La ville en crise et l’observation confinée

Au moment où nous avons commencé cet atelier d’écriture et d’observation de la ville, les rassemblements dans l’espace public étaient encore permis. Comme nous sommes un petit groupe d’étudiant-e-s, nous avons cru que les séances d’observation collective, prévues initialement dans le quartier La Défense, seraient possibles. Avec les annonces du 28 octobre 2020 – et le début du deuxième confinement – échapper à la pandémie devient impossible : au-delà de l’obligation de respecter les gestes barrières (distanciation et porte du masque), nous avons été contraints par les règles sur les déplacements (restreints à 1 km) et les regroupements (interdits dans l’espace public). L’accès à la ville devient difficile pour les citadins, mais également pour les élève-e-s qui commençaient leurs enquêtes.

Dans un premier temps, certains collègues m’ont conseillé d’utiliser des images des caméras de vidéosurveillance qui transmettent en direct des images des espaces de la ville 24h/24h. Les étudiants ont aussi évoqué cette possibilité en cours. Cependant, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions pas analyser ces images sans nous interroger sur le contexte de rupture, de risque, et d’instabilité dans lequel elles sont produites. Suite à l’urgence de trouver une autre thématique, nous avons décidé d’assumer les contraintes actuelles et de nous intéresser finalement à la notion de « ville en crise », tout en vivant nous-même la crise sanitaire. Nous ne cherchons pas ici l’exhaustivité-représentativité de la période que nous vivons. Loin de là, ces comptes rendus sont ce qu’ils sont : des textes produits dans le cadre d’un atelier par des étudiant-e-s de première année de master en information-communication.

Notre travail s’inscrit dans une double approche. Tout d’abord, le (de)confinement et les mesures mises en place par le gouvernement sont l’objet d’analyse de certains textes : l’autorisation de se déplacer dans le rayon d’un kilomètre, l’usage des espaces verts, places, stations balnéaires, transports publics ou encore des problèmes d’ordre socio-économique… Deuxièmement, les règles du confinement vont modifier-impacter fortement la façon d’enquêter. Comment construire sa méthodologie tout respectant la légalité ? Certaines adaptations dans la façon de travailler sont mises en place pour essayer de contourner les limites. Contraints aux informations disponibles « au bas de leur porte », certains étudiant-e-s décident d’utiliser leur heure de déplacement quotidienne pour enquêter. D’autres, font appel aux cercles familial et amical pour continuer leur enquête, dans l’espoir justement d’aller plus loin dans la démarche d’observation.

Baser son enquête sur des règles et des conditions si volatiles a eu pour effet de créer une instabilité. L’annonce du président Emmanuel Macron du 24 novembre a été particulièrement attendue par certains d’entre nous, car c’était la suite de l’enquête même qui pouvait être en jeu. Les étudiant-e-s ont fait preuve de leur capacité d’adaptation. Nous pouvons lire cela dans les comptes rendus qui suivent : les effets de l’élargissement du périmètre d’un à 20 kilomètres et l’augmentation du nombre d’heures de sortie autorisée. Il faut s’ajouter les observations commencées dans une ville pour finir dans une autre, quand les étudiant-e-s sont revenu-e-s à Paris.

Pendant la période du deuxième confinement (du 29 octobre au 15 décembre), les séances de l’atelier d’une durée de deux heures ont été assurées via Zoom, une fois par semaine. Nous avons réservé 4 heures de notre atelier pour discuter les sujets choisis, la construction de la méthodologie d’observation et les limites, surprises et difficultés rencontrées sur le terrain. Comment créer une méthodologie, un protocole, un schéma à suivre ? Les observations et les entretiens-rencontres avec des acteurs du terrain ont été finalement les méthodologies les plus utilisées par les étudiant-e-s. Ceci est justifié par le fait que d’un point de vue théorique, nous nous appuyons dès le début de l’année sur une double cadrage. Tout d’abord, nous nous intéressons au fonctionnement de la ville, à partir des éléments de l’espace urbain, en se focalisant sur les typologies et les catégories de Kevin Lynch (1971). Ensuite, nous nous basons sur la perception que les citadins ont de la ville (Antoine Bailly, 1977) à partir d’une approche plus symbolique des interactions humaines, des vécus et des valeurs socioculturelles des usagers de la ville (William Foote White, 1943).

Nous avons ouvert ce carnet Hypothèses au début du semestre dans la logique de donner aux étuditant-e-s la possibilité de travailler collectivement un objet numérique-éditorial qui sert à valoriser leur travail d’enquête. En partant de leurs compétences en communication, trois formats ont été proposés pour les publications qui suivent : la photographie, le texte et la mise en page. C’est la raison pour laquelle certains comptes rendus ont plus de photos et moins de texte et vice-versa. Aussi, cela explique la possibilité de télécharger certains textes au format PDF. Les étudiant-e-s avaient aussi le choix de l’idiome et les textes en langue étrangère ont été fortement encouragés.

Photo : Koshu Kunii/Unsplash

Promotion 2020/2021 : la ville dans la hess

Nous remarquons une porosité entre ce qui relève des notes de journal de terrain et ce qui pourrait s’inscrire dans la catégorie du journal intime. Les étudiant-e-s ont fait part de la difficulté de trouver un sujet sans partir de soi, de ses expériences personnelles et de son lieu de résidence. Ainsi, c’est en partant de sa porte que Rémi Le Guillon s’intéresse en quoi la règle du « un kilomètre » pourrait influencer la dynamique de son quartier au 11e arrondissement de Paris et comment les différents citadins cherchent la « normalité » dans leurs déplacements dans cet espace. Adèle Jonas part aussi de sa proximité du bois de Vincennes pour interroger la même règle à partir des usages des espaces vertes. Elle observe un rond-point au centre du bois et interroge les passants sur le respect des mesures sanitaires.

