Simville : nouvelle métropole américaine ?

Recensant un peu moins de 80 millions de joueurs en 2023, Les Sims font partie d’un des plus grands succès de l’histoire de l’industrie du jeu vidéo. Son concept est simple : bâtir une ville, ses jardins, commerces et résidences, créer des personnages puis les insérer dans cet environnement et gérer au quotidien leurs besoins les plus élémentaires tels que leur appétit, confort, hygiène, énergie, distractions ou encore vie sociale.

Curieuse de déceler les rouages attenants à ce succès généralisé, j’ai créé un avatar plus ou moins à mon image et me suis immergée dans cet univers vidéoludique. Je fus rapidement, presque additivement, happée du matin au soir par mon écran de téléphone explorant ainsi languissamment, plusieurs fois par jours et durant de nombreux jours, le monde virtuel des Sims Free Play, version disponible uniquement sur téléphone mobile. A l’inverse d’un orpailleur cherchant sa pépite d’or, je ne savais pas quel serait l’objet de ma découverte et pourtant une s’est intuitivement dévoilée et imposée à moi : la reproduction du monde physique dans les Sims se mue au travers d’une culture et d’un environnement explicitement américain. En  effet, grâce à une observation libre et régulière, ainsi que par le biais d’un travail d’objectivation et de neutralité axiologique, j’ai relevé une pluralité d’éléments promouvant alors idéologiquement le parangon américain. Après avoir mis en lumière les similarités entre la typographie de la ville des Sims et les territoires de l’Amérique, je tenterai d’exposer les différents aspects capitalistes et consuméristes du jeu pour en dernier lieu aborder les éléments sociaux allant dans le sens d’un mode de vie à l’américaine.

La ville et ses constructions

Qu’il s’agisse des paysages, infrastructures routières, monuments ou lotissements, de nombreux symboles évoquant l’Amérique se manifestent et s’enchevêtrent dans le jeu.

Simville à l’effigie du territoire étasunien

La ville des Sims se nomme « Simville ». Un écriteau à son nom est érigé en haut d’une colline surplombant ainsi la ville. Écrit en lettres capitales et éclairé par des projecteurs semblables à ceux du cinéma, ce panneau est sans nul doute une référence directe à celui d’Hollywood qui se trouve dans l’illustre ville californienne de Los Angeles. Cependant, seules les indications données par le jeu nous permettent de savoir qu’il s’agit du panneau Simville, car ce dernier est écrit dans la langue fictionnelle des Sims. Il est impossible pour un être humain de cette planète de la lire ou encore la prononcer. Une volonté de Will Wright, le créateur américain du jeu, certainement pour des enjeux d’internationalisation. De plus, en similarité avec la métropole mondiale de New York, les feux tricolores de la ville sont jaunes et Simville est traversée par un long fleuve qui vient se jeter dans l’océan. Au centre de la ville, se dresse également un pont rouge suspendu aux allures du célèbre Golden Gate Bridge de San Francisco.

Pont de Simville

Les parcelles pavillonnaires de Simville quant à elles font étrangement penser à Wisteria Lane : le mythique quartier de la série à succès américaine « Desperate Housewives ». En effet, les maisons sont relativement identiques et les ilôts urbains sont homogènes, concentriques, géométriques et symétriquement organisés. De plus, les constructions du jeu s’appuient conformément aux règles d’urbanisme des quartiers traditionnels des Etats Unis avec pour obligation première de construire en recul des trottoirs sans clôture ni mur se dressant entre les espaces publics et privés. Dans les Sims, qu’il s’agisse de maisons cossues ou  plus modestes, la grande majorité d’entre elles sont faites en bois : un constat qui fait écho à une réalité américaine puisque plus de 90% des maisons sur le territoire des Etats Unis sont bâties avec ce matériau.

Résidence standard en bois

Au sein de Simville, sont concentrés l’étendu et la diversité des paysages que l’on peut retrouver aux Etats Unis. A titre d’exemple, se cache dans la ville un lieu désertique et aride ressemblant de près aux inertes villes fantômes de l’Ouest des Etats Unis. De surcroît, les maisons peuvent prendre racines au milieu de collines rocailleuses, au centre de denses forêts ou encore à proximité d’écumantes et spectaculaires cascades d’eau. Elles peuvent également s’établir sur des pilotis et face à la mer comme les luxueuses villas de Floride ou encore construites sur cinq étages et entourées de palmiers exotiques comme les extravagantes maisons de Beverly Hills.

Maison d’architecte

La ville comme paradis terrestre

Bien qu’il n’y ait pas de représentation de lieux de culte à Simville ni de référence directe à une quelconque religion, plusieurs images peuvent subjectivement être rattachées à la religion chrétienne, alors partagée – selon une étude menée par le Pew Research Center – par plus de 70% de la population américaine.

La ville des Sims est à l’origine un vaste emplacement végétalisé mais vierge de toute édification. Simville est donc construite en « ex nihilo », autrement dit « à partir de rien ». Au même titre que Adam – premier homme que Dieu a, selon la Bible, créé – le premier Sim du jeu est allusivement missionné de dominer et d’insuffler la vie dans ce territoire placide et encore impeuplé aux apparences du Jardin d’Eden. Simville devient alors le lieu de tous les possibles, où le Sim se veut être le bâtisseur d’un monde nouveau. En effet, je constate dès les premières minutes du jeu qu’il nous est, à nous utilisateurs, missionné de donner vie au lieu en construisant et en le peuplant, sans quoi nous ne pouvons pas le poursuivre. La diversité des typologies de biomes, l’abondance de la végétation (sapins, palmiers, cerisiers du japon, chênes, arbres fruitiers, arbustes, ginkgo biloba, etc….) ainsi que la pluralité des paysages nous suggèrent également le caractère idéal et quasi utopique de Simville. Cependant, la présence d’institutions juridiques, politiques ou sécuritaires comme la mairie ou la police viennent teinter et nuancer l’utopie de nos fantasmes de ville comme paradis terrestre. Situé sur le bord du littoral, un phare se dresse et éclaire régulièrement et aveuglément la ville. Le phare, dans ses mythologies populaires, indique le sens sacré et guide notre âme de l’inconscient de la mer vers le conscient de la terre. Un phare singulier aux rayures rouges et blanches me faisant beaucoup penser au phare de West Quoddy Head, inscrit au registre national des lieux historiques depuis le 4 juillet 1980. De plus, la présence répétée des ponts dans la ville pourrait alors apparaître comme symbolisant le chenal de la vie à la mort, c’est-à-dire le passage vers l’Au- delà.

Milieu insulaire bordé d’eau, reclus sur lui-même et construit en vase clos, Simville s’apparente à une petite île circulaire dont la localisation précise reste très mystérieuse. Comme un paradis, Simville est un lieu fantasmé et imaginé, accessible uniquement dans une autre vie et un autre monde : en l’occurrence celui de la virtualité. La seule frontière séparant la ville du monde extérieur est un grand barrage d’eau. Ce barrage charrie à mon sens une interprétation mythique, légendaire, spirituelle, philosophique et in fine intrinsèquement religieuse. Effectivement, le barrage distille l’idée que cette ville perdue, construite et voulue par les Sims pourrait être, comme l’eut été jadis le Royaume des Atlantes, engloutie par une masse d’eau importante. En tous cas, à la vue de ce barrage, telle est l’image que j’en ai eu. Au milieu d’une nature chimérique et chatoyante, un pont en forme de croix et fait de bois évoque impulsivement la croix du Christ, alors instrument du salut de l’humanité et symbole du christianisme. La présence du « Supermarché des sorciers » ainsi que de la quête « Chasse aux sorcières » hypothétisent une référence aux sorcières de Salem et au passé historique des sociétés coloniales américaines basées sur des traditions chrétiennes ainsi que sur des valeurs conservatrices et puritaines.

Ponton en bois en forme de croix se situant dans un jardin privé de Simville

Promotion d’un modèle américain et consumériste

Des logiques commerciales

Le jeu s’agglomère autour de l’idée selon laquelle le bonheur et l’épanouissement personnel du Sim croît parallèlement à l’accumulation perpétuelle et croissante de richesses. Le jeu est ainsi régi par une monnaie : le Simflouz. Sans capital financier, l’avatar ne peut pas évoluer dans le jeu et n’a ainsi pas accès à l’entendu des biens et services proposés tels que les maisons, loisirs ou objets matériels en tout genre. En effet, le Sim est dans l’obligation de payer pour meubler ou aménager sa maison et ses extérieurs. Mais plus encore, l’utilisateur lui-même est exploité dans ces logiques commerciales car il peut payer pour avoir plus de Simflouz ou encore pour accéder à des biens et services inédits comme des concerts virtuels ou des vêtements de luxe pour habiller ses avatars. En effet, de nombreuses marques reconnues telles que Moschino investissent le jeu et collaborent avec lui afin de promouvoir leurs produits.

La progression du jeu et du Sim se fait conjointement avec la quantité de biens et d’argent amassée. L’amélioration du confort de l’individu passe par l’action de payer des biens de qualité prônant ainsi un mode de vie luxueux et une société capitaliste et profondément consumériste. A ce titre, la ville recense dix-huit lieux de commerces et/ou loisirs et tous, à l’exception d’un, sont payants. Le Simflouz est une « récompense » qu’il faut réclamer. Tout est payant et toutes les actions des Sims sont récompensées, même celle d’aller aux toilettes. Le jeu parraine alors le mérite individuel et prône, tout comme les États Unis, une société fondée sur la méritocratie. Le mirage de l’ « American Dream » se tisse alors en fond à travers l’idée selon laquelle le Sim ne peut prospérer que par son travail, son courage et sa détermination. La majorité des constructions sont d’ailleurs des lieux de travail (caserne de pompiers, laboratoire scientifique, commissariat, …).

Simville : nouvelle métropole américaine

La valeur de Simville est évaluée en fonction du degré d’urbanisation de son territoire, à savoir aux regards du nombre de constructions. Simville est ainsi enclavée dans un schéma de métropolisation qui se traduit donc par un phénomène d’étalement urbain avec pour mission sous-jacente de produire vite et abondamment de la richesse. La métropolisation est un outil destiné à étendre le capitalisme, autrement dit à densifier la population en ville pour répondre à une « nécessité » économique qui est de rapprocher la force de travail de l’outil de production et avoir le personnel à demeure. La proximité entre habitations et lieux de travail est facilement observable. Tout comme de nombreuses villes des États Unis, Simville pense sa ville sur un nouveau modèle global d’urbanisation qui est à la fois spatial et économique : le modèle de la cité jardin. Ce dernier s’oppose à la ville totalement industrielle et polluée dont on ne contrôle plus la croissance et allie mixité des fonctions urbaines et omniprésence de la nature. Le concept de cité jardin est théorisé en 1898 par l’urbaniste britannique Ebenezer Howard et a pour volonté de garantir la paix dans la ville en offrant des habitats de qualité dans un environnement ceinturé et dense en nature et végétation.

Partie ouest de Simville

Les Sims : des « vainqueurs stéréotypés »

Alors que certains utilisateurs trouvent dans le jeu l’expérience de la transgression totale, j’y vois pour ma part beaucoup de restrictions. En effet, même si le jeu Sims Free Play transgresse la société qu’il simule en intégrant, par exemple, une parfaite égalité entre les hommes et les femmes dans la recherche de travail, la liberté d’action est piètre.  Par exemple, je ne peux pas mouvoir mon avatar en parfaite symbiose avec mes envies, je ne peux pas m’allonger dans l’herbe ni peindre dans mon salon en mélangeant le jaune avec le bleu. Idem pour les constructions publiques qui fleurissent au fur et à mesure de la progression du jeu. Bien que valorisé à la fois comme bâtisseur et architecte, le joueur n’a en réalité que très peu de liberté dans l’apparence qu’il donne à sa ville. En effet, les routes sont préalablement tracées et l’emplacement des constructions prédéfinis. Le libre arbitre, le choix de faire ou ne pas faire,  n’existe donc pas vraiment dans le jeu, prônant ainsi uniquement la figure du vainqueur stéréotypé et par extension une société fonctionnant dans ce que l’on appelle le « capitalisme tardif ». Bien qu’il y ait quelques fantaisies et aspects progressistes dans le jeu, la transgression au conformisme et au caractère puritain américain n’est que illusionnée par l’apparente parfaite utopie de Simville.

