies de citoyens connectés, que nous nous sommes laissés guider par un sujet d’étude aux infinies possibilités.

Ainsi, cet aspect sécuritaire du data-center pourrait être abordé du point de vue de la sécurité du personnel, travaillant dans ces bâtiments. En effet, si des données sensibles venaient à être dévoilées, elles pourraient attirer la convoitise de certains. De même, afin d’étayer les angles d’attaque quant aux data centers, il serait pertinent de s’intéresser à l’aspect nationaliste des états, qui ont un contrôle sur les données des géants du web. De ce fait, les états pourraient obliger les GAFAM à utiliser des data centers basés uniquement dans le pays où ils opèrent. Cette réflexion interroge notamment les enjeux de souveraineté d’un pays et de protection des citoyens. Comme quoi, nous pensons que les data centers constituent indiscutablement des objets d’études extrêmement riches, sources de beaux questionnements et futurs travaux scientifiques. Alors, invisibles pour les citoyens mais présents dans le paysage urbain, méconnus de tous mais utiles à tous, les data centers sont en réalité des mines précieuses sans lesquelles notre vie virtuelle et certains de nos souverains n’existeraient plus. S’intéresser à eux, c’est regarder la ville différemment, car si aujourd’hui le tissu urbain et les bâtiments nous abritent nous, êtres humains, certains abritent nos données. Et sans nous en rendre compte, nous cohabitons en réalité sans cesse avec le cloud. 

Finalement, l’ère grandissante du numérique nous prouve que la fonction de la ville dépasse de loin les frontières de la simple vie physique. Désormais, il est peut-être temps de regarder différemment le paysage urbain et d’imaginer que derrière ces façades bétonnées et ces portes blindées ne se cachent pas toujours des vies humaines, mais des vies… virtuelles.

Par Mathilde Chantreuil et Brian Akloo 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search