De l’autre côté, pour certains, il n’y a rien qui se passe depuis leur fenêtre. Une étudiante nous dit : « Il n’y a rien que se passe à côté de chez-moi, si je dois respecter 1 km ». Confiné-e-s, certains n’arrivent pas à identifier les interactions, qui restent très limitées sur les zones résidentielles, dans les petites villes, et à la campagne. Le compte rendu de Romane Margerit est particulièrement intéressant puisqu’elle interroge l’utilisation du « un kilomètre » dans différents types d’urbanités pour montrer que nous n’avons pas le même kilomètre à la ronde.

Puisqu’on parle d’inégalités, deux étudiantes se sont penchées sur les impacts socio-économiques du confinement et leur conséquence pour les villes. Ainsi, Oréanne Fagnon situe son analyse sur la commune de Saint-Denis, tout en s’intéressant à la précarité et à la crise de la faim que pouvaient subir des citoyens du fait du confinement. Ensuite, Elnura Kenenbaeva enquête sur la construction des garderies à Levallois-Perret, des espaces créés pour assurer la sécurité des parents-employés qui travaillent sur place pendant la crise du coronavirus.

Certains étudiant-e-s ont quitté Paris pendant le confinement et sont retourné-e-s chez leurs parents. Contraints par ce déplacement, ils sont amené-e-s à enquêter sur la ville où ils ont grandi ou le lieu de résidence (secondaire ou primaire) de leur famille. Marc Côme, par exemple, a produit un compte rendu sur l’impact des mesures en place dans l’usage de la station balnéaire par des habitants de Royan. Il parle de réaménagement et des ruptures habitude et du quotidien, en comparant la période estivale aux deux confinements. Ou encore Louise Bothé qui explore la liaison entre ville et périphérie en crise, en enquêtant sur les transports publics à partir de la station de métro La Poterie à Rennes. Elle compare la fréquentation en temps de crise et en temps « normal ».

Les étudiant-e-s ont été souvent intéressé-e-s par ce que le confinement produit de nouveau, ils voulaient identifier ce qui serait perçu par les habitants comme inédit. Or, parler de nouveauté dans l’appropriation de la ville et les usages des espaces par les citoyens, implique de questionner ce qui est entendu par « normal ». Le deuxième critère plus difficile à identifier, car les données d’observations sur ces espaces pendant la période avant-confinement sont rares. Pour parler du service click&collect, Jean-Camille Bouteillon écrit sur la dynamique urbaine de l’île Saint-Louis à partir de la perception de ses commerçants. Irchaf Bouhmama a enquêté sur les nouveaux usages de la place Lucien Bouchard à Charleville-Mézières et sur comment le confinement réduit la convivialité de ses espaces conçus principalement pour le passage, le loisir et la rencontre.

Toujours dans cette logique, trois étudiant-e-s ont produit des comptes rendus sur les (nouveaux) usages des parcs et espaces verts. En partant d’une découverte personnelle, Laure Boursier a fait des observations de l’étang du Moulin à vent à Guyancourt pour dégager les différents usages de cet espace pendant le confinement et les frontières (invisibles) qui séparent ses utilisateurs. Pareillement, Séréna Jupille se penche sur les usages (et les usagers) du parc des Buttes Chaumont dans le 19e arrondissement de Paris. Auriane Jaillet utilise la technique des dessins-entretiens pour comprendre le sens donné à la place Montgomery à Neuilly-Plaisance. Elle part de cet espace devenu uniquement lieu de passage, avec des bancs qui restent vides.

Abordant les déplacements en Île-de-France, Babacar Ndiaye a observé la fréquentation de la gare de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour étudier les effets du confinement en termes d’agencement des espaces dans une station du RER D. Alice Farrando explore l’usage des transports commun pendant la pandémie : elle observe l’utilisation des vélos et des trottinettes à Paris, dans le quartier de Saint-Germain-des-près. Linçia Landrezeau s’intéresse à la pérennisation d’espaces créés suite au premier confinement, en observant ce que l’aménagement des pistes cyclables de la rue du Rivoli engendre dans le quartier et même dans sa globalité sur la ville de Paris.

Pour nous aider à l’élargir ce que nous entendons par « ville en crise », quatre étudiant-e-s ont choisi des sujets qui n’ont pas un rapport direct avec la période de confinement. Caroline Dossous s’est rendue à Conflans-Sainte Honorine un mois après l’attentat du professeur Samuel Paty pour identifier les lieux de mémoires et le désir de retour à la « normalité » des habitants du Val d’Oise. Mathieu Mogès écrit sur le passé culturel et mémoriel de Compiègne : en enquêtant sur l’aménagement du camp de Royallieu, qui a servi de campement pendant la Deuxième Guerre mondiale, il cherche à comprendre comment un lieu marqué par l’horreur de la guerre est rendu « attractif » d’un point de vue urbanistique. La ville en guère fait aussi l’objet du compte rendu d’Angélique Minassian qui parle de la reconstruction de Stepanakert. Elle aborde cette thématique à partir de la crise humanitaire provoquée par le conflit géopolitique entre l’Arménie et l’Azerbaïjan, qui a fait plonger la région du Haut-Karabakh. Enfin, nous avons le travail d’Agali Almoctar Moussa sur comment les fréquentes inondations dans la ville de Niamey (capitale du Niger) freinent le développement (ou le déploiement) de l’accès au numérique et à ce qu’on entend par Smart City.