Éloge d’un « American way of life »

Promotion d’un schéma familial traditionnel à l’américaine

Avant même d’avoir commencé à jouer mais simplement en téléchargeant l’application sur mon téléphone, je constate que le logo du jeu est celui d’une Sim enceinte affichant un large sourire. Au grès de mon évolution dans le monde virtuel des Sims, je constate que le bonheur est avant tout corrélé à la construction d’une famille et d’une vie de couple. Les quêtes « Amour et trésor » ou encore « Heureux évènement » témoignent de l’importance du rôle social accordé à l’amour et à celui de la maternité. Les infrastructures telles que « La boutique des enfants » ou « La boutique de maternité » le démontrent aussi. Les plus vastes demeures de Simville sont également caractérisées « d’endroits idéals pour vos familles qui s’agrandissent ».

En effet, tout au long du jeu, le Sim est invité à tomber amoureux, emménager avec quelqu’un puis fonder une famille. De plus, les deux grands panneaux publicitaires de Simville promeuvent et affichent le portrait guilleret d’une famille hétérosexuelle avec leur chien et nouveau-né. Le manque de capacité d’action du Sim face à une grossesse est intéressant et soulève des interrogations d’ordre moral et idéologique compte tenu de la persistance des enjeux sociaux et politiques qui gravitent autour des questions de contraception et d’avortement dans certains États d’Amérique. Une forme d’injonction à la parentalité se manifeste donc à plusieurs reprises dans le jeu.

Une culture américaine au-devant de la scène

Toujours par le biais des « quêtes », le jeu entretient aussi la culture de la célébrité avec la mise en avant du star système Hollywoodien. Le panneau « Simville », la quête « Chemin vers la célébrité » et le « Studio de cinéma » de la ville en attestent. Grâce à une chaine hi-fi, le Sim peut également écouter du rock, de la pop ou encore de la musique latine : toutes ayants des historiques américains. La nourriture des Sims est elle aussi typique des habitudes alimentaires et de consommation des américains ou en tous cas des lieux communs qu’on en a : pizza, hamburger, bacon et œuf, … etc. La conquête de ce territoire inconnu et lointain que représente le monde virtuel des Sims peut être rapprochée des initiatives culturelles et historiques menées par l’Amérique : après la conquête de l’Ouest et de l’espace, pouvons-nous parler de la conquête du « méta-univers » ? En effet, habiter un autre monde et le contrôler en y imposant ses codes s’apparente à une conquête du monde.

Conclusion

Par l’ensemble de mes observations explicitées ci-dessus, je soutiens le fait que le jeu Sims Free Play, qui entend reproduire le monde physique, le fait à travers une réalité et un ethnocentrisme occidental ainsi qu’à travers une idéologie américaine qui repose avant tout sur le capitalisme et le consumérisme. La culture américaine transpire à outrance, aussi bien dans l’expression d’un schéma familial traditionnel, dans la typographie des lieux, dans l’homogénéité des constructions publiques et des parcelles pavillonnaires que dans les missions et loisirs enjoints aux Sims.

Juliette Giordano

 

 

Guild Wars 2 : une odyssée architecturale dans le monde du jeu vidéo

Avez-vous déjà eu l’occasion de vous aventurer dans une ville inconnue, que ce soit en marchant ou en bus, depuis le sommet d’une tour, ou d’une manière tout à fait différente, et encore, de changer de médium d’exploration en un claquement de doigt? Probablement non, ou sinon de manière très restreinte. Cette fois-ci, préparez-vous à explorer l’architecture d’un monde virtuel en vous plongeant directement dans l’univers captivant du jeu. J’ai opté pour une expérience ludique unique : celle de Guild Wars 2

Le jeu

Guild Wars 2 (GW2), le MMORPG acclamé de l’éditeur ArenaNet, a captivé des millions de joueurs à travers le monde depuis sa sortie en 2012. Jouer à Guild Wars 2 offre indéniablement l’une des expériences les plus captivantes et agréables au sein de l’univers des MMORPG. Le gameplay? Tout simplement exceptionnel, paré d’une brillance éclatante dans sa narration immersive ! Presque chaque aspect de ce jeu exhale une merveille, une expérience où le PvE (Player vs Environment) pourrait certainement bénéficier de quelques améliorations, mais ArenaNet semble déjà œuvrer continuellement en ce sens en offrant constamment des nouveautés.

Visuellement, Guild Wars 2 est d’une grande splendeur, mais accrochez-vous, car pour en savourer toute sa splendeur, votre machine devra être à la hauteur! Effectivement, l’architecture est si travaillée et si remplie de détails qu’il faut un ordinateur dotée d’une excellente capacité de traitement graphique pour bénéficier d’une meilleure expérience. Chaque recoin de cet univers est une œuvre d’art à couper le souffle, et nous incitent parfois à délibérément nous perdre pour contempler des paysages qui défient l’imagination. Les personnages prennent vie avec une grâce fluide, les effets visuels atteignent des sommets impressionnants, et les cut-scenes sont un régal auditif. Ce jeu est probablement l’un des meilleurs MMORPG qui existe aujourd’hui, préparez-donc votre meilleur ordinateur pour admirer ce jeu enchanté. En revanche, je vous invite à me suivre dans mon aventure:

Prologue

L’architecture de Guild Wars 2 ne se limite pas à des lignes de code et à des structures virtuelles. Elle n’est pas non plus linéaire. Elle est l’âme même de l’expérience de jeu, guidant les joueurs à travers un monde dynamique et captivant. L’art graphique et la conception ingénieuse sont surprenants. Nous pouvons réellement dire que GW2 repousse les limites de l’architecture de jeu, ce qui crée une œuvre interactive qui continue à évoluer et à inspirer les joueurs du monde entier. 

GW2 présente également un monde vaste et diversifié, divisé en différentes zones, chacune avec son propre style artistique, son histoire et ses défis. L’architecture qui sous-tend cette structuration garantit une transition fluide entre les régions, tout en maintenant la cohérence globale de l’univers. Cette approche architecturale donne vie à Tyria en tant que monde organique et réaliste, invitant les joueurs à explorer des terres variées et à découvrir des cultures uniques.  Comme sur notre planète, chaque région est dotée de cultures différentes et d’architectures distinctes. Cela se traduit par une variété d’environnements, allant de villes majestueuses à des étendues sauvages, et même à des cités flottantes ou nichées au cœur de volcans. La créativité émerge donc comme un élément fondamental, ce qui offre aux joueurs une expérience visuelle captivante. De surcroît, l’utilisation de la technologie moderne permet la création de paysages dynamiques et évolutifs, s’adaptant aux événements narratifs tels que les festivals ou d’autres « events », ajoutant ainsi une couche supplémentaire d’immersion. 

Le début et le déroulement de mon exploration: 

Le commencement du jeu, semblable à d’autres expériences RPG, débute par la création de votre personnage. Cependant, dans Guild Wars 2, l’outil de création se distingue par son unicité: vous ne vous limitez pas à choisir la couleur des cheveux ou d’ajouter de l’éclat dans les yeux de votre personnage, vous façonnez sa personnalité avec la possibilité de définir sa personnalité, son passé et ses valeurs morales. Tous ces éléments ont un impact concret sur le déroulement de son histoire, tout comme les décisions que vous prenez pendant le jeu. 

Personnellement, j’ai créé un Charr, une créature ou « race » qui n’existe pas sur notre terre. En un éclair, j’ai esquissé sa personnalité et tracé son passé, amorçant ainsi la quête principale de mon exercice : l’exploration des méandres de l’architecture virtuelle de Guild Wars 2. Pour ce faire, je m’immerge dans la peau d’un personnage et explore plusieurs villes « hometown » de différentes races dans le jeu.

L’une des facettes les plus avant-gardistes de Guild Wars 2 réside dans son monde dynamique, où les événements surgissent de manière spontanée, vous noterez dans mes extraits d’exploration que des « events » sont en cours, exerçant une influence palpable sur l’histoire et l’environnement des joueurs. Dans le premier extrait vidéo que je vous partage, observez ces joueurs interagissant et endossant des rôles cruciaux au sein d’événements déployés dans une cité animée (la ville natale des Charrs, avec des joueurs en tant que « volontaires » en ligne, à 01:53). Prenez également le temps d’observer les diverses façons dont j’explore chaque recoin de cet endroit. À la base de cette architecture immersive, se dessine un système complexe de déclencheurs et de réponses, offrant ainsi une expérience de jeu tout sauf linéaire. Ce concept engendre un univers persistant, où les actions des joueurs forgent de manière authentique le cours du récit, illustrant une prouesse architecturale qui transcende les conventions fixes dans ce genre de récit. Les « events » marquent une socialisation même dans l’exploration, sans compter toutes les options que j’ai pour parcourir une ville: en courant, sautant, marchant, volant, et encore en interagissant avec les autres joueurs.

Pour moi, la dimension sociale du jeu, où les joueurs interagissent les uns avec les autres, ajoute une autre couche à l’étude. Les espaces communs, tels que les places centrales des villes, sont conçus pour encourager les interactions entre les avatars des joueurs. C’est un élément-clé dans l’exploration des lieux en ligne, car j’ai pu constater les endroits importants pour rejoindre les groupes et socialiser. Il est clair que les architectures de ces lieux favorisent la sociabilité, créant ainsi des points de rassemblement naturels pour les joueurs cherchant à former des groupes ou à participer à des événements communautaires.

Dans un contexte plus large, la manière dont l’architecture virtuelle de Guild Wars 2 évolue au fil du temps mérite également d’être soulignée. Les mises à jour régulières et les événements spéciaux transforment les paysages virtuels, créant une dynamique narrative et une expérience de jeu constamment renouvelée pour les joueurs. Je trouve cela très intéressant, car parallèlement, nous traversons également certaines parties de la ville dans la vie réelle en socialisant ou en rejoignant des groupes. Cette partie de l’exploration en ligne de l’architecture me semble similaire à certains espaces publics dans nos villes IRL, qui deviennent également des repères. Il est donc important de le noter dans mon exploration en ligne.

(La Casbah, Alger, Algerie: source D. R)

Véridiquement, l’immersion dans le jeu se révèle instantanée et fluide, catapultant les joueurs dans le monde viscéral des Charr. Les nuances jaunâtres dominent, créant une atmosphère distincte caractérisée par des escaliers labyrinthiques, des salons à ciel ouvert et des édifices aux lignes carrées. La forme de la ville, les ruelles, les escaliers et des passages me rappellent personnellement le quartier de La Casbah à Alger, en Algérie. Les ruelles étroites offrent parfois peu d’espace pour la libre circulation, accentuant la sensation d’être englobé dans un environnement densément construit, presque comme dans la vraie vie. Cependant! La beauté d’explorer un monde virtuel réside dans la magie qui offre la possibilité de s’élever au-dessus de ce dédale urbain grâce à la fonction de vol, offrant une perspective aérienne qui évoque la liberté d’un oiseau en plein vol. J’ai le droit d’être sur un dragon, à ma guise, n’est-ce pas une fonction formidable? Cette expérience procure une vision panoramique du paysage, évoquant presque l’effervescence d’un vol instantané, comme si l’on se retrouvait à bord d’un avion d’un simple claquement de doigts.

Dans le même ordre d’idée, l’exploration dans ce monde virtuel révèle des parallèles enchanteurs, où les possibilités semblent infinies. À tout moment, on peut être à bord d’un bateau, chevaucher une monture, ou même survoler les cieux sur le dos d’un dragon ou d’autres créatures mystiques. Des formules magiques permettent de se déplacer instantanément d’un endroit à un autre, offrant des options d’exploration inédites et un contraste frappant avec les limitations de la vie réelle. L’idée de s’envoler à tout moment ou de passer à travers un portail (sur l’image au dessus, vous pouvez remarquer plusieurs portails en question) pour se retrouver au bord de la mer crée une nostalgie plaisante pour une liberté d’exploration sans entraves, un privilège qui demeure hors de portée dans la réalité quotidienne.

Dans ce deuxième extrait, une expérience (bonus) dans mon exploration: je me trouve au cœur d’une immense cité où se mêlent harmonieusement des temples majestueux et des édifices urbains contemporains. L’image qui se dessine évoque presque une fusion entre les temples de Kyoto, l’effervescence urbaine de New York et les canaux pittoresques de Venise. Pour ajouter une touche particulière à cette exploration, je me trouve actuellement à bord d’un bateau qui me permet de parcourir la ville sous un nouvel angle captivant !
 

Mot pour la fin

Guild Wars 2 se positionne comme un exemple captivant d’architecture virtuelle dans le monde des MMORPG. Cette analyse approfondie, guidée par une méthodologie centrée sur l’architecture, l’expérience des joueurs et les défis de conception, offre un aperçu éclairant de la complexité et de l’ingéniosité nécessaires pour créer des mondes virtuels qui captivent et enchantent les joueurs. La dimension sociale et l’évolution dynamique du monde virtuel ajoutent des couches supplémentaires à cette expérience, soulignant l’importance continue de l’innovation dans le domaine du jeu en ligne massivement multijoueur. 

En embarquant dans cette aventure virtuelle, j’espère vous avoir offert un regard approfondi sur l’architecture de Guild Wars 2 et suscité votre curiosité pour ce monde enchanteur. Que votre propre exploration dans l’univers numérique soit aussi riche en découvertes et en émerveillements que celle que j’ai vécue dans le monde dynamique de Guild Wars 2. Préparez-vous à explorer sans fins toutes les formes d’architectures rappelant à la fois des endroits de notre planète et la science fiction.

Quelques scènes de mon exploration architecturale: 


L’observation auditive: à l’écoute du cimetière Père-Lachaise

REBAINE Naomi, 13/12/22

Allée du cimetière Père-Lachaise

La vie après la mort est un sujet qui passionne depuis des siècles, cependant, ce que nous pouvons observer ce sont les hommages rendus par les mortels aux défunts. Ces hommages, sont la plupart du temps matérialisés par des sépultures, ou des pierres tombales. Ces dernières se regroupent, généralement, en un seul et même lieu, le cimetière. 

Le cimetière comme gardien de la mémoire des défunts, 

Le cimetière comme repère secret des êtres qui nous ont quittés, 

Le cimetière comme nouveau lieu d’habitat pour les défunts : une forme de ‘vie’ après la mort. 

Ce lieu caractérise donc l’endroit de vie, des morts. 

Ces sépultures, incarnant la mémoire des défunts, se doivent d’être entretenu. C’est pourquoi plus l’entretien sera réalisé au fil des années, et plus longtemps la mémoire en sera préservée, c’est ce que l’on appelle la maintenance. Par ailleurs, nous discuterons longuement du sujet de la mémoire et de la maintenance, deux sujets qui à mon sens vont de pair.  

J’aimerais vous transporter au travers de ces lignes. Celles-ci révèlent mon observation du cimetière, et plus particulièrement mon observation du cimetière Père-Lachaise, le plus grand cimetière de France, situé à Paris, recouvrant 43 hectares, du 20ème arrondissement. Mondialement connu, il héberge les sépultures, de célébrités comme Jim Morrison, Fernand Braudel ou encore Edith Piaf, mais également des sépultures célèbres par leur originalité, comme la tombe de Victor noir, ou encore le mausolée des amoureux Abélard et Héloïse. 

Le 25 octobre, je foulais le sol du cimetière Père-Lachaise pour la première fois, à la recherche d’un sujet d’étude. J’ai pris quelques notes sur mon observation : les différentes sépultures, les allées de tailles variables, ou encore des ouvriers en pleine réparation de sépulture. Lors de ma seconde visite, une chose me frappa au sein du cimetière, et celle-ci fait partie intégrante du cimetière : le calme. 

De ce calme, découle l’atmosphère, du cimetière. 

Cette sensation (que nous expliquerons plus tard) que nous avons lorsque nous foulons l’entrée du cimetière, est principalement le fruit du calme ambiant, au-delà même, des sépultures tapissant le paysage que l’on aperçoit en premier lieu. Le terme ‘observer’ s’apparente au sens de la vue traditionnellement, cependant, je vous propose dans mon étude, de l’apparenter à l’ouïe : observer par l’écoute. L’‘observation auditive’, prédominera dans mon analyse, bien que parfois, il est question de voir, et ‘d’observer’ la source de bruit. Mais partons de l’ouïe comme repère dans cette étude : l’observation auditive. Il s’agit d’une autre façon d’observer, et c’est pourquoi en guise de soutien, j’inclurai des vidéos, afin que vous puissiez vous plonger dans l’atmosphère du cimetière, mais surtout que vous puissiez écouter. J’aimerais vous proposer une immersion complète.L’apport d’une étude centré principalement sur l’audition, permet d’aller au-delà de ce que l’on voit, et tenter de comprendre les phénomènes auditifs. La compréhension et l’analyse, des composantes de la création de cette atmosphère sera au cœur de cet article. 

Nous analyserons ensemble, les bruits au sein du cimetière, les facteurs de ce bruit, et leur contribution au cimetière. Nous partirons de ce point et apporterons d’autres éléments afin de compléter l’article. Pour ce faire, j’ai principalement, visité le cimetière et écouté attentivement ce qui m’entourait.Le travail d’écoute est un travail particulièrement minutieux, car nous nous devons d’analyser de décortiquer et de comprendre, l’origine des sons qui parfois se juxtaposent entre eux. C’est un travail d’écoute rigoureux et parfois déroutant, tant ce que l’on peut percevoir de calme, ne l’est pas tout le temps. Il réside, toujours, un bruit dans ce calme, qu’il soit sourd ou peu audible. C’est ce qui rend le travail de décortication si déroutant. 

Ce travail fut davantage intéressant, car je me devais de rester concentrée afin d’étudier et d’interpréter les sons qui m’entouraient. De plus, étant donné qu’il s’agissait d’un grand cimetière, les sons étaient assez disparates : plus nous nous situons en périphérie du cimetière et plus les sons de la ville se faisaient entendre (véhicules, passants…). Plus je m’enfonçais au centre du cimetière et moins j’entendais les bruits de la ville. Le centre paraissait plus calme, mais nous verrons que des bruits sont parfois entendus. 

Et c’est principalement de ces sons dont il est question. 

Le cimetière semble se refermer sur nous, lorsque nous nous éloignons des abords de la périphérie. C’est une atmosphère assez particulière qui est accentuée par la particularité du cimetière Père Lachaise qui constitue « le plus grand espace vert de Paris », avec pas moins de « 4 000 arbres […], les produits phytosanitaires sont bannis depuis 2015. De quoi laisser la nature s’épanouir en toute tranquillité ». Il s’agit donc d’un grand espace vert, propice aux balades. 

Cette double fonction, lui apporte authenticité et originalité. Et c’est pourquoi nous nous attelons aujourd’hui dans une étude auditive du cimetière, qui nous permettra d’en apprendre davantage sur le cimetière et surtout d’en comprendre les phénomènes, et les éléments constitutifs de son décor. 

Un silence de plomb 

Une sensation particulière nous envahit lorsque l’on entre dans le cimetière, et très, vite je me suis rendu compte que le calme qui surplombe le cimetière, était le coupable de cette sensation. 

En effet, le calme est responsable de la vulnérabilité que l’on peut ressentir dans ce lieu. Cette vulnérabilité s’explique par le bruit que nous avons l’habitude de côtoyer chaque jour. En effet, ce sentiment rend d’autant plus attentif à chacun des phénomènes qui nous entourent.  

Pour ma part, j’ai tenté de décortiquer ce calme… 

De plus, lorsque l’on se rend dans un cimetière, nous avons cet automatisme de chuchoter. Vous remarquerez que si vous chuchotez, c’est principalement, car il y a très peu de bruit autour de vous, et donc vous ne voulez pas briser ce silence, voir ne pas le perturber. Le respect des âmes défuntes passe par ce silence. Mais nous pouvons aussi l’interpréter autrement : le recueillement est un acte spirituel qui nous pousse à nous concentrer sur notre spiritualité. Pour ce faire, nous avons besoin du calme, le bruit environnant pouvant perturber. Au-delà du bruit, nous devons également adopter une attitude exemplaire, « se comporter avec décence ». Cette attitude passe, par le calme dit extérieur. 

Tous ces éléments seraient donc l’explication de ce silence, et installeraient une atmosphère calme dites de paix. L’authenticité du lieu résiderait donc dans une tradition dite de perpétuer le calme et la paix. 

Ce silence qui engendre une atmosphère calme voir apaisante, pourrait faire lien avec le silence éternel des défunts. En pleine conscience du lieu auquel nous nous situons nous nous plions à l’exercice du chuchotement, et donc nous chuchotons inconsciemment pour faire perdurer ce silence. 

Lorsque nous entrons dans le cimetière le silence est donc notre premier réflexe. Ce comportement peut être interprété comme du respect auprès des défunts (un hommage). Cette action (chuchoter), peut être traduite comme une forme de conservation de la mémoire : en l’espace d’un instant, nous passons de notre langage universel à celui des défunts. L’austérité des cimetières auxquels nous ont habitué les contenus audiovisuels, n’est pas perceptible au père Lachaise. En effet, elle est atténuée voire inexistante, car, la nature fait son chemin au sein du cimetière. Comme nous l’avons écrit plus haut, le cimetière est comparé à un espace vert, à cause de sa végétation. 

Conjointement, le calme des lieux et son décor conduit à l’apaisement, ce qui anime l’envie de se balader au Père Lachaise. 

Des bruits lointains sont cependant perceptibles, j’aimerai les qualifiés de bruits secondaires pour plusieurs raisons : nous n’y accordons pas tant d’importance, car ils ne sont pas en lien avec le cimetière, et ne font donc pas partie intégrante du cimetière. Notre étude nous emmène donc à distinguer deux types de bruits : les bruits principaux et les bruits secondaires. 

De plus, une différence d’atmosphère est perceptible entre la partie Nord (construite lors de l’agrandissement, côté métro Gambetta) et la partie sud (métro Père Lachaise). La partie Nord étant plus récente, nous entendons beaucoup plus les bruits extérieurs, cela s’explique, car les pierres tombales de la partie nord sont plutôt basses, comparées aux mausolées perceptibles dans la partie sud, c’est une question de réverbération du sons. De plus, il faut aussi prendre en compte la topographie du Père Lachaise, la partie Nord étant un terrain plat en hauteur, tandis que la partie sud, est principalement en pente. 

Ma visite ayant lieu durant la période hivernale, elle s’accompagne donc de la froideur de l’hiver et du calme, qui rendent l’atmosphère particulière. Ce silence, conduit à l’installation d’un calme, en rapport avec la fonction première des lieux (lieu de recueil pour les familles des défunts). L’intégrité du site se reflète dans ce silence perpétuel.

Cependant, ce silence peut parfois être interrompu par des visiteurs…

Les visiteurs 

Les bruits entendus au sein du cimetière peuvent être émis par les visiteurs, il en existe deux sortes, les animaux et les humains. 

Une allée du cimetière Père-Lachaise

Il est vrai que le cimetière Père Lachaise, abrite une biodiversité exceptionnelle, comme des chats, des pigeons, des mésanges, mais aussi des corbeaux. 

Ma visite fut principalement accompagnée de leurs bruits. Cette cohabitation des êtres vivants et des défunts est particulièrement intéressante et s’emboîtent parfaitement. 

La cohabitation du vivant et de la mort : des sons produits par des êtres vivants n’ayant pas conscience de la véritable fonction du lieu qu’est le cimetière. Cette inconscience leur permet d’avoir la possibilité de remplir cette fonction sonore. Cependant, cette cohabitation est parfaitement en symbiose (chant des êtres vivants/silence des défunts) et apporte de la légèreté au lieu. Ces êtres vivants font en quelques sortes vivre les lieux et contribuent indirectement à la mémoire du site. Les sons émis par les animaux participent donc à cet apaisement que l’on peut ressentir au Père Lachaise. Ces bruits nous transportent et nous font presque voyager. Ces chants allègent l’atmosphère et contribuent à sa paisibilité.  

Il existe également des visiteurs du cimetière Père Lachaise : des habitants des environs ou encore des touristes. J’ai croisé quelques-unes de ces personnes, et les principaux bruits qu’ils émettaient étaient des bruits de pas, et de chuchotement. Le bruit des pas est un son distinctif, qui nous permet de savoir si l’on est proche ou d’un individu. Le second bruit émis par ces visiteurs, les bruits de chuchotement renvoie à la notion précédemment expliquée : le chuchotement dans l’exercice de la conservation de la mémoire. 

De plus, le chuchotement des riverains que nous croisons nous rappelle indirectement, notre devoir de chuchoter. Il s’agit ici d’une forme de pression sociale indirecte. En effet, nous ne voulons pas déranger les personnes nous entourant, donc nous nous plions à l’exercice. Inversement, si nous croisons des visiteurs en train de s’esclaffer, nous trouverons cela particulièrement désagréable. Aucune règle n’est inscrite, du moins lors de mes visites, je n’ai croisé aucun panneau indiquant qu’il faille chuchoter. Cependant, la société dans laquelle nous vivons nous a indirectement appris, ce code de conduite à adopter dans les cimetières. 