Compte rendu d’étude de terrain sur Paris dans la crise sanitaire : les environs de ma porte rue du Faubourg Saint Antoine

Première phase d’étude : le confinement, facteur de dynamisation de la vie de quartier ?

Le contexte de l’épidémie du Covid 19 imposait à certaines villes de France d’instaurer un confinement, c’est-à-dire, des règlementations vigoureuses visant à réduire au maximum les sorties et les contacts entre les individus afin de limiter la circulation du virus.

J’ai donc été étonné de constater une affluence dans les rues qui excédait ce à quoi je me serais attendu, et ce à des heures différentes du jour. Je loge rue du Faubourg Saint Antoine dans le 11ème arrondissement de Paris, quartier dans lequel règne une certaine intensité urbaine. Ne constatant pas de différence majeure entre la rue en période de crise et hors période de crise, je me suis donc permis d’émettre une question : « se pourrait-il que le confinement, en réduisant (théoriquement) la zone de libre circulation des citoyens, concentre leurs activités dans leur quartier et le dynamise ? ». On peut définir le quartier comme une portion urbaine ayant des caractéristiques propres. Dans mon cas, il s’agit de la parcelle de la rue du Faubourg saint Antoine allant de cinq cents mètres de part et d’autre de la porte d’entrée de mon immeuble. On dénombre cinquante-quatre commerces ouverts pour 39 fermés. La possibilité des activités est donc réduite de moitié.

Restaurants et commerces alimentaires ouverts Espaces spécialisés commerçants ou non (ouverts) Total des structures ouvertes Restaurants et commerces alimentaires fermés Espaces spécialisés commerçants ou non (fermés)  Total des structures fermées Nombre de structures total Pourcentage de structures ouvertes
50 4 54 5 34 39 94 58,51%

Afin de quantifier l’intensité des commerces, j’ai comparé l’affluence observé physiquement à plusieurs horaires de la journée avec celle indiqué par Google Maps, en tenant compte de leur méthode de calcul qui ne permet pas de connaître le nombre moyen de personnes mais « la fréquentation à chaque heure par rapport à l’heure où il y a le plus de monde pendant la semaine ». Les statistiques sont établies par rapport aux derniers mois, ce qui nous permet d’estimer que les informations indiquées seront principalement fondées sur une période de non-confinement, puisque que celui-ci commençait le Vendredi 30 Octobre. Mais ce système a pour but d’informer les usagers et pas d’alimenter des statistiques, de plus l’analyse de terrain a plutôt révélé une fréquentation inférieure à ce que semblait indiquer Google Maps. J’ai donc entrepris d’interroger les patrons ou gérants. Je n’ai pas pu rencontrer celui du supermarché et n’ai pas obtenu d’information sur la fréquentation de son établissement. Je me suis également entretenu avec les patrons de dix restaurants, dans neuf cas sur dix, ils ont observé une baisse de fréquentation de leur établissement et une hausse des ventes à emporter, le dernier cas était un traiteur/restaurant et n’a donc pas observé de véritable baisse de régime puisque la pérennité de son commerce dépendant essentiellement des ventes à emporter. 

Avec l’activité commerciale divisée par deux et une certaine baisse de régime des établissements culinaires on n’observait pas d’intensification par concentration des activités. L’impression initiale d’intensité urbaine étant certainement due à une attente d’inactivité trompée par le mouvement des personnes dans la rue. Je réorientai donc ma réflexion vers une autre thématique.

Seconde phase d’étude : en quête d’un vécu « normal »

À la suite de cette première partie de mon étude de terrain, j’ai constaté que mon hypothèse sur la redynamisation du quartier en période de crise n’était pas vérifiée. Au contraire, outre la baisse d’activité des commerces, mon vécu du quartier ne révélait donc pas une hausse de l’intensité urbaine mais au moins une certaine normalité qui ne me semblait pas exister dans tous les quartiers de Paris en cette période. J’ai donc décidé de formuler une nouvelle hypothèse : « Se pourrait-il que, pendant le confinement, les habitants de mon quartier soient dans une recherche de normalité ? ». Autrement dit, se pourraient-il qu’ils recherchent par leurs activités, leurs actes et leur organisation, un vécu le plus identique possible à celui qu’ils connaissaient hors des conditions de la crise sanitaire ?

Pour vérifier cette hypothèse, je décidai de mettre en place une méthode qui me permettrait d’échanger avec des passants, tout en sachant bien que le respect de la distanciation sociale pourrait être un frein à ma démarche. J’optai donc pour la méthode de l’« observation flottante ». Exposer par Colette Pétonnet dans son article intitulé : L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. Ce système d’analyse consiste, dans un espace donné, en une déambulation du chercheur dont tous les sens doivent être en éveil. Chaque élément perçu devient donc une potentielle information et c’est au gré de ses observations et des échanges occasionnels que le chercheur évolue dans son espace, d’où l’idée de « flottant ». Cette méthode est strictement empirique, elle permet de laisser émerger les « règles sous-jacentes » qui régissent un lieu. Normalement, on ne formule pas d’hypothèse ou de supposition préalable à sa pratique, mais, dans mon cas, je décidai de détourner cette démarche pour l’adapter à ma recherche et palier son manque de précision.