J’ai croisé un groupe de touristes en pleine discussion, et il s’avère que le son de leur discussion n’était pas adapté au lieu. Le cimetière silencieux nous faisait comprendre que le son de leur voix était trop élevé, par rapport au lieu dans lequel il se situait. Sans un mot, le cimetière su se défendre par son silence. Tous ces sons apportent une authenticité au lieu, tout en participant à son animation. La création de l’atmosphère du cimetière est donc instaurée par le cumul de tous ces sons.

La maintenance, comme renaissance 

Certains sons sont émis par des machines de bricolage, ce qui me laissa perplexe dans un premier temps. Mais très vite lorsque j’aperçus des ouvriers presque sous terre, je compris qu’ils étaient présents afin d’entretenir les tombeaux. 

Parfois, les pierres tombales étaient totalement dégradées, la plupart du temps cela était causé par les racines des arbres nouvellement plantés. 

Au-delà de la rénovation des tombes, j’ai parfois entendu le bruit de souffleur de feuilles. Les camions d’entretien passaient également afin de vider les poubelles du site. Les jardiniers étaient également présents, moins bruyants que les précédents étant donné qu’ils n’avaient pas de machine bruyante. 

Toutes ces équipes sont chargées du bon entretien du cimetière. Les bruits qu’ils émettent sont donc nécessaires à l’exercice de la maintenance. Ils entretiennent le cimetière afin de pouvoir accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions. 

Il existe également des riverains qui contribuent, individuellement à cet exercice de la maintenance. 

En effet, durant ma seconde visite, j’entendis des bruits de marteau. Et j’aperçus au lieu un riverain, en pleins travaux d’aménagements.Je lui ai alors posé quelques questions concernant la nature de ces travaux : « Je suis en pleine rénovation de mon tombeau familial, étant le dernier des ayant droits* de la concession à perpétuité**, le cimetière m’a appelé et je viens faire des travaux, car cela fait plus de 100 ans qu’aucun membre de ma famille n’a été enterré ici ». Monsieur Fabien, m’explique que le coût des travaux est bien trop élevé pour engager une société, c’est pourquoi il s’en occupe. De plus, il ajoute « durant les années 90, il y avait des sortes de soirées nocturnes, organisées au sein du cimetière. Ces soirées ont totalement dégradé la sépulture familiale. Une statue nous a été volée, et plusieurs dégâts ont été perceptibles. Je me devais de la rénover, elle avait besoin d’un coup de neuf ». 

Le saccage des sépultures, démontre que la mémoire peut aussi être dégradée par les hommes. Cependant, monsieur Fabien illustre bien l’exemple de la conservation de la mémoire par-delà les aléas de la vie et du temps. Ces deux catégories de personnes ont un point commun : la restauration d’éléments constitutifs du cimetière. 

Ces bruits que l’on entend au père Lachaise font donc partie intégrante du cimetière, car ils sont la source d’importants travaux de maintenance. Les bruits issus de la maintenance, brisent le silence (incarnant la mémoire) le temps d’un instant afin de se consacrer à la réhabilitation de la mémoire, par les travaux de maintenance. En effet, ils permettent une longévité de l’exercice de la mémoire. 

Sans maintenance, la mémoire serait brève.

Un son, une histoire 

Les sons produits au sein du cimetière, ont donc tous un rôle prépondérant dans la création de l’atmosphère si particulier du cimetière Père Lachaise. 

Sans aucun son, le cimetière perdrait de son authenticité et de son originalité. Le paysage du cimetière couplé à ses bruits forme une parfaite symbiose : un consensus parfait entre la vie (bruit) et la mort (silence). 

Les bruits émanent donc de ces visiteurs, dont le rôle prépondérant est celui de gardien de la mémoire. Sans ces multiples passages, la mémoire ne subsisteraient pas.

À travers cette étude, dans laquelle nous avons catégorisé par l’analyse, les sonorités du cimetière, il était question ici de démontrer qu’il est possible de se soustraire à l’exercice unique de l’écoute, et plus particulièrement d’y prêter une attention plus rigoureuse. Savoir laisser s’exprimer ce que l’on entend, au-delà même de ce que l’on voit. Bien que ces deux sens aillent de pair dans le cadre d’une visite. 

Le calme, les sons émis par les visiteurs, ainsi que les personnes en charge de la maintenance sont des sons particulièrement importants dans la construction de la particularité sonore du cimetière : chacun à sa fonction comme démontré plus haut. 

Pouvoir décrire, non pas ce que l’on voit, mais ce que l’on entend, est un exercice intéressant. 

*Ayant droits : Le dernier de la lignée familiale à qui appartient la sépulture au sein du cimetière. Il est donc son responsable ou bien, il peut se décharger de cette fonction. 

**Concession à perpétuité : La sépulture ne peut être déplacée ni même détruit, à partir du moment où la lignée familiale perdure, et qu’un ayant droit puissent prendre le rôle de responsable de la sépulture. L’extinction d’une famille conduit à la fin de la concession à perpétuité (car plus d’ayant droit). 

La flore au service d’un paysage hors du commun

Le 17 septembre 2022 j’ai assisté à notre premier cours d’atelier d’écriture et d’observation de la ville. C’est en ce jour que je fais la connaissance de la problématique générale de notre cours ainsi que de notre thème principal. Dans le cadre de notre cours nous avions comme objet d’étude le cimetière Père Lachaise, encadré par la problématique suivante: De quelle manière le rap port entre « les hommes » et « les choses » fait-il durer la mémoire ?

Ne m’étant jamais rendue dans un cimetière, je fus très dubitative quant à la révélation de notre objet d’étude. Les cimetières sont avant tout un lieu de deuil et de recueillement, un endroit peuplé des familles, des amis, et des proches des personnes décédées. Avant de commencer l’étude du cimetière, je le voyais comme un espace ou seulement les gens venants se recueillir étaient les bienvenus.

Je décide alors de découvrir l’endroit avec un œil curieux.

Ce qu’il faut savoir sur le cimetière:

Le cimetière Père Lachaise ouvre ses portes dans un ancien parc, il a ensuite été réaménagé en jardin funéraire par l’architecte français Alexandre-Théodore Brongniart. Se présentant comme le plus grand espace vert de Paris, le cimetière Père Lachaise est un haut lieu de mémoire qui conserve une lui de multiples ensemble commémoratifs, tel que le Mur des Fédérés ou des monuments liés aux grands conflits du XXème siècle. Grand précurseur des évolutions funéraires, il accueille les premiers crématorium (1887) et jardin cinéraire français (1985). 

Situé dans le XXème arrondissement de Paris, le cimetière peut se vanter d’être le plus grand cimetière de Paris intra muros, et d’avoir une grande notoriété dans le monde entier. Cette réputation s’explique notamment par le fait qu’une multitude de personnes célèbres y sont enterrées. Aussi appelé le « cimetière de l’Est », le cimetière Père Lachaise possède un terrain qui s’étend sur pas moins de 43 hectares, et compte plus de 3 millions de visiteurs venus du monde chaque année. 

Sous la gestion de la Mairie de Paris, le cimetière Père Lachaise apparaît dans la ville comme bien plus qu’un cimetière, il possède aussi les qualités d’un parc et d’un jardin. D’après le site officiel du cimetière Père Lachaise ce dernier totalise 70 000 concessions funéraires. Parmi les plus grands artistes, hommes d’État, militaires, historiens, musiciens et chanteurs tels que Edith Piaf, Molière, Balzac, Marcel Proust, ou encore Jean de la Fontaine. 

Afin de faire une analyse correcte du cimetière, l’une des questions qui à encadrer notre cours était celle de la maintenance. C’est pour cela que j’ai décidé de porter mon analyse sur : la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations dans le cimetière Père Lachaise.

Il s’agit là d’une analyse d’un des aspects esthétique qui est très présent dans le cimetière. Cet aspect du cimetière s’est directement démarqué pour moi déjà lors de ma première visite.

A partir de cet aspect là du cimetière, nous pouvons voir comment l’entretien du cimetière à travers ses fleurs, ses arbres, et ses plantations est en réalité une responsabilité qui n’appartient pas à un seul partis. 

Mon positionnent sur le cimetière: 

L’observation du site s’est faite pour ma part lors des trois visites au cimetière Père Lachaise dans le cadre de notre cours d’Atelier d’écriture. Mon analyse de l’endroit ainsi que mes recherches se sont faites progressivement. 

En effet, lors de notre première visite ma venue s’est faite dans l’optique de découvrir le cimetière, un endroit qui m’était jusque-là inconnu. C’est pourquoi j’ai décidé de me concentrer sur l’observation, en me promenant à l’inconnu parmi les nombreuses allées du cimetière. En me servant du plan du cimetière que j’ai reçu lors de notre cours, j’ai pu faire une première analyse de l’endroit. Le cimetière est bâtit de cinq portes bien desservis :

  • Porte Principale (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Père Lachaise et bus (61-69) 

  • Porte des Amandiers (accessible seulement au piétons) / Bus 61-69

  • Porte du Repos (accessible aux piétons également) / Métro Philippe Auguste 

  • Porte de la Réunion (accessible aux piétons seulement) / Bus 76

  • Porte Gambetta (accessible aux piétons et aux véhicules) / Métro Gambetta et bus 26-60-61-64-69-102

Compte tenu les étapes de mon étude, mes recherches se sont faites directement sur le terrain. Je me suis beaucoup promené à l’intérieur du cimetière afin de pouvoir révéler ma vision du cimetière. De longues matinée à contempler les architectures et les décors du cimetière. 

Le récit de mes découvertes :

Commence ici le récit de mes découvertes. Le 25 octobre 2022 à neuf heures, je me rends pour la première fois au cimetière Père Lachaise. Approchant par la Porte du Repos, l’entrée était tellement discrète que j’étais sur le point de la manquer. Arrivée dans le cimetière se présenta tout de suite à moi plusieurs chemins possibles. En arrivant, je ne savais pas laquelle de ses facettes allait le plus m’inspirer. En empruntant la première voie de droite, je découvre un rassemblement de tombes sans fin qui s’étale devant moi. Les chemins à emprunter étaient de plus en plus flou, il fallait alors créer sa propres routes entre les tombeaux. 

En progressant dans ma promenade je me rendis compte que la présence des fleurs, et des plantations dans le cimetière fût l’aspect qui m’inspira le plus. Le cimetière Père Lachaise constitue le plus grand espace vert de Paris intra muros, il regroupe 4 000 arbres et 80 essences différentes. Le cimetière se présente à nous tel un véritable parc qui laisse la nature s’épanouir dans son espace. D’ailleurs depuis 2015, le cimetière à banni l’utilisation des produits phytosanitaires, ce qui permet à la nature de s’éclore.

Lors de cette première visite, j’ai pu commencer à prendre quelques photos des éléments qui m’ont attiré l’œil. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : DRAMÉ Maryam

Voici deux photos que j’ai prises en me baladant dans le cimetière lors de ma première visite. Pas loin de cet emplacement, j’ai pu interroger une passante et lui demander qu’elle était la raison de sa venue au cimetière en ce jour. Cette jeune femme répondis très gentiment en disant être venue au cimetière pour voir les couleurs d’automne ainsi qu’apprécier l’odeur de forêt.

Cette réponse m’a mieux fait réaliser le fait que le Père Lachaise est bien plus qu’un cimetière. En effet, il s’agit aussi d’un lieu qui offre un véritable paysage panoramique à ses visiteurs. Ces deux photos nous le montrent bien, les couleurs de l’automne sont bien visibles dans le cimetière. Nous pouvoir voir que les arbres changent progressivement et se parent de leurs couleurs rouges, orangées, et jaunes. Les feuilles se détachent alors des arbres et recouvrent le sol d’un tapis feuillus. Un paysage magnifique digne d’un véritable tableau s’est offert à moi.  

Toujours lors de cette première visite, j’ai pu en savoir plus sur la maintenance des plantations et notamment des arbres. Il devait déjà être dans les alentours de onze heures, et ma première visite au cimetière touchait à sa fin. Cependant, c’est avec deux de mes camarades que j’ai fait la rencontre de quatre cantonniers qui travaillaient dans le cimetière. Nous avons eu l’occasion de discuter avec eux pendant une trentaine de minutes. Durant cette entrevue, ils ont répondu à toutes nos interrogations autour du cimetière notamment autour de la maintenance des fleurs, des arbres, et des plantations. Selon eux, le cimetière est vraiment le poumons vert à l’intérieur de Paris, c’est pourquoi il est important que les visiteurs puissent apprécier leur visite à travers cela. 

L’équipe du cimetière qui entretient les lieux est active quotidiennement, soit 365 jours par année et sept jours sur sept.

Les cantonniers sont employés par la Mairie de Paris et non par le cimetière lui-même. L’équipe de cantonniers que nous avions rencontré est chargée de plusieurs espaces dans plusieurs lieux tels que Belleville, ou encore La Villette. Ils sont en tout une équipe de 19, cependant ils considèrent que ce n’est pas suffisant, il faudrait engager plus de personnes compte-tenu de la quantité de travail.

Ils nous racontent aussi qu’il est important de comprendre que vis à vis de leur travail, tout le monde est traité à la même enseigne dans le cimetière. C’est-à-dire qu’ils ne doivent pas s’occuper d’une tombe plus qu’une autre. Travaillant pour la ville de Paris, il est de leur responsabilité de faire leur travail de manière égale. 

Lors de notre discussion, ils se chargeaient de ramasser les feuilles d’automne qui couvraient le sol. Selon eux, il s’agissait d’un jour de travail « tranquille », d’où la raison de notre longue discussion. Chargés de réunir et de ramasser les feuilles, ils nous expliquent qu’elles sont récupérées par la société française de services SAMSIC. Cependant, il n’est pas de leur responsabilité de nettoyer les tombes ainsi que les feuilles qui se trouvent sur les côtés des tombes. C’est pourquoi il y a dans le cimetière des tombeaux plus propres que d’autres, il s’agit des proches des familles qui s’en occupent. 

“Le 8 novembre 2022 à neuf heures, j’arrive une nouvelle fois par la Porte du Repos au cimetière Père Lachaise. Voici quelques photos que j’ai prises lors de ma navigation dans le cimetière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Nous pouvons apercevoir sur cette photo une magnifique composition de fleurs qui laisse paraître les couleurs de l’automne. Les proches des défunts sont chargés d’une grande partie de l’entretien des tombes. Nous pouvons voir que de grandes dispositions ont été prises ici afin de rendre le décor agréable. Les fleurs sont visibles de loins, attirent l’oeil des passants, et marquent le paysage de leur magnifique touche de couleur.

 

Crédit photo : Dramé Maryam

En continuant ma visite j’ai pu faire la découverte de cette somptueuse lignée de fleurs. Ce chemin de fleurs colorés placés devant des tombeaux attire lui aussi l’œil des visiteurs. Je me souviens avoir été impressionné lorsque mon regard s’est posé dessus. Les compositions florales de ce type m’ont permis de comprendre pourquoi certains visiteurs considèrent ce lieu comme un parc. 

Les cantonniers travaillant au parc nous ont parlé de cet aspect de parc qui s’émanait du cimetière. Selon eux, il est bien que les visiteurs puissent apprécier les paysages qu’offrent le lieu, cependant il ne faut pas oublier le fait que ça reste un cimetière. En effet, l’un des cantonniers nous racontait qu’il avait déjà aperçu une personne faire son footing dans le cimetière. Une attitude qui selon lui est un manque de respect vis-à-vis du lieu. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici quelques photos qui montrent bien que les bouquets de fleurs sont ajoutés par les proches des défunts. Ces derniers prennent en charge l’entretien des tombeaux à leur manière. 

Crédit photo : Dramé Maryam

Voici une photo que j’avais prise le 29 novembre 2022, lors de ma troisième et dernière visite au Père Lachaise. J’ai personnellement une préférence particulière pour cette photo. En effet, je pense qu’à travers cette seule et unique photo nous pouvons voir toute la profondeur et toute l’étendue de la superficie du lieu. Les couleurs d’automne scintillent dans l’horizon en venant couper le souffle des visiteurs. 

Lecture d’un poème représentant bien le paysage du cimetière :

L’automne 

« On voit tout le temps, en automne 

Quelque chose qui vous étonne, 

C’est une branche tout à coup, 

Qui s’effeuille dans votre cou ; 

C’est un petit arbre tout rouge,

Un, d’une autre couleur encore,

Et puis partout, ces feuilles d’or

Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison, 

Mais la nuit si tôt va descendre ! 

Retournons vite à la maison Rôtir nos marrons dans la cendre. »

Lucie Delarue-Mardrus

 

Crédit photo : Dramé Maryam

Crédit photo : Dramé Maryam

J’ai pu découvrir pendant mes visites au cimetière que les visiteurs jouaient un très grand rôle dans la maintenance des plantations et des fleurs dans le cimetière. Les visiteurs sont un des acteurs majeurs de cette maintenance, et cela s’exprime tous les jours dans la vie du cimetière. Lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu apercevoir une visiteuse qui arrosait d’elle même les plantes dans le cimetière. Cette dame était venue avec son propre arrosoir pour redonner une vivacité d’oxygène au poumon vert de Paris. 

Sur les deux photos présentes ci-dessus, j’ai voulu mettre une nouvelle fois en évidence l’aspect des services publics. En me dirigeant vers la sortie lors de ma dernière visite au cimetière, j’ai pu entrevoir des agents de la Mairie de Paris planter de la végétation vers une des portes du cimetière. En voyant ces agents travailler j’ai pu réaliser que la Mairie de Paris continue d’être active dans l’initiation de nouvelles plantations dans le cimetière.    

L’épilogue de mes recherches : 

C’est ici que s’achève le récit des mes découvertes au sein du cimetière Père Lachaise. En plus de mes observations directes sur les lieux, d’autres moyens m’ont permis d’en savoir plus sur le sujet. Afin de mener à bien mes recherches sur le cimetière, j’ai pu compter sur la présence du site officiel du Père Lachaise qui regorge d’une bibliothèque d’informations sur le lieu. De plus, le site officiel de l’ONF (l’Office National des Forêt) à aussi été une ressource utile pour moi. 

À la suite des découvertes que j’ai pu faire en travaillant sur le cimetière Père Lachaise, j’ai pu percer à jour une autre facette du lieu. Ce qui m’a marqué dans cette analyse du cimetière est que cet aspect de parc est omniprésent dans l’espace. Le cimetière dispose d’une énorme  superficie qui permet aux visiteurs d’apprécier les paysages qu’il nous offre. Cette immense étendue est un point majeur dans la vision que les visiteurs portent sur le cimetière. En effet, entendre certaines personnes considérer ce lieu comme un parc avant tout m’a encouragé à en découvrir les causes. Le cimetière dispose d’une flore incroyable qui permet au visiteur de progresser dans un splendide environnement. 

Le Père Lachaise est paré de multiples propositions de fleurs et de plantation. Selon moi, ce thème m’a inspiré car il s’agit de l’aspect qui à rendu ma visite agréable.

À la suite de mon analyse je n’imagine pas le cimetière Père Lachaise sans son aspect végétal. Le Père Lachaise est bien le poumon vert de Paris, c’est pourquoi il est nécessaire de mettre en valeur cet aspect. Je me pose la question d’un développement de cet aspect au sein du cimetière. Comment la Mairie de Paris pourrait-elle améliorer les décors qu’offrent le cimetière ?

Selon moi, exploiter ce caractère panoramique du cimetière pourrait permettre aux visiteurs d’apprécier l’endroit encore plus.  

 

DRAMÉ Maryam

Paris et ses datacenters : machines modernes au cœur de la ville millénaire

La première fois que l’idée de mon compte-rendu a commencé à prendre forme c’était le 15 octobre, jour du séminaire en cours. Avant de commencer à étudier les data centers, j’avais une idée vague de ce qu’ils étaient : de grandes structures perdues dans les périphéries des villes, à l’abri des regards et des dangers, déguisées en entrepôts. Et bien qu’en étudiant les centres de données de la Plaine Commune cette idée ait été confirmée, j’ai été frappé par le nombre de data centers situés en plein coeur de Paris (11 à Paris intra-muros selon france-datacenter.fr).

Passionné par cette ville depuis mon adolescence au Mexique, j’ai appris avec le temps que Paris était bien singulière par rapport aux autres villes du monde : sa densité et son architecture ancienne lui donnaient bien sûr sa célébrité et sa skyline légendaire, mais elles lui fermaient aussi les portes de la modernité et des grandes structures qui demandent, bien entendu, de l’espace.

Le jour du séminaire, en discutant entre camarades, j’ai commencé à penser à ma propre vie dans cette ville ; il y a tellement de moments où, en regardant autour de moi, en flânant dans des rues tracées il y a mille ans, la société numérique dans laquelle on vit semblerait être invisible. Bien sûr, les gens sont sur leurs portables, les écrans nous entourent de plus en plus, mais par l’architecture et les l’urbanisme de la ville il semblerait difficile de dire que tout un monde de données vit derrière.

 

En apprenant donc qu’à Paris il y avait plusieurs data centers, je me suis dit que mes observations auraient lieu dans la ville pour tenter de comprendre non seulement les différentes manières dont ces structures se rendent visibles dans le dense paysage parisien, mais aussi pour analyser le rôle qu’ils jouent dans leurs quartiers d’implantation. Ce qui suit, c’est la narration précise des mes observations du 9 novembre et du 9 décembre 2021 dans le 2e, 8e et 17e arrondissements de Paris. 

 

Paris 2ème : le quartier du Sentier, toute une vie numérique

Le 9 novembre, en groupe, notre classe fit la première visite sur place des data centers parisiens. Dans le quartier du Sentier, à 9h30 du matin, la rue était très animée. Ce jour-là, le sujet de mon compte-rendu n’étant pas très défini, je ne savais pas ce que je voulais observer exactement. Je me laissai donc guider par le groupe, en espérant être supris. 

En quittant le métro Bonne Nouvelle et les grands boulevards, on entra dans les rues sinueuses et étroites du 2ème arrondissement de Paris. Après une dizaine de minutes de marche, on arriva au 38 rue des Jeûneurs où, selon le site france-datacenter.fr, se trouvait un data center. La rue était à l’abri de l’agitation des grands boulevards, et il n’y avait qu’une poignée de passants. L’une de nos camarades, en s’arrêtant, nous dit qu’on y était. Nous nous retrouvions devant un immeuble bien parisien, avec sa pierre de taille, même auteur que les autres, mais ce qui m’a surpris c’étaient ses grandes fenêtres et des portes grandes ouvertes. 

À ce moment-là, je me suis demandé si l’adresse qui était indiquée était la correcte. Pourquoi les portes d’un lieu qui se voudrait sécurisé (selon nos connaissances en cours) seraient ouvertes de cette manière ? Nous sommes donc entrés dans une cour d’immeuble vide, à l’exception d’une ou deux personnes qui faisaient le ménage à l’intérieur du bâtiment. 

Dans la cour, les différents étages du bâtiment étaient marqués, comme sur la façade, par de grandes fenêtres. À l’apparence, rien ne semblait indiquer qu’il y avait un centre de données à l’intérieur de ce bâtiment. En interrogeant la femme de ménage à l’intérieur de l’immeuble, elle nous dit qu’elle ne savait pas de quoi on parlait. 

En regardant les différents étages indiqués sur l’ascenseur, même chose : à part des noms de bureaux et un Starbucks, pas de data center.

On prit les escaliers et ce n’est qu’en arrivant au troisième étage qu’on trouva enfin ce qu’on cherchait : Telehouse. Les fenêtres de l’immeuble, comme le montre la photo ci-dessous, nous montrèrent l’évident. Là où il y avait un data center, impossible de regarder à travers.

 

Image de la cour intérieure de l’immeuble 38 rue des Jeûneurs, prise depuis le 3ème étage

 

Je fus surpris par un paradoxe auquel je ne m’y attendais pas. Je pensais que les data centers à Paris auraient la porte fermée, mais celui-ci nous accueillit d’une manière inattendue. Non seulement nous réussîmes à entrer dans l’immeuble, mais le technicien du data center nous accorda aussi quelques minutes d’entretien, où il nous parla de son rôle là-dedans et de la relative ancienneté du lieu (premier centre Telehouse à Paris ouvert en 1996).

L’invisibilité de ce data center fut donc pensée de manière subtile, en se plaçant en hauteur (3e et 4e étages) et en déguisant ses fenêtres (voir la photo ci-dessus). 

Je me suis donc demandé, en sortant du lieu, après 45 minutes d’observation, quel rôle pouvait jouer un data center dans ce quartier si dense de Paris. Je pense que tout simplement que la proximité serait son facteur d’attractivité principal, chose que le site web de Telehouse France confirme plus ou moins, en se vantant de ses « localisations stratégiques ». 