Outre le ressenti du lieu qu’allait me permettre cette déambulation, il me fallait un maximum d’échanges avec des passants pour pouvoir chiffrer mon étude et obtenir les résultats les plus rigoureux possible. Je devais donc les provoquer plutôt qu’attendre qu’ils se produisent, d’autant que, dans le contexte de la crise, une conversation dans la rue avec une personne inconnue avait peu de chance d’arriver sans un coup pouce. D’un autre côté je voulais à tout prix éviter des entrevues du type « micro-trottoir », d’abord car leur caractère « officiel » aurait été aux antipodes de l’observation flottante, et ensuite car mes questions allaient toucher au respect des restrictions du confinement et auraient potentiellement incité mes interlocuteurs à ne pas être parfaitement transparents.

Le premier jour suivant le début de cette seconde phase d’étude, je tentai donc tout simplement d’engager la conversation avec des personnes que je croisais dans la rue. Il ne me fallut pas plus de cette journée d’échecs pour me rendre compte que j’avais été un peu trop optimiste. Je devais trouver une alternative m’assurant au moins un minimum d’échanges. Après réflexion, il m’a semblé qu’aborder les fumeurs statiques étaient une option réalisable : elle me permettait de ne pas interrompre la marche d’un passant et surtout de pouvoir pratiquer une bien célèbre astuce de prise de contact, j’ai nommé le « Excusez-moi, puis-je vous emprunter du feu ? ».

Entre le 26 novembre et le 11 décembre j’ai effectué cinquante-sept tentatives de prise de contact dont vingt-cinq ont donné lieu à des échanges, sur ces vingt-cinq, dix comportent des réponses à mes deux questions. Je ne peux d’ailleurs en aucun cas affirmer la véracité des dires de mes interlocuteurs quoi que dans l’ensemble, l’aspect spontané des conversations leur donnaient un air de franchise. A Partir du 28 Novembre, j’ai dû interroger à propos du confinement précédant l’allègement qui conférait une liberté beaucoup plus grande aux citoyens dans la crise.

 Pour introduire mes questions dans les conversations sans qu’elles ne semblent préparées, il m’a fallu les adapter aux différentes situations. La première avait pour but de connaître le ressenti des personnes quant à leur vécu des restrictions et de savoir ce qu’elles avaient pu faire pour palier leur manque de liberté. La seconde, un peu plus insidieuse, avait pour objectif de savoir si elles avaient pu enfreindre les règles. En effet, enfreindre une règle de confinement suppose la recherche d’une activité qui était possible hors confinement, ce qui peut donc être considéré comme une recherche de normalité.

« Avez-vous souffert des conditions du confinement ? »

7 personnes ont déclaré avoir été gênées, ou avoir souffert des conditions du confinement.

2 personnes ont déclaré avoir continué de travailler et donc ne pas avoir véritablement souffert d’un manque de liberté de mouvement.

1 personne a déclaré ne pas avoir vu ses habitudes changées.

« Si oui, comment avez-vous tenter d’y remédier »  

4 personnes ont déclaré avoir multiplié les balades pour pouvoir prendre l’air.

1 personne a révélé avoir changé ses habitudes en arrêtant de faire des courses pour la semaine afin de pouvoir en faire chaque jour et augmenter le nombre de ses sorties.

1 personne a déclaré avoir commencé de nouvelles activités à faire chez soi.

1 personne a déclaré avoir continué à sortir et à côtoyer des amis et de la famille presque normalement sans jamais avoir été contrôlée.

« Avez-vous pu voir du monde ? »

4 Personnes ont déclaré s’être rendues chez des proches ou avoir reçu des proches de manière occasionnelle.

2 Personnes ont déclaré avoir vu des proches à l’extérieur.

2 Personnes ont déclaré n’avoir fréquenté personne d’autre que ceux avec qui elles vivaient travaillaient.

1 personne a déclaré avoir occasionnellement reçu des proches

1 Personne a déclaré s’être rendue, ou avoir reçu des proches de manière régulière.

L’observation de ces résultats tente à montrer qu’une majorité de personnes a souffert des conditions du confinement et qu’elle a chercher à s’adapter en exploitant les possibilités à sa disposition pour pouvoir sortir ou s’occuper le mieux possible. Il faut dire d’une part, que l’interprétation de ces chiffres repose sur une confiance de la transparence des interlocuteurs et d’autre part, que dix échanges ne suffisent certainement pas à établir un caractère général à cette recherche de normalité. Ce qui nous montre la limite de ma démarche dans cette situation. Mais selon cet échantillon, on peut conclure qu’une majorité a été dans un processus de normalisation de son vécu du confinement. Cependant, outre ces dix échanges « complets », les « incomplets » m’ont permis de me rendre compte de certaines choses, bien que je ne puisse pas étayer mes dire par des chiffres. C’est d’ailleurs grâce à la liberté que permet « l’observation flottante » que ces éléments me sont apparus. J’ai par exemple eu l’occasion d’échanger avec une personne qui se déplaçait beaucoup dans tout Paris pour voir des proches ou se rendre à des soirées en exploitants les limites du système des attestations dérogatoires en ligne. A l’inverse d’une version papier, il est possible de régler l’horaire de sortie sur la version numérique, ce qui lui permettait d’allonger à volonté la durée de ses déplacements. Ou encore, d’utiliser une attestation pour « déplacement familial impérieux » pour excéder la limite du kilomètre et d’en changer pour une balade d’une heure une fois arrivée dans le quartier souhaité. Il lui était donc possible de manipuler à volonté ses motifs et durées de sortie et ainsi de jouir d’une liberté quasi-totale. Il faut tout de même ajouter que, selon ses dire, il n’avait jamais été contrôlé et ne semblait pas ressentir de pression particulière vis-à-vis de l’amende possible ou simplement d’une potentielle contamination.

Pour conclure, je dirais que dans l’ensemble, mes échanges m’ont confirmé qu’une majorité de personnes avait souffert de l’enfermement et de la rupture des contacts sociaux. En considérant les modifications volontaires du mode de vie dans des perspectives de sortie ou de rencontre, en adéquation ou non avec les restrictions imposées, il est clair que cette majorité a travaillé à se sentir échapper au maximum à l’enfermement que représente le confinement. Bien sûr, quelque soient les activités ou les stratagèmes mis en œuvre pour y arriver, il semble impossible d’avoir retrouvé un vécu « normal », mais rares sont les personnes interrogées qui n’ont pas chercher à prendre l’air le plus possible. Un exemple flagrant d’adaptation aux règles dans une recherche de « normalité » qui est ressorti dans mes échanges « incomplets » est « l’apéro zoom » qui semble parfaitement illustrer ce désir d’activité et de recherche de contacts sociaux s’incarnant dans une forme nouvelle d’une célébration de l’« être ensemble ».

Le click&collect est-il réellement efficace et comment participe-t-il au dynamisme de l’Île-Saint-Louis?

“Connaissez-vous l’île

Au cœur de la ville

Où tout est tranquille

Éternellement”

Louis Aragon, Quai de Béthune, 1958

Comme l’a très bien résumé l’illustre Louis Aragon, le temps s’arrête sur l’Île-Saint-Louis, une place lui est dédiée à la pointe Ouest de l’île, sans doute l’un des endroits les plus romantiques de Paris, où tous les amoureux se retrouvent pour manger une glace Berthillon. Au crépuscule des soirées d’été comme celles d’hiver, Paris revête sa couverture de ville des lumières, ainsi, un spectacle saisissant s’offre à vous, où que vous tourniez la tête, admirez le Panthéon, Notre-Dame ou l’Hôtel de ville, éclairés de milles feux. 

L’expression « Paris, la plus belle ville du monde » y prend tout son sens

Un peu d’histoire…

L’île-Saint-Louis est un trésor d’histoire, sœur de l’Île-de-la-Cité, sa première fonction était d’offrir un lieu de pâture pour les bêtes des chanoines de Notre dame, elle se faisait appeler « l’île aux vaches », ce lieu ne sera urbanisé qu’au XVIème siècle lorsque des travaux de jonctions entre les deux îles débuteront, il faudra attendre un siècle avant que ces derniers ne soient achevés. 

Mais pourquoi porte-elle le nom de Saint-Louis ? 

Louis IX, surnommé Saint-Louis, avait l’habitude de venir prier et se ressourcer sur « l’île aux vaches » avant de partir pour sa huitième croisade, depuis, l’île porte son nom pour lui rendre hommage. 

L’île-Saint-Louis, un lieu d’art… 

De grands noms artistiques ont élu domicile dans cet endroit de Paris, préservé et intimiste, de Baudelaire à Camille Claudel en passant par Paul Cézanne, certains noms actuels ont eux aussi été sensibles au charme de l’Île, ainsi, Agnès Jaoui, Édouard Baer, Daniel Auteuil ou bien Jamel Debbouze ont foulé les pavés de cet endroit. 

Je pense qu’il était nécessaire, avant de débuter l’explication de mon analyse de terrain, de vous raconter la facette historique de cet endroit, que peu de personnes ne connaissent réellement. 

L’Île-Saint-Louis est devenue un quartier prisé de la capitale où la tranquillité est indéniable : peu de trafic, population assez âgée et aisée, séparée par deux ponts il n’y a pas énormément d’affluence comme dans le Marais ou bien Saint-Germain-des-Prés, de ce fait, les commerces sont petits, il n’y a pas de grandes enseignes telles que Zara, Sephora ou autres, il s’agit essentiellement de commerces de proximité. 

L’énergie de l’Île-Saint-Louis à quelque chose de villageoise.  

Analyse de terrain

Aujourd’hui, la rue principale appelée « Rue Saint-Louis-en-l’île » traverse la totalité de l’Île horizontalement et elle permet à l’endroit de conserver son caractère marchand. Nous pouvons compter 20commerces, 12 restaurants, 6 galeries d’art, 4 boulangeries, 2 pharmacies, 1 bureau de presse/tabac, 2 magasins alimentaires, 3 hôtels et 2 agences immobilières.

Comme expliqué ci-dessus, les commerces qui s’y trouvent sont souvent petits et il n’y a pas de grandes franchises. 

Lorsque nous nous baladons dans ce quartier, nous découvrons des petites marques de créateurs français, plusieurs primeurs, un fleuriste, trois boulangeries, beaucoup de galeries d’art, parfois très renommées mais il n’y a pas ce sentiment de surconsommation que nous pouvons retrouver ailleurs… 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que c’est une réelle vie de quartier qui se créée ici, les habitants, appelés Ludovisiens ont leurs propres habitudes et une espèce de parcours se dessine : première étape le bureau de presse, deuxième étape acheter ses légumes chez le primeur, troisième étape prendre sa baguette à la boulangerie. 