 

Paris 8ème : rue du Faubourg Saint-Honoré, des données qui frôlent le pouvoir

Mes deux dernières observations eurent lieu un mois plus tard, le jeudi 9 décembre. Au moment de voir la carte des data centers à Paris, celui qui m’avait interpellé le plus c’était celui du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré. Comment un data canter pouvait-il exister à deux pas du palais présidentiel, de l’Élysée ? 

Le 9 décembre, je me levai donc avec plein de doutes : pourrai-je observer quelque chose ? L’accès à l’immeuble sera-t-il possible ? Quels clients pourraient bénéficier d’un tel emplacement ? J’avais aussi légèrement peur de faire des observations dans ce quartier de la Madeleine, synonyme de pouvoir. 

Dans la ligne 1 du métro, station Concorde, il n’y avait pas beaucoup de gens à 13h de l’après-midi. En sortant, je vis surtout des touristes aux regards curieux qui ne cessaient de s’arrêter devant les monuments. Je voulus d’abord faire un tour du quartier pour comprendre son écosystème, ses commerces et raisons d’être. Je pris donc la rue de Rivoli, puis à gauche, rue de Castiglione, pour monter vers la place Vendôme. Sans surprise, j’observai les grands hôtels et boutiques de luxe qui s’enchaînaient. 

En arrivant place Vendôme je fis le tour de joailleries, du Ministère de la Justice, puis notai les différentes entreprises situées aux quatre coins de la place royale.

Photo de la liste des entreprises et organismes logés à l’Hôtel d’Evreux, 19 place Vendôme (75008)

Ci-dessus, je prends en photo les noms des entreprises et bureaux installés dans l’un des somptueux hôtels particuliers de la place.

En comprenant que de nombreuses grandes marques de luxe (Valentino, Dior, Schiaparelli, etc.) et de bureaux d’avocats s’étaient installés dans le quartier, je me dis que le data center rue du Faubourg Saint-Honoré leur serait utile grâce à sa localisation toute proche. 

Je pris ensuite le tracé médiéval de la rue Saint-Honoré, au nord de la place, pour marcher vers l’ouest, en direction du data center. La rue sinueuse me présenta des centaines de boutiques de luxe et de joaillerie qui s’enchaînaient l’une après l’autre, leur renom devenant majeur le plus je m’avançais. Par moments, des portes se trouvaient ouvertes pour présenter une liste d’entreprises et de bureaux dans leurs bâtiments respectifs, comme photographié ci-dessous :

Photo prise de l’interphone d’un immeuble situé rue Saint-Honoré (75008). À noter : les bureaux de Dior, Valentino, et plusieurs bureaux d’avocats.

Je continuai, émerveillé par la beauté de la rue et par le nombre impressionnant de passants, touristes bien habillés et véhicules, puis traversai la rue Royale pour arriver enfin rue du Faubourg Saint-Honoré. 

Continuation de la rue où je me trouvais, je ne fus pas surpris par ce qu’elle me proposait : boutiques de luxe, grandes marques de mode. Je notai cependant un nombre moindre de gens sur la rue, comme si j’entrais véritablement dans le faubourg d’une ville. Il y avait encore beaucoup de boutiques, certes, mais elles devenaient de plus en plus exclusives (Hermès, Roger Vivier, Cartier, Saint-Laurent, etc…) et leurs portes étaient gardées. 

Après une pause déjeuner rue de Surène, juste à côté, j’allai enfin vers le data center, à deux pas. Je vis l’ambassade d’Ouzbékistan en descendant la rue d’Aguesseau, puis arrivai rue du Faubourg Saint-Honoré devant la résidence de l’ambassadeur américain : j’étais certainement à côté du pouvoir. 

En regardant à droite, il n’y avait plus de véhicules : je vis l’Élysée. Je marchai vers le numéro 68, et décidai d’y entrer. Comme le data center rue des Jeûneurs, les portes automatiques s’ouvrirent. À ma surprise, et contrairement au premier data center, celui-ci (Claranet) était indiqué, aux côtés des autres noms logés à l’adresse, dès l’entrée du bâtiment (voir photo ci-dessous).

Je m’avançai le long d’un couloir moderne, immaculé, et arrivai à l’accueil. Devant moi, un immense jardin intérieur était entouré d’immeubles. J’expliquai à une jeune femme qui j’étais, pourquoi je venais, et lui demandai si elle connaissait l’existence du data center dans l’immeuble. Elle me dit que non, qu’elle ne savait pas car elle avait récemment commencé à travailler à cette adresse. En me dit ensuite que si je souhaitais entrer il fallait que je prenne rendez-vous. 

J’aurais bien aimé lui poser plus de questions, l’interroger sur d’éventuelles nuisances sonores (en sachant que c’est l’une des particularités des data centers), mais dans le stress du moment je sortis dans la rue et restai devant l’immeuble. 

Après une recherche rapide sur le site de Claranet, je vis, comme pour le premier data center, l’idée de « Cloud de proximité ». J’appris aussi que Claranet avait des partenariats avec des géants du stockage, comme Google Cloud, Amazon Web Services et Microsoft.

 

Ma conclusion de ce centre de données, si proche du pouvoir, de grandes entreprises et de milliers de bureaux, fut qu’il avait été installé rue du Faubourg Saint-Honoré pour des questions (comme le premier) de proximité. En ayant des liens avec les géants du stockage, ce ne serait pas surprenant d’apprendre que les grandes entreprises parisiennes et marques de luxe du quartier, profitant d’une grande couverture médiatique, chercheraient à stocker leurs données au coeur de la ville. Bien que je sois resté avec l’envie d’entrer dans l’immeuble et de tenter d’observer plus d’indices visuelles de son existence, je reste intrigué par la présence du nom à l’entrée du lieu et par l’ignorance de l’accueil, comme si j’avais eu devant moi un grand paradoxe du visible et de l’invisible, du dit et de l’inconnu. 

Photo prise de la rue du Faubourg Saint-Honoré le 9 décembre 2021 à 14h25

Entrée de l’immeuble moderne du 68 rue du Faubourg Saint-Honoré

 

Paris 17ème : le data center (presque) invisible de la rue de la Condamine

Ma dernière visite eut lieu le même jour, quelques heures plus tard, dans le quartier des Batignolles du 17ème arrondissement. 

Je pris le métro à Pyramides, avenue de l’Opéra, puis arrivai à Pont Cardinet vers 15h. Après quelques minutes de marche, je compris que je n’étais plus dans même quartier ; il n’y avait plus de boutiques de luxe ni de ministères, mais un nombre impressionnant de commerces, services, cafés, restaurants… Les Batignolles sont un quartier différent, et à 15h ce jeudi il était très animé. Son architecture, comme partout dans Paris, est assez dense. Mais celle du quartier est un peu plus basse, vestige du village qu’il était il y a quelques siècles. 

Après avoir pris la rue Boursault, je montai par la rue de la Condamine, où se trouve le data center. Je remarquai que dans la rue il n’y avait pas trop de passants, mais qu’elle était un lieu de passage de véhicules, assez bruyante. 

Photo prise de la rue de la Condamine (75017) le 9 décembre à 15h23

En arrivant devant l’immeuble je fus impressionné par son aspect vétuste. Tout semblait indiquer que l’immeuble était abandonné : porte principale condamnée (voir photo ci-dessous), fenêtres du rez-de-chaussé opaques… Bref, j’allai sur le trottoir d’en face pour regarder les fenêtres des autres étages, mais l’immeuble semblait complètement vide. 

Porte couverte/condamnée du data center de la rue de la Condamine

Sonnette du data center rue de la Condamine, avec sa caméra de surveillance et le nom du centre de données

J’approchai donc une porte de garage, à gauche de l’immeuble, et trouvai une toute petite sonnette accompagnée d’une caméra de surveillance avec « Global SP » marqué juste au-dessus. En vérifiant sur le site des data centers, je confirmai qu’il s’appelait ainsi. 

Je sonnai et la porte s’ouvrit quelques secondes après. J’étais dans une grande réception, aux plafonds hauts et à l’aspect aussi vétuste, mais avec un acceuil à ma gauche et plusieurs d’affiches informatives. J’approchai d’une dame blonde, dans la trentaine, et lui expliquai que j’étais étudiant et que je voulais juste avoir quelques informations concernant le data center. 

Avant de lui demander quoi que ce soit, elle me dit qu’elle ne pouvait pas me répondre, et que si j’avais besoin d’informations je devais tout simplement aller sur le site web. Plus précisément, elle me dit qu’elle n’avait « aucune information à ce sujet ». En face de l’immeuble, une jeune dame rangeait des outils dans un atelier do it yourself. En lui demandant si elle savait qu’un data center se trouvait juste en face, elle répondit affirmativement, puis me dit qu’elle discutait souvent avec les techniciens et femmes de ménage du centre. Après lui avoir demandé si elles percevait des nuisances sonores, elle me dit que ça faisait une quinzaine d’années qu’elle était là et n’entendait rien, puis m’indiqua le haut de l’immeuble avec son doigt, en disant que je devrais surtout interroger les voisins. 

Je vis là-haut le seul indice clair de l’existence du centre : des jalousies baissées au dernier étage, comme si les machines étaient installés en haut de l’immeuble, à l’image du premier data center observé. 

Jalousies baissées au dernier étage de l’immeuble rue de la Condamine

Je n’eus plus de réponses, mais restai devant cet immeuble du 19ème siècle, vieux, à l’esprit abandonnée. Je pensai à la façon dont ce data center, à différence des autres, s’était approprié tout un immeuble, tout une structure dans un quartier résidentiel. En cherchant sur le site web, j’appris la même chose que pour les deux autres : le data center proposait, avant tout, la proximité. 

 

Pour conclure, les trois observations faites le 9 novembre et le 9 décembre m’ont montré des visages différents de la manière dont les data centers s’intègrent dans le paysage parisien. 

Dans la dense capitale mondiale qu’est Paris, il est intéressant de comprendre les manières dont ces nouvelles machines, miroirs de la société numérique dans laquelle on vit, prennent place, s’installent, se montrent ou se cachent. Je postule que les data centers parisiens sont installés dans au coeur de la ville pour des raisons de proximité avec les nombreuses entreprises ou organismes présents, mais il est certain qu’il y a plein d’autres raisons à explorer.  

J’aurais bien aimé comprendre, lors de mes recherches, qui étaient exactement les clients de ces centres de données parisiens. Cela m’aurait donnée une vision plus claire des choses, et du choix de leur emplacement. J’aurais aussi aimé passer plus de temps dans leurs quartiers respectifs, observer les entrées et sorties des gens dans les immeubles, et acquérir une vision globale de l’écosystème dans lequel ces machines s’insèrent. 

Je resterai, grâce à cet exercice, plus attentif aux choses qui m’entourent, et aux signes clairs des transformations numériques et sociales qui révolutionnent notre monde. Pour l’instant, il reste encore beaucoup de mystère, mais n’a-t-on pas le pouvoir de déchiffrer nos villes ? 

 

Pénétrer dans un data center, un véritable parcours du combattant !

En plein centre-ville, dans les petites rues derrière les grandes avenues, incognitos entre deux immeubles se cachent de gigantesques centres de données. De tailles et de formes variables, ils sont là, aux vues et aux sus de tous et pourtant, personne ne connaît leur existence. Peu de personnes connaissent la fonction exacte des data centers et leur invisibilité physique se traduit également par une idée floue quant à leur activité réelle. Il s’agit en réalité d’infrastructures hébergeants des serveurs qui permettent la collecte, le stockage, l’analyse et le traitement des données.

Lors de ma première observation rue Poissonnière dans le deuxième arrondissement de Paris, alors que je me trouvais pour la première fois devant un centre de données dissimulé en plein centre-ville, j’ai été frappée par la discrétion de ces bâtiments qui n’affichent sur leur façade, ni signe distinctif, ni donnée d’identification visible, ni même de moyen de joindre les employés qui se trouvent à l’intérieur. Ils ne sont tout bonnement pas identifiables de l’extérieur.