Nous traversons une crise sanitaire inédite qui malheureusement a durement touché les petits commerçants contraints de fermer à deux reprises leurs boutiques. Alors comment ont-ils fait pour tenter de survivre dans un monde où Big Brother écrase tout sur son passage ? 

Pour la plupart, ils ont été obligés de se numériser et de proposer à leur clientèle le moyen de « click&collect » ou « call&collect » mais cette formule est-elle réellement efficace dans un petit quartier où tout est chamboulé ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre. De plus, nous devions aborder la notion de ville en crise, alors, nous analyserons à quel moment de la journée, les rues sont-elles fréquentées, et quels sont les types de consommation ?  

Pour ce faire, j’ai décidé de me rendre en plein cœur du sujet, j’ai d’abord questionné les commerçants, puis, j’ai réalisé une réelle enquête de terrain en restant dans la même rue, à la même heure mais à des jours différents. Cette enquête de terrain permettra de faire surgir plusieurs remarques intéressantes. 

Il y a sur cette île des visages familiers, pour certains, depuis plus de 40 ans. C’est le cas de Patrick et Carole, qui sont les uniques fleuristes de ce quartier (Patrick Allain fleuriste, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

J’ai pu m’entretenir avec eux, alors qu’ils confectionnaient un beau bouquet de roses blanches destiné à une célébrité, pour une raison spéciale, mais secret professionnel oblige, je n’ai malheureusement pas pu en savoir plus. 

A la question « Comment avez-vous vécu la première fermeture ? » les deux ont répondu instinctivement « Après 40 ans sans vacances, ça nous a fait du bien ! mais après une semaine sans travailler, nous devons avouer que ça nous a fait bizarre et l’ennui commençait à nous guetter ». Alors, lorsque les commerces ont dû fermer une secondes fois, il fallait trouver une solution. Patrick, le gérant, a décidé de se lancer dans le Click&Collect « Pour des personnes de notre âge, c’est un peu plus compliqué, heureusement, je me suis fait aider » nous confie-t-il. 

Alors, est-ce possible de vendre des fleurs sur internet ? La réponse semble être oui, mais est-ce efficace ? 

« Vendre des fleurs ce n’est pas vendre des tee-shirts, il nous faut un contact humain, quand on vend un bouquet, c’est pour apporter de la joie chez nos clients, sont-ils contents lorsqu’ils commandent sur internet ? Personnellement, je ne crois pas » Témoigne Patrick. C’est l’une des rares vitrines à avoir affiché « Bouquet Click&Collect » avec un QR code qui mène directement au site internet, mais le résultat de cette nouvelle alternative de vente n’est pas là « Nous avons eu la chance de pouvoir étaler nos fleurs sur le devant de notre boutique, alors les habitués venaient nous rendre visite pendant leur heure de sortie autorisée, ils choisissaient leurs fleurs sans rentrer dans le magasin, le Click&Collect était plus un prétexte pour rester ouverts, il ne nous a pas permis de renouveler notre clientèle » 

Afiz est lui aussi un des piliers de ce quartier, il tient une boutique de vêtements depuis 40 ans également. (Bayman, 71,rue Saint-Louis-en-l’Île)

À l’instar de Carole et Patrick, il a plutôt bien réagi à la première fermeture « Cette fermeture nous a permis de nous reconcentrer et de réfléchir à la suite, ce fut une réelle déconnexion » 

La marque « Bayman » créée par Afiz, marchait plutôt bien, cependant, la seconde fermeture était pour eux catastrophique « Nous étions plongés dans l’incertitude ». 

Alors, il a décidé lui aussi de se mettre au e-commerce, « C’était notre dernière issue pour continuer notre activité, mais ça n’a pas réellement marché. L’Île-Saint-Louis est un quartier très touristique, nous avons été durement touchés par les grèves, les gilets jaunes, la politique de Paris ville piétonne et surtout l’incendie de Notre-Dame, donc, la clientèle étrangère n’était pas au rendez-vous cette année, la population locale, est assez âgée et n’utilise pas trop internet »

Nous l’avons compris, ce quartier de Paris vit du tourisme, comme le dit si bien la chanteuse Brigitte Fontaine dans sa chanson « Rue Saint-Louis-en-l’Île » : « Quand l’été revient, il faut fuir ! ». 

Christine et Stéphanie, deux commerçantes dans le textile ont essayé elles aussi de se numériser, sans succès. Elles témoignent « Avant, des clientes Américaines venaient et dépensaient sans compter. Pendant le confinement, si nous faisons quelques ventes sur notre site internet par jour, nous étions contentes. » (78ISl, 78 rue Saint-Louis-en-l’Île )

Le Click&Collect ne semble pas être efficace dans ce quartier sauf pour quelques exceptions ! 

Le Chef cuisinier étoilé Alain Pégouret, propriétaire du restaurant « Le sergent recruteur » se dit très satisfait « Les restaurateurs, comme les commerçants, ont beaucoup soufferts et continuent de souffrir, il fallait trouver une alternative : le click&collect ! » 

Cette adresse Parisienne a acquis une belle notoriété et un beau carnet d’adresse avec le temps. « Aujourd’hui, j’ai toujours ma brigade avec moi, nous avons même embauché un livreur particulier au vu de nos nombreuses commandes » 

Quid de sa clientèle ? « Notre clientèle qui commande est aussi locale « qu’étrangère » si je peux me permettre » dit-il avec le sourire aux lèvres. Comment explique-t-il cette efficacité ? « Je pense que le fait de bien manger est tellement ancré chez les Français, que dès lors qu’ils ne peuvent plus aller au restaurant, les restaurants viennent à eux ! » 

Également pour Lize, gérante d’une boutique de vêtement sur l’Île, le commerce en ligne a bien marché pendant le confinement, peut-être car la marque « Nina Kendosa » est assez connue dans la capitale, et que ses clientes avaient besoin de se changer les idées « Heureusement que nous avions développé notre e-commerce, les clientes commandaient sur notre site et avaient le choix, soit d’être livrées soit de venir récupérer leurs commandes directement en boutique ». Lize semble cependant perplexe « C’est étrange, maintenant que les commerces ont rouverts, l’affluence n’est pas très forte »

Concernant l’efficacité du e-commerce, le résultat est assez flagrant. 

Sur un échantillon de commerçants interrogés, il s’avère être assez négatif malgré deux exceptions. 

Mais alors ce phénomène de digitalisation a-t-il permis de participer au dynamisme de ce quartier historique de Paris ? La réponse semble être elle aussi négative. 

Nous l’avons bien compris, l’Île-Saint-Louis est un gros village où il fait normalement, bon vivre. 

Cependant, ce quartier vit au rythme du tourisme. En période normale, la rue principale est bondée, surtout de personnes internationales. 

Aujourd’hui, malgré la réouverture des commerces, peu de monde se rend dans cette partie de la ville pourtant très prisée. Pour tenter de savoir pourquoi, j’ai posé la question à des personnes au hasard, et plusieurs éléments ressortent : « Nous n’avons pas de point de chute ici, nous y arrivons par hasard. » Néanmoins, l’Île est beaucoup plus animée le week-end, surtout en ces périodes de fêtes, c’est à ce moment-là que les ventes sont importantes. 

« Notre chiffre d’affaires se fait principalement sur le week-end, quand les parisiens font leur ballade « after brunch », sinon, la semaine, c’est très calme », Témoigne Anne, gérante d’une boutique de cosmétiques. (Imiza, 51 rue Saint-Louis-en-l’Île)

Habitant dans ce quartier, j’ai effectué mon étude de terrain en rentrant chez moi, en allant faire mes courses, en me baladant…. Le constat est simple :  pendant toute la durée de la semaine, l’Île-Saint-Louis est très calme, nous y observons en majorité, une fréquentation de population locale. Cependant, je suis resté dans la rue principale 2 week-end d’affilés (4/5/6 décembre et 11/12/13 décembre) à des heures bien précises, de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, le paysage change complètement. 

L’Île se remplit timidement le matin, le plus souvent, ce sont des personnes habitants dans les arrondissements voisins (3ème, 5ème, 6ème) qui y viennent pour se balader, sans but précis. 

L’après-midi, c’est une population plus jeune, comprenant des familles, qui s’y retrouve. Malheureusement, ces personnes ne viennent pas, pour la majorité, chercher leurs commandes click&collect. L’Île-Saint-Louis est un lieu de balade. 

En conclusion, nous pouvons dire que le phénomène de e-commerce peut être efficace en fonction de la clientèle visée, des marques distribuées et du quartier. Ici, les locaux ont l’habitude de se déplacer directement en magasin pour récupérer leurs articles et ne sont, pour la majorité, pas à l’aise avec la notion de e-commerce. 

Concernant le dynamisme de la ville en crise, l’essence même du quartier concerné peut y jouer, avec son statut d’Île et suite à l’étude de terrain, nous pouvons émettre l’idée que ce quartier est un réel lieu de détende, les visiteurs ne viennent pas forcement pour consommer mais plutôt pour marcher, visiter ou bien manger une glace Berthillon, pilier de l’Île-Saint-Louis. 

Le contexte actuel ne joue pas en faveur de ce quartier, qui vit du tourisme et de la clientèle locale.

Néanmoins, les commerçants ne perdent pas espoir, même si elle n’est plus aussi dynamique qu’avant, elle restera une adresse phare de la capitale. 

Sport, lecture, déjeuner… : quand le confinement déplace le quotidien dans le parc

Pour le projet final de ce cours qui concerne la ville en crise, je me suis intéressée à l’usage que font les personnes dans un parc lors d’une telle période. Ainsi, je me suis posé la question suivante : Quels comportements et buts ont les usagers allant sur les hauteurs du parc des Buttes Chaumont ?

Avec près de 25 hectares de verdure, ce parc est l’un des plus grands espaces verts de Paris. Il se situe dans le 19ème arrondissement, un quartier populaire et très fréquenté de la capitale française.

Pour s’interroger sur la ville en crise, quoi de mieux que d’analyser la période actuelle ? Depuis le 30 octobre dernier, la France se trouve à nouveau confinée compte tenu de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus qui touche le monde entier depuis de nombreux mois. Ce quotidien, pesant et vécu par tous les français, est une énième épreuve à surmonter lors de cette crise sanitaire.

J’ai systématisé mon observation en adoptant un point de vue protocolaire. En effet, pour mon enquête, je me suis rendu, durant une semaine et à différents moments de la journée, sur les hauteurs du parc et je me suis assise, lorsque cela était possible, sur un banc. Aussi, aux vues de la période actuelle, j’ai décidé d’utiliser comme ressource primaire l’observation non participante durant laquelle j’ai pris des notes.