Photographie personnelle

Les quelques passants que j’observe me regardent à leur tour, étrangement, se demandant ce que je peux bien attendre devant ce grand bâtiment. Ils ne prêtent pas attention à ce qui se passe derrière cette double porte et ne semblent même pas chercher à le savoir. Lorsque j’identifie un vieil homme armé de son sac de courses comme un riverain et que je l’interpelle afin de le questionner, il m’avoue être pressé et ne savoir absolument pas ce dont je parle. Il a bien déjà remarqué que de gros camions stationnent très souvent devant cet immeuble en particulier mais la façade si sobre ne lui a pas donné envie d’en savoir plus. De même dans la rue des Jeûneurs qui est lui est perpendiculaire, la porte est somme toute banale, l’architecture à peu de choses près similaire et seul un facteur chargé d’un énorme colis me met la puce à l’oreille.

Photographie personnelle

Pourtant, la plupart des fenêtres à hauteur de regard sont opaques à la manière des vitres teintées des voitures gouvernementales. Comment ces procédés habituellement susceptibles de susciter l’intérêt et la curiosité des riverains les laissent-ils tout simplement de marbre ?

Photographie personnelle

Seul un passant s’arrête pour fumer une cigarette, profitant de l’architecture du lieu qui permet de s’abriter du vent et de la pluie. J’en déduis que depuis son installation, ce data center a réussi à totalement s’intégrer dans le paysage urbain du quartier. Dans une visée renouvelée d’observation participante, je demande à l’homme à la cigarette ce qu’il pense qui se cache derrière ce bâtiment, il m’évoque alors comme une évidence un lieu de co-working pour une start-up, dont l’implantation est monnaie courante dans le quartier. En retournant rue de Jeûneurs, je réalise qu’en effet, les locaux des data centers abritent également des start-ups qui sont tout bonnement les seules dont la présence est signalée. Cela me fait immédiatement penser aux « sociétés-écrans » que je croise dans les romans d’espionnage que je dévore en été.

Où l’on me fait comprendre que je ne suis pas vraiment la bienvenue…

Ma réflexion se dirige immédiatement vers la question de savoir pourquoi. Dans quel but mettre autant de soin à masquer la présence de ces centres de données ? Alors que je réussis enfin à pénétrer dans les locaux, je comprends que cette invisibilité est nécessaire et fait partie d’un processus d’hyper-sécurisation de ces structures. En effet, on m’explique d’emblée et de manière très claire que malgré toutes mes bonnes intentions, je ne peux pas rentrer comme cela dans l’infrastructure et encore moins accéder aux serveurs et aux données hébergées.

Après avoir discuté avec le responsable de la sécurité du data center situé rue des Jeûneurs, j’apprends qu’une structure similaire à la sienne se trouve à quelques stations de là mais celle-ci serait bien plus grosse et bien plus active. Il s’agit en fait d’un des data centers les plus importants de France : d’un véritable noeud concentrant une très large partie du trafic de données. L’homme me donne un numéro à contacter et un nom à donner comme une sorte de sésame. Après m’être renseignée, je réalise que pour convenir d’un rendez-vous comme il me l’a conseillé, je vais véritablement devoir montrer patte blanche afin d’obtenir l’aval de la structure. Prévoyant ma ligne de conduite et mettant en place un cahier des charges précis, je compose le numéro mais après m’être présentée, avoir introduit mes intentions et ma méthode de travail, j’entends l’homme hésiter et il me laisse patienter. À l’autre bout du fil, je l’entends chuchoter des propos pour moi inaudibles à son collègue avant que ce dernier reprenne le combiné, me coupe la parole et mette fin à la conversation de manière abrupte en me souhaitant une bonne journée et en me conseillant de réaliser une demande par mail.

Je me rends sur le portail numérique du data center dès la fin de l’appel et prends le temps de rédiger un mail très formel, précisant mes ressources et motivations afin de solliciter une rencontre. À l’instar de deux autres personnes de mon parcours, mon mail est resté sans réponse jusqu’à ce jour.

Je décide alors de me concentrer sur de plus petites structures, où les employés semblent plus ouverts à la discussion et moins sur leurs gardes. En effet, si j’ai appris au cours de mon investigation que l’ensemble du site de chaque data center est supervisé par une équipe qui tourne 24h/24h pour surveiller les différentes salles et les équipements de vidéosurveillance, mon interlocuteur au deuxième data center ne m’avait même pas vue monter les étages jusqu’à la salle où il se trouvait. En me rendant dans un data center situé entre mon lieu d’étude et mon domicile, j’ai réussi à discuter entre deux portes avec un responsable du bâtiment. Si ma demande de prise de rendez-vous pour un entretien n’a pas abouti, entre cet échange impromptu et les données récoltées auprès des employés que j’ai pu croiser, j’ai réussi à en apprendre bien plus que ce que j’espérais sur la sécurité des data centers.

 

Une sécurité intransigeante et qui se veut inviolable 

En regroupant mes notes prises « à la va-vite », j’ai très vite compris que la sécurité de ces bâtiments se concentre autour de quatre pôles majeurs.

Ils doivent se prémunir contre les intrusions malveillantes en installant des alarmes qui s’activent dès qu’une anomalie est détectée. En effet, les intrusions, les dégradations des serveurs et les vols de données sensibles peuvent avoir des répercussions catastrophiques car ils peuvent engendrer des pertes de données importantes ou le partage d’informations confidentielles. Un agent de sécurité m’avait d’ailleurs confié avec amusement que dans certaines infrastructures, le poids des visiteurs est pesé à l’entrée et à la sortie de certaines salles pour être sûr que rien n’a été dérobé.

Photographie personnelle

Dans un deuxième temps, le contrôle visuel des data centers au moyen de systèmes de sécurité électroniques tels que la vidéosurveillance et la télésurveillance est essentiel. Il s’agit bien sûr de dissuader les actes de malveillance mais pas seulement : les équipes de sécurité sont souvent en contact direct avec les forces de l’ordre en cas de nécessité. Les images sont bien évidemment retransmises en direct aux équipes de sécurité et peuvent parfois être historicisées pendant plusieurs mois grâce à la mise à disposition d’une grande capacité de stockage.

Photographie personnelle

Il est également primordial de surveiller l’ensemble du site et de sa périphérie souvent grâce à l’installation de capteurs multi-technologiques comme des caméras thermiques capables de détecter une source de chaleur dans l’obscurité ou des détecteurs de mouvements placés dans des zones stratégiques. En effet, en pénétrant dans les centres de données les plus gros que j’ai eu l’occasion de visiter, j’avais eu l’étrange impression d’être observée. Pourtant, il ne s’agissait pas que d’une impression et les équipes de supervision qui assurent la surveillance des lieux ont également accès à de nombreux interphones et visiophones.

Enfin, le pôle le plus important m’a immédiatement semblé être le contrôle des flux entrants et sortants à proprement parler. À l’extérieur, rue Poissonnière par exemple, si le bâtiment possède un parking, je vois un conducteur devoir décliner son identité et être obligé de patienter quelques minutes dans son véhicule avant de voir son accès autorisé. Les équipes de sécurité filtrent ainsi les flux de personnes et véhicules depuis les entrées extérieures du site même. Des ouvertures par codes sont également disposées à chaque entrée et je m’aperçois en observant un employé que les badges sont personnalisés avec la photo et le nom des personnes à qui ils sont attribués. On m’expliquera qu’il s’agit de limiter les droits d’entrée à certaines personnes seulement tout en se gardant le droit de le refuser à d’autres pour certaines zones en particulier et de pouvoir tracer les déplacements de chaque visiteur ou employé en temps réel. En effet, l’architecture des data centers est segmentée et l’accès à des zones considérées dangereuses ou sensibles peut être réservé à quelques prestataires, collaborateurs ou techniciens seulement. De même, si chaque entrée et sortie sont soigneusement enregistrées, les dispositifs technologiques proposent parfois jusqu’à la reconnaissance faciale ou la saisie des empreintes digitales.

 

Un travail de déconstruction éclairant grâce à l’intervention de Clément Marquet

Quelques semaines plus tard, le 30 novembre 2021, notre entretien de groupe avec Clément Marquet m’a permis de nuancer mes observations. En effet, il évoque un discours « très marketing » de la sécurité en nous confiant qu’un technicien lui avait évoqué en riant, le contraste entre l’entrée réservée aux clients qui est très sécurisée et celle des services livraisons qui l’est beaucoup moins. Il parle d’une réelle démonstration et même d’une théâtralisation dans la présentation des dispositifs de sécurité présentés comme « infaillibles ».

« Au cours de la visite, la sécurité est incarnée par une multitude de dispositifs technologiques auxquels le visiteur-client potentiel doit se confronter au cours de ses déplacements, ou qui lui sont montrés par son guide lorsqu’ils échappent à son attention ».

(Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet, Guillaume Carmino et Clément Marquet)

Pour lui, cette mise en scène paraît parfois tant démesurée, qu’il parle d’infrastructures dignes de « films de science-fiction ». La démystification que ses visites lui permettent passe par des confidences et des sourires entendus qui échappent à certains employés. Un gestionnaire lui avait notamment confié ne pas être préparé à contrecarrer une attaque terroriste armée : « Si un type se pointe avec une kalachnikov, on le laisse entrer, on n’est pas équipé pour gérer ce type de menaces ». Si l’on nous pousse à laisser nos sacs et nos affaires n’importe où puisqu’ils sont en sécurité partout dans l’enceinte du bâtiment ou qu’on active les alarmes pour nous prouver qu’elles sont opérationnelles, Clément Marquet pointe du doigt l’écart intéressant entre les règles drastiques concernant la sécurité de ces bâtiments et la « réalisation effective » de ces tâches. Cette démonstration qui m’a été faite au même titre qu’aux clients potentiels serait donc inévitable que ce soit par habitude ou « parce qu’on ne sait jamais ». Pourtant, dans la réalité des faits, la sécurité vise surtout à éviter les actes de malveillance ou l’espionnage industriel entre hébergés et concurrents. Serait-ce donc cette peur de la concurrence qui m’aurait valu un tel accueil dans chacun des centres de données que j’ai cherché à solliciter ? En effet, avant chaque entretien avec chacun des employés, le même discours de réassurance quant à l’hyper-sécurisation des lieux revenait sempiternellement, comme appris par coeur et sans que je puisse réellement réorienter ma demande ou reformuler ma question.

De même, tous les employés sans la moindre exception, très souvent sur la défensive, me faisaient sans cesse comprendre qu’en tant que simple visiteuse, il y avait des salles où je ne pourrais jamais pénétrer. En effet, si les zones autorisées sont définies selon des typologies de personnes, notamment le membres du personnel ainsi que les clients et les fournisseurs, je n’étais ni l’un ni l’autre et les visiteurs sont cantonnés à certaines salles. Clément Marquet me l’a d’ailleurs confirmé. En binôme avec l’historien Guillaume Carmino lors de ses recherches, il n’a pu visiter que cinq data centers « parfois en profitant de quiproquos (les responsables commerciaux (les) envisageant comme de potentiels clients), parfois (se) glissant dans les visites pédagogiques organisées pour les étudiants ». Ils n’ont par ailleurs réussi à visiter que deux centres de données en qualité de chercheurs et ceux-ci étaient des data centers universitaires « c’est-à-dire non gérés par des opérateurs privés, mais par des institutions de recherche ou des universités ». Il précise également avoir grandement bénéficié de son « affiliation à Télécom ParisTech » pour l’obtention de ses entretiens. Suite à cet échange et après relecture de ses articles, mes ressources m’ont alors parue bien maigres pour réussir à pénétrer un secteur aussi fermé.

 

Une remise en question a posteriori pour assembler les dernières pièces du puzzle 

En repensant à mes visites, je me rendis progressivement compte que les employés ne m’avaient finalement montré que ce qu’ils étaient autorisés à me montrer et ne m’avaient dit que ce qu’ils étaient autorisés à me partager comme type d’information. Une fois la porte de l’infrastructure franchie et même après avoir réussi à monter dans les étages, j’avais chaque fois l’impression de pénétrer dans un lieu entretenant un certain mystère et si mes interlocuteurs étaient censés travailler au bon fonctionnement des data centers, ils semblaient en même temps devoir me faire barrage. Des sortes de non-dits pesaient sur nos échanges comme s’ils avaient des informations à ne pas dévoiler et j’avais ressenti de la réserve et un grand manque de spontanéité. Clément Marquet nous avait en effet signalé lors de sa visite que chacun des employés est soumis à des contrats de confidentialité forts. Dès lors, mon enquête qui visait à trouver des indices quant aux raisons de la mise en place d’une sécurité « quasi militaire » les mettait en alerte, en cela qu’ils n’ont pas du tout l’habitude de gérer la presse et qu’ils ne sont absolument pas formés comme pourraient l’être les employés des centrales nucléaires par exemple.