Mon idée de départ était de travailler sur le parc des Buttes Chaumont car c’est un parc dans lequel j’ai l’habitude d’aller et qui attire, depuis l’annonce du confinement, davantage d’usagers. J’ai ainsi choisi d’adopter l’axe des interactions, de ce qui fait la ville en période de crise en m’interrogeant sur l’importance d’avoir ce type d’espace vert proche de chez soi lorsque les libertés des individus sont réduites et contraintes. En me promenant aux Buttes Chaumont je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup d’usages et d’usagers différents. Pour mon enquête, il a fallu que je choisisse un point de vue. J’ai décidé de me consacrer au point de vue de l’espace : les hauteurs du parc en déterminant les comportements et buts des personnes qui s’y rendent. J’ai choisi de concentrer mon étude sur cela car je me rends souvent dans ces espaces du parc afin de faire du sport et je m’y sens bien. C’est dans cette optique que je souhaitais être pour mon enquête, d’où mon choix. Aussi, c’est un espace qui peut sembler moins accessible et donc limiter les usagers.

Lors de mon enquête j’ai rencontré un obstacle : étudier la crise tout en étant en crise moi-même. En effet, la contrainte d’une heure de sortie quotidienne et le fait d’habiter à un quart d’heure du lieu d’enquête m’ont limitée à mener mon investigation à raison de seulement 30 minutes par jour.

L’observation non participante m’a permis d’être entièrement disponible pour l’observation du terrain. De ce fait, je trouve que cela a légèrement restreint la limite de l’heure de sortie.

Aussi, cela m’a permis de passer inaperçue auprès des usagers.

Pour que mon observation soit plus précise, il aurait fallu que la durée de mon enquête soit plus longue.

Sportifs en reconnexion avec la nature

Photo : Séréna JUPILLE

J’ai pris la photographie n°1 en septembre dernier et je trouve qu’elle reflète parfaitement une de mes observations : de nombreuses personnes viennent sur les hauteurs des Buttes Chaumont afin de faire du sport, souvent de manière individuelle et sans masque. En effet, j’ai constaté que, surtout dans la matinée, ce sont beaucoup de pratiquants d’arts martiaux qui se trouvent sur ces hauteurs. Ils s’approprient entièrement l’espace qui s’offre à eux afin de pratiquer leur art.

Selon moi, ces personnes s’isolent des nombreux usagers qui restent en bas du parc. Ils cherchent de grands espaces libres afin de pratiquer leur activité en toute sérénité, sans se soucier de l’environnement. Aussi, je pense que cela leur permet de faire un échauffement avant leur entraînement : accéder aux hauteurs du parc n’est pas de tout repos !

Le quotidien sur les hauteurs

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°2 (samedi 21 novembre, 13h10) on observe, sur une des collines, une personne en train de lire et deux autres, assises un peu plus loin, qui discutent et mangent. Toutes trois font face à la Basilique du Sacré-Cœur.

Contrairement à la jeune femme qui lit tout en profitant, elle aussi, du soleil, on constate que les personnes qui mangent ne portent pas le masque. Toutefois, la distance physique entre les individus est bien respectée.

Photo : Séréna JUPILLE

Sur la photographie n°3 (mardi 24 novembre, 15h05) on voit l’ombre d’un couple qui vient de s’asseoir sur un banc. Eux non plus ne portent pas le masque, pourtant obligatoire. On ne voit personne dans le champ car seulement 6 personnes étaient présentes sur la grande place.

Ces deux dernières photographies sont significatives de mon observation : lors d’une grande partie de la journée, un nombre réduit de personnes se rend sur les hauteurs du parc. L’heure du midi et du goûter sont les moments où les personnes semblent le plus présentes. Toutefois, dû à mes horaires de cours, ce sont des moments que je n’ai pas pu beaucoup observer. Souvent, les personnes montent sur les collines et se posent sur l’herbe ou sur un banc. Elles prennent le temps de faire différentes choses qui relèvent souvent du quotidien (lecture, repas, discussion). Ainsi, ces actions du quotidien sont déplacées dans un espace public qui est signe de liberté, en temps de confinement.

Selon mes observations, je dirais que les personnes qui se rendent sur les hauteurs sont des personnes qui ont du temps : elles ne font pas que passer mais s’arrêtent, occupent l’espace et se l’approprient.

Les hauteurs des Buttes Chaumont sont, selon moi, un espace qui permet aux usagers de se retrouver, de ne pas être oppressé par la foule des endroits plus accessibles de la ville. Aussi, toujours selon moi, être dans un espace moins fréquenté, fait penser aux individus qu’ils sont davantage en sécurité dans cette ville en crise.

De cette observation je déduis également que les usagers profitent pleinement du grand air avant de repartir dans les espaces fermés où ils se retrouvent cloitrés à cause du confinement.

Pour moi, les hauteurs du parc, qui semblent difficilement accessibles, sont des espaces où les personnes s’affranchissent facilement des contraintes de la ville en crise. Ce semble être un endroit où les usagers s’autorisent une certaine liberté.

Ainsi, j’en déduis que ces espaces de la ville constituent de réelles échappatoires à la crise.

Lors d’une crise qui concerne la ville on constate que les usages des espaces ont changés. Un espace public qui semble, malgré les règles, signe de liberté devient un espace quotidien, presque privé. Il serait intéressant d’étudier à quel point les usagers s’approprient ces endroits de la ville, les moments où ils sont plus susceptibles de monter sur les hauteurs des Buttes Chaumont. En effet, on pourrait analyse les heures plus creuses afin de voir si cet espace est un espace où l’on prend le temps ou seulement un espace de passage qui permet aux usagers de se balader en respectant les contraintes que la crise impose.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search