Photographie personnelle

De même, en ce qui concerne le partage des locaux avec des start-ups, j’ai appris en en discutant avec une connaissance anciennement employée d’un data center que c’est ce que l’on appelle des « centres de données de collocation ». Comme dans les cas des deux premiers data centers que j’avais eu l’occasion de visiter, ils sont souvent installés dans d’anciens immeubles et appartements situés en centre-ville, au-dessus de commerces à qui ils louent des espaces et qui servent de « couverture » à leur activité en quelque sorte. En effet, un détail m’avait particulièrement interrogée lors de ma première séance d’observation. Empruntant un ascenseur pour me rendre dans les locaux d’un centre de données, je m’étais aperçue que deux étages n’étaient tout simplement pas indiqués. Les deux étages manquants étaient bien évidemment ceux du data center dans lequel je me rendais et c’est seulement parce que j’étais accompagnée d’un employé de la structure que j’avais alors pu pénétrer dans ce qui m’avait semblé être le hall d’entrée du centre.

 

Ainsi, malgré les quelques 150 data centers en région parisienne, persiste une impression que ce que nous plaçons dans le cloud depuis nos équipements informatiques et électroniques, n’est pas vraiment stocké quelques part. Lorsque nous utilisons notre plateforme de messagerie en ligne ou des applications comme WhatsApp ou Facebook, nous ne nous intéressons pas à la manière dont le cloud fonctionne jusqu‘à ce que nous soyons confrontés à son existence. Cette confrontation évitée à tout prix par l’invisibilisation des data centers dans l’espace urbain expliquerait alors la grande méfiance de la sécurité envers les quelques visiteurs dont je faisais partie. Pourtant, lorsque cette confrontation avec la réalité de leur présence intervient, la découverte n’est souvent que plus brutale. En effet, lorsqu’en novembre 2017, les infrastructures d’OVH à Strasbourg et à Roubaix ont été victimes d’incidents critiques et d’incendies, une grosse entreprise de Saclay a perdu tous ses mails, une partie de ses données de recherche et son site internet a très largement été endommagé. Cet évènement a fait les gros titres et la « Une » de plusieurs journaux pendant quelques semaines et le maintien d’un silence autour des data centers a été brisé faisant débuter une prise de conscience générale quant à leur existence. À ce moment précis également, la mythologie de l’efficacité et de la sécurité de ces bâtiments est questionnée et lorsque Clément Marquet nous évoque la suite de ses recherches à venir, il ne peut s’empêcher de se questionner sur une potentielle nécessité de restructuration. Il nous évoque la ville de Marseille où la stratégie appliquée par les centres de données commence à changer. Un processus de reconstruction architecturale permet peu à peu aux data centers marseillais de s’imposer dans l’espace public en y signalant leur présence. Malgré plusieurs procès en cours, les nouveaux data centers qui font leur apparition dans la ville possèdent une présence marquée au coeur de celle-ci et exploitent peu à peu une dimension philanthropique de leur activité. L’importance de communiquer sur les data centers et d’éduquer les différents acteurs et la population à leur existence grandit et il s’agit aujourd’hui de leur construire une image dynamique et positive. Pourtant, si les data centers deviennent repérables alors même qu’ils passaient inaperçus dans notre quotidien jusqu’alors dans la façon même dont ils étaient conçus, la question de la sécurité sera proportionnellement chamboulée. Rendu visible par les problèmes qu’il cause, le data center va-t-il devenir un acteur qui ne sera plus caché ? D’ici quelques années, la question de savoir comment pénétrer dans un centre de données, n’aura sûrement plus rien à voir avec les problématiques que j’ai pu rencontrer durant ces mois d’automne 2021. Pour Clément Marquet, il est maintenant temps de se demander si cette hypervisibilité en cours d’acquisition dans plusieurs régions de France n’est pas, elle aussi, une nouvelle forme d’invisibilisation.

 

Alysée Delaruelle

Les data centers, entrepôts d’un temps paradoxal

À Paris, une matinée d’automne, les feuilles sèches secouées par milliers réveillent le quartier. Lorsque les lampadaires s’éteignent au moment du lever et que dans la rue passe à peine une personne et puis une autre, il serait difficile de croire que derrière les belles façades et les pavés millénaires, des machines contenant des données du monde entier circulent à une vitesse inimaginable. 

Clément Marquet, dans le septième chapitre de sa thèse Binaire béton : quand les infrastructures aménagent la ville (Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019)*, nous parle d’une certaine urgence temporelle et économique à laquelle les data centers d’aujourd’hui sont soumis. Depuis que notre monde tourne autour du numérique, ces machines et leurs acteurs, follement indispensables, se multiplient, bougent et se réinventent donc incessamment. 

Les différents aspects de ces machines, comme le miroir de nous-mêmes, font preuve du nouveau rapport au temps et à l’espace qui s’est installé dans nos vies progressivement depuis quelques années. Aujourd’hui, dans les villages cachés des hautes montagnes mexicaines comme dans les vieilles métropoles européennes, nous envoyons, recevons et conservons des données numériques à tout moment. Nous sommes connectés. 

Photo d’une rue de Paris une matinée d’automne

Mais que nous soyons entourés d’une riche végétation immaculée ou de grands immeubles d’il y a trois siècles, qu’en est-il vraiment de tout cet autre univers, de ce nuage que nous peinons à voir ? Les data centers s’inscrivent alors dans le monde d’aujourd’hui comme les vaisseaux de ces modes de vies paradoxaux, de nos dialogues à la fois charnels et digitaux, de notre vie toute proche comme internationale. Nous sommes ici, là-bas, un peu partout, et ce à tout moment. Difficiles à qualifier, les data centers se cachent derrière des façades discrètes et portent le mystère, comme si nous voulions nous-mêmes ignorer dans nos espaces l’existence d’identités numériques de toutes sortes. 

Cependant, le cours du monde ne semblant pas vouloir s’arrêter, le moment viendra peut-être où l’invisible devra se dévoiler. Et dans les rues de la Plaine Commune, un soir d’automne, les gens se promenant le long de grands murs lisses, lorsque les lampadaires s’allument sous le vol des oiseaux, entendent-ils déjà les chants d’un autre monde, les voix de nos présents ?

Jean-Paul Collet

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Le « droit à la ville » face à l’implantation spécifique des data centers

L’omniprésence du caractère invisible des data centers m’a interpellée dans le chapitre 5 « Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire » de la thèse de Clément Marquet*. Une multitude de mots traduisent cette imperceptibilité des centres de données : « passés inaperçus », « travaux n’ont pas attiré l’attention », « absence de réactions », « indifférence », « manque d’intérêt », « manque de visibilité », « discrétion », « objets dont ils ne savent rien ».

Les centres de données au cœur de la ville numérique intelligente

J’ai trouvé ce constat inquiétant. Dans ce parcours, notre objet d’étude est le citoyen, ses perceptions, usages et pratiques de l’espace. Le citadin est au cœur du concept de développement urbain qu’est la smart city. En effet, une requalification urbaine comme celle-ci, devrait situer le citoyen comme un élément central à prendre en compte et inclure dans les démarches. Ainsi, lui communiquer des informations, utiliser la concertation citoyenne devrait être évident.

Photo by The Blowup on Unsplash

Un besoin : connaître son environnement urbain pour faire ensemble la smart city

Comment l’habitant peut-il s’approprier sa ville, voulue smart, s’il n’est pas au courant des infrastructures de son quartier ou s’y désintéresse totalement ? La ville intelligente doit se produire ensemble, elle est une construction collective et l’affaire de tous : chacun devrait être concerné, actif. Puis, la fabrique de la ville ne doit pas oublier par qui elles sont vécues et arpentées.

Photo by Christian Lue on Unsplash

Alors, j’ai pensé à cette fameuse notion de « droit à la ville » qui pose la question : à qui appartient la ville ? Aujourd’hui, elle n’appartient pas à ceux qui y habitent mais à des acteurs qui décident. Le mouvement du « droit à la ville » revendique justement un changement. La ville doit appartenir à tous grâce à l’introduction d’une « démocratie dans la ville, […] une ville où chacun à son mot à dire, […] accessible à tous » (Mainmise sur les villes, 2015, Arte) comme le dit Nils, habitant de St. Pauli, adhérents au collectif. L’usage de ce droit peut donc aider à replacer l’habitant au centre des enjeux de cette fabrication de la ville en permettant une « mise en visibilité » des projets urbains comme l’implantation particulière des data centers.

* Marquet C. (2019), Binaire béton : Quand les infrastructures numériques aménagent la ville. Sociologie. Université Paris-Saclay, 2019, 403p.

Enquête : Mais qui sont ces gardiens de données anonymes ?

C’est en survolant les enjeux politiques, démographiques et sociaux des data centers, que le chercheur Clément Marquet étudie dans son article “Les data centers à Plaine Commune, entre implantation discrète et promotion du territoire” (2019)* ces fascinants espaces du numériques. Ainsi, il recueille des témoignages de celles et ceux qui ont vu s’inscrire ces infrastructures à la fois méconnues et invisibles. 

Dans ce chapitre, il explore l’histoire des data centers et les tensions qu’ils suscitent, des objets inscrits au coeur de controverses, à la fois dans une volonté d’invisibilité mais également tremplins de revitalisation du territoire. 

Pour l’adjoint au maire d’Aubervilliers, les data centers sont avant tout une nécessité : véritables vitrines du progrès techniques et objets de concurrence, les data centers se sont installés dans le passé comme de puissants moyens de redorer l’image de Plaine Commune et comme des sources d’importants revenus. 

Mais si ces infrastructures passent inaperçues, c’est car elles sont bien souvent le fruit d’une invisibilité politique, administrative et matérielle. Discrets voire austères, ces dénommés « opérateurs de colocation neutres » aux façades ternes et bétonnées se placent parfois bien loin des préoccupations de la population. Alors comment leur donner un sens au sein du territoire et de la pensée collective ? 

Tout d’abord, outre leur fonction de stockage, il s’agit de les mettre en avant comme des objets attractifs, permettant l’émergence de nouveaux emplois. Ainsi, il faut les considérer comme des objets bénéfiques à l’aménagement et à la modernisation de Plaine Commune, un territoire qui puise son histoire dans l’ère grandissante et irréversible du numérique.

Impossible de les limiter à une stricte définition, car il existe tout autant de data centers que de façons uniques de les appréhender, de les connaitre, et de les envisager peut-être… autrement ? 

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

 

Le cas du datacenter OVH : quand le sort s’acharne

L’article de Clément Marquet et Guillaume Carnino*, Les Datacenters enfoncent le Cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’Internet, nous plonge dans l’univers caché des datacenters. On y comprend que ces derniers sont au cœur de stratégies concurrentielles, politiques, et environnementales.

« On est un peu la cave de l’Internet, et si la cave s’effondre, tout s’effondre »

Cette phrase qu’un employé confiait aux auteurs lors d’une visite d’un datacenter nous révèle la dualité de ces hébergeurs de données. L’industrie d’Internet semble invisible pour la plupart d’entre nous. Pourtant, ces datacenters sont des zones industrielles physiques. Lorsqu’un incident vient perturber un hébergeur, ce sont des centaines de milliers de sites qui sont parfois impactés. Le cas d’OVHcloud (Online Virtual Hosting) à Strasbourg en est un parfait exemple. Dans la nuit du 9 au 10 mars 2021, un incendie a ravagé une partie des salles de l’hébergeur. Plus tôt dans la matinée, un onduleur avait fait l’objet d’une réparation. A cette heure, il est tenu responsable de cet incident. De nombreux clients ont été affectés, comme le Centre Pompidou. Certains ont vu leur site en panne pendant plusieurs heures, et d’autres ont définitivement perdu leurs données.

Dernièrement, le sort s’est encore acharné sur OVH, l’hébergeur français. Ce mercredi 13 octobre 2021, une panne liée à une erreur dans une ligne de code lors d’une maintenance a de nouveau perturbé les services.

Ces incidents nous permettent de prendre conscience de l’importance des datacenters dans notre quotidien. En quelques minutes, l’incendie a entraîné des pertes partielles ou totales de données, menant pour certains clients à des sinistres économiques. Mais cet incendie nous rappelle également la nécessité de techniciens sur place et ce, de manière continue, sans qui l’alerte n’aurait pas été donnée aussi rapidement, et qui ont œuvré jour et nuit pour proposer des solutions aux clients impactés.

* Carnino, G., et Clément M. (2018), « Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet », Zilsel, vol. 3, no. 1, p. 19-62

